La Pop-Pouffe de décembre

 


 

Jurée de X-Factor, confessions sur son addiction à la cocaïne, prestation remarquée sur la B.O. de La Reine des Neiges (elle reste dans les bonnes grâces de son ancienne maison-mère Disney, donc), guest dans Glee… En 2013, Demi Lovato n’aura pas lésiné sur les moyens pour devenir une star au-delà des Etats-Unis et faire parler d’elle par le plus grand nombre. Le mystère de pourquoi cela ne prend toujours pas de côté-ci de l’Atlantique reste donc entier. Problème de charisme ? De concurrence ? De style ? D’agressivité marketing ? C’est assez difficile à dire, mais force est de constater que l’autre ex-princesse Disney Channel des années 2000, Miley Twerking, semble avoir plusieurs longueurs d’avance, tandis que même des anciennes plus « discrètes » de la même écurie (Selena Gomez, Hillary Duff) peuvent se vanter d’avoir quelques vagues hits à leur actif en France. Mais Demi, pour le moment, rien, en dépit de quatre albums solo au compteur. Il ne faut cependant pas nier les mérites de la chanteuse, qui faute de pondre du tube à la chaîne s’essaye à un son dance bien produit et pas bien pire que le tout venant du genre. Neon Lights ne sera pas le tube de l’hiver (sauf surprise), mais au moins ce n’est pas du foutage de gueule absolu. Peut-être une petite collaboration avec un faiseur de tubes (Sia, Max Martin, Dr Luke) s’impose-t-elle dans les mois à venir ? Ou un scandale quelconque autour de son image, son look ou son registre musical, peut-être ?…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*