Situation amoureuse, c’est bof

situation amoureuse c'est compliqué emmanuelle chriqui manu payet

 

Ah, Manu Payet… Un nom qui végète tranquillement au second plan du PAF depuis une grosse dizaine d’années, et dont le succès grossit gentiment, à son rythme, peu à peu. Je me souviens un peu de lui à l’époque où il officiait sur NRJ sous le surnom de Manos, ai été navré pour lui face à la nullité de la Starloose Academy et ses autres parodies pourraves de télé-réalités sur Comédie!, suis passé complètement à côté de sa carrière d’humoriste sur scène, puis ai été sincèrement content que Tout ce qui brille lui donne un semblant d’exposition supplémentaire, qu’il fait fructifier depuis. Pas encore passé par la case « énorme succès au box-office », Manu Payet a enchaîné les projets ciné ces dernières années : Comme t’y es belle !, Nous York, Les Infidèles, Radiostars, L’Amour c’est mieux à deux… Aucun gros carton reposant sur sa performance comique, en somme. Mais Situation amoureuse : c’est compliqué pourrait enfin lui donner le statut bankable qu’il attend et que, comme c’est un gars plutôt sympathique et bosseur, il doit bien mériter.

 

situation amoureuse c'est compliqué manu payet

 

Sauf que vu le résultat final, on se demande si Manu Payet n’a pas surtout bénéficié de la sympathie de ses potes dans les médias, ou si, plus simplement, les nombreux animateurs et chroniqueurs des émissions où il a tapiné pendant des semaines pour faire la promo de son film n’ont plus assez de recul pour se rendre compte qu’un film est moyen-drôle… Parce qu’entre Ruquier, Touche Pas à Mon Poste ou le Grand Journal, j’ai l’impression que tout le monde s’est bien accordé à lui lécher les pieds à l’unisson (comme à l’époque de Radiostars) mais que le produit lui-même n’a pas beaucoup d’arguments pour aller dégommer le dernier Dany Boon (au box-office, hein, pas en qualité, j’en sais rien, je l’ai pas vu)…

Le pitch :
À trente ans, Ben est sur le point d’épouser Juliette. Sa petite vie tranquille et sans danger va basculer lorsqu’il retombe sur la personne qu’il a secrètement le plus envie de revoir : Vanessa, la bombe du lycée qui ne l’avait jamais regardé. Elle est de retour à Paris et ne connaît, aujourd’hui, que lui…

 

 

situation amoureuse c'est compliqué manu payet bain

 

Perso, je trouve ça classique mais toujours agréable, ce canevas ultra-rebattu du triangle amoureux et du héros/ de l’héroïne indécis(e) entre deux mondes, qui revient dans à peu près une rom’com sur deux. Mais là, je ne sais pas, ça n’a pas pris. Trop de promesses faites sur les plateaux de talk-shows, pas assez de fun à l’écran. L’exemple type, c’est la manière dont on nous a survendu Jean-François Cayrey comme la nouvelle révélation comique, le nouveau second rôle qui déglingue tout, le nouveau François Damiens, le nouveau pote beauf attitré du héros destiné aux meilleures comédies des années à venir… alors que bon, concrètement, il fait juste un numéro de pote beauf hyper classique et pas forcément mieux écrit qu’un autre. Anaïs Demoustier est une bonne actrice, mais son manque d’alchimie avec Manu Payet met assez mal à l’aise. Emmanuelle Chriqui est mignonne, mais pas significativement plus bonnasse ni plus intéressante que sa « rivale ». L’écriture se veut bobo-décontracté-ayant-du-recul-sur-soi à la sauce Apatow, mais on n’accroche pas. Ni à l’après-midi au musée où Vanessa se « lâche » en montrant son soutif, ni au beau-père irritant dont la présence est supposée apporter des respirations comiques, ni à l’amour supposé exister entre Ben et Juliette (rien dans leurs interactions ne traduit autre chose que du confort plan-plan et de l’habitude d’être ensemble – alors qu’on est supposé y voir un amour bien installé et en confiance), ni au personnage de Ben que le scénario veut mignon et complexé alors qu’il est surtout falot et transparent, simple prétexte à porter l’intrigue autour de sa personne… Du coup, la solution pour laquelle le scénario opte, à la fin (car il faut bien le résoudre, ce triangle amoureux), est un peu bancale, mais surtout vachement conservatrice et attendue. Quant aux moments comiques, ils se résument pas mal à ce qu’on voit dans la bande-annonce, à part peut-être la rivalité/complicité qui s’installe, à l’arrière-plan, entre les deux meilleurs potes du héros. Mais dans l’ensemble les gags (le menu de mariage viking, le pote en moule-burnes à la piscine, la scène de jogging, le dragueur du musée…) sont quand même assez nuls. Même pas lourds, hein, juste pas très drôles, quoi. Et pas spécialement compensés par les séquences émotion, qui sont quant à elles d’un rebattu achevé. Ça fait quand même léger pour rester motivé pendant 1h40, devant un film qui, finalement, ne se distingue pas trop du tout-venant de la comédie française « nouvelle scène » (tu sais, celle où le cast a moins de 50 piges et aucun lien, proche ou lointain, avec des anciens du Splendid).

J’attendrai un prochain film pour voir Manu Payet percer pour de bon…

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*