Le retour de La Roux

 

la roux

 

 

Il y a des projets pop qui nous font de petites frayeurs. On croit qu’ils vont devenir des mégastars, puis ils disparaissent dans les méandres de la préparation d’un deuxième disque qui ne vient jamais, ou qui arrive trop tard pour continuer à intéresser leur public de base. Et puis, parfois, alors qu’on croyait le groupe/l’artiste/le projet condamné à sombrer dans l’oubli ou à vaguement sortir un EP dans l’indifférence générale, un retour miraculeux s’opère. C’est un peu ça qui a l’air de se passer avec La Roux, l’ancien duo anglais d’électro-pop fondé par Elly Jackson et Ben Langmaid, et qui semble désormais se réduire à la seule Elly. Bon, à la base, c’est surtout un projet musical qui n’intéresse que la presse musicale, une douzaine de hipsters parisiens et quelques blogueurs, hein, c’est pas non plus un rouleau compresseur commercial façon Katy Perry. Mais tout de même, avec un premier album triple disque de platine au Royaume-Uni en 2009 et quelques tubes dancefloor sous la ceinture (j’ai toujours Bulletproof et In For The Kill dans mon téléphone), La Roux s’était construit une petite aura de nouvelle sensation EDM capable de réconcilier presse pointue et grand public.

 

 

C’est donc peu dire que cinq ans après le premier album studio (qui a poursuivi sa carrière aux États-Unis tranquillement, jusqu’à y obtenir un Grammy Award en 2011), on avait fini par s’imaginer que La Roux, un peu comme Sonique ou Roger Sanchez, deviendrait une sorte de relique EDM d’une époque révolue, écumant les festivals et capitalisant sur sa réputation et ses deux vieux tubes pour continuer à cachetonner tranquille, sans plus rien produire de nouveau pour le grand public.

 

 

Et voilà que, doucement, la machine s’enclenche à nouveau depuis quelques semaines. Let Me Down Gently, premier single promotionnel, a été présenté début mai, puis le lead single Uptight Downtown a été lancé en fin de mois, préfigurant l’album Trouble In Paradise, prévu le 7 juillet. La maison de disques semble motivée puisqu’il y a deux jours, elle a laissé leaker sur le compte Soundcloud officiel de l’artiste un troisième titre Get Lucky Tropical Chancer (coécrit avec Ben Langmaid et… Grace Jones ??) (et oui, la ligne de basse ressemble quand même vachement au hit de Daft Punk) (bonne ou très mauvaise idée, je ne sais pas trop…).

 

 

 

Ça va être compliqué d’en faire un vrai tube de l’été et de dépasser les cercles de la blogosphère gay musique, mais toute cette agitation autour du comeback de La Roux pourrait en faire une sensation à la Adele 2011 dans les prochains mois : la fille dont on avait vaguement bien aimé le premier album mais dont on pensait qu’elle ne ferait rien d’autre et qui nous attaque par surprise avec le disque de sa vie… Ou alors, plus vraisemblablement, on aura droit à un comeback à la Lily Allen 2014 : beaucoup de bruit, de promo, de clips et de singles pour pas grand-chose, mais au moins les fans sont contents.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*