Différent comme tout le monde

Sony-Chan-Different-comme-tout-le-monde

 

 

Je ne connaissais pas vraiment Sony Chan avant de la voir sur scène la semaine dernière. Tout au plus l’avais-je entendue, un peu par hasard, en écoutant une chronique de Nora Hamzawi sur YouTube, consacrée à l’acupuncture, prenant vaguement conscience de la présence de cette autre chroniqueuse humoristique sur France Inter.

 


Je me suis depuis rattrapé en découvrant ses chroniques « de droite » qui, contrairement à ce qui arrive trop souvent, méritent vraiment d’être qualifiées de décalées. Son fort accent asiatique, ses jeux avec les clichés et les opinions politiques, mais aussi sa manière presque kamikaze de terminer ses chroniques sur une chute hyper abrupte, en font une véritable curiosité dans le petit monde des pastilles comiques à la radio.

 

 

Sony Chan est donc une humoriste et chroniqueuse originaire de Hong Kong, qui officie sur France Inter tous les matins dans l’émission « On va tous y passer », animée par André Manoukian / Frédéric Lopez, et tous les vendredis sur « Comment ça va bien » (l’émission de Stéphane Bern diffusée l’après-midi sur France 2). Elle est venue en France après la rétrocession de Hong Kong à la Chine en 1997, pour y terminer ses études d’architecture, a travaillé dans la mode, et a même sorti un album dance.

 

 

Ses premiers pas dans l’humour sont venus plus tardivement, d’abord avec des petits rôles dans des téléfilms, puis via une première chronique sur Oüi FM. Puis vint France Inter, et la scène a suivi naturellement…
Mais ce qui distingue Sony Chan des autres humoristes, au-delà de sa culture asiatique (dont elle joue beaucoup à des fins comiques), ce sont bien évidemment les rumeurs sur son statut de transgenre, qui ne reposent sur aucune source sûre, mais dont elle joue avec une certaine délectation.

 

 

Son spectacle, je l’ai découvert depuis en écoutant ses anciennes chroniques, est nourri par son travail à France Inter, et vice-versa. Elle y revient donc sur son passé de galérienne au RSA, sur l’inspection de la CAF, sur son obsession pour le luxe et la mode (« la frivolité casse l’ennui »), mais aussi sur ses conseils de femme du monde : beauté, relations de famille, comportement en société, rester classe dans le métro, bien réagir face à l’adultère…

 

En assumant complètement sa culture franco-asiatique et sa personnalité haute en couleur, Sony Chan livre un spectacle d’une drôlerie à la fois trash et délicieusement élégante, se jouant aussi bien du racisme ambiant (entre ses réflexions sur les martiniquaises et sa propension à se désigner elle-même sous les termes de « face de mangue » ou de « niakoué ») que de ses propres ambitions de séductrice arriviste, snob et décalée. Une nouvelle venue à la fois étrange, touchante et hilarante dans le petit monde des humoristes françaises.

 

2 réflexions au sujet de « Différent comme tout le monde »

  1. Je la connais de par ses chrnoniques acidulées sur France Inter. Je me suis toujours demandé quelle envergure elle pouvait avoir sur scène, dans un show un peu plus consistant que les 3 minutes d’antenne quotidienne car je la trouve très inégale. Je reste malgré tout un tantinet perplexe, bien que ton billet m’ait un peu éclairé.

    1. Tout n’est pas parfait dans le spectacle, mais je trouve le personnage suffisamment atypique et drôle pour passer sur quelques passages à vide dans l’écriture. Le tout reste, de toute façon, bien rythmé à mon goût. 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*