Les Oscars 2015

 

oscar winners 2014
Suck it, losers !

 

L’année dernière, je n’avais pas forcément vu venir les deux gagnants de 2014, que furent finalement Matthew McConaughey et Cate Blanchett, mais j’avais vu émerger quelques-uns des sérieux concurrents qui leur ont fait face dans la course au Golden Globe puis à l’Oscar (Leonardo DiCaprio, Tom Hanks, Sandra Bullock, Bruce Dern…), tout en me plantant spectaculairement sur d’autres. Du coup ça m’a donné envie de refaire un tour du côté des films en tournage, en post-production ou simplement prévus pour sortir en novembre aux Etats-Unis, histoire de voir qui est en train de placer ses pions pour choper une statuette l’hiver prochain. Comme l’année dernière, je ne vais pas m’attarder sur les films eux-mêmes, dont il est bien difficile de dire d’avance s’ils seront des classiques de bonne facture ou des œuvres trop ambitieuses qui se prendront une volée de bois vert à leur sortie. Mais un acteur ou une actrice peut émerger vainqueur d’un film qui n’aurait jamais pu prétendre à l’Oscar du meilleur film (ces dernières années, Meryl Streep dans The Iron Lady, Jamie Foxx dans Ray, Cate Blanchett dans Blue Jasmine, Marion Cotillard dans La Môme…).

 

 

 

 

Sont donc d’ores et déjà dans la course au Golden Globe et à l’Oscar du meilleur acteur 2015, histoire de profiter de la semi-retraite de Leonardo DiCaprio, même s’ils ne seront pas tous dans le listing final :

 

 

 

Steve Carell – Foxcatcher

 

 

steve-carell-foxcatcher

 

 

Signalé par Julien l’année dernière, Foxcatcher a finalement été un peu reporté, le rendant inéligible pour les récompenses suprêmes de 2014, avant d’être présenté en compétition à Cannes cette année, où Steve Carell figurait parmi les favoris pour le prix d’interprétation masculine, pour sa prestation hallucinée de John E. Du Pont, sponsor de l’équipe de lutte des Foxcatcher qui assassina, en 1996, le champion olympique Dave Schultz. Le film sortira en novembre aux États-Unis, et on sait ce que ça veut dire…

 

 

 

 

Channing Tatum – Foxcatcher

 

 

channing tatum foxcatcher

 

 

Et si Channing Tatum en profitait pour se glisser dans la course également, d’ailleurs ? Il pourrait très bien nous faire une McConaughey : cet acteur pour minettes qu’on avait jamais vraiment pris au sérieux avant qu’il s’acoquine avec des réalisateurs « sérieux » et qu’il n’offre à sa carrière un virage à oscars… Mark Ruffalo pourrait aussi bénéficier de tout ce foin pour son interprétation de Dave Schultz.

 

 

 

 

 

Colin Firth – Magic in the Moonlight

 

colin firth magic in the moonlight

 

 

 

Woody Allen a de nouveau le vent en poupe ces dernières années (Oscar de la meilleure actrice dans un second rôle pour Penelope Cruz dans Vicky Cristina Barcelona, du meilleur scénario pour Midnight in Paris, de la meilleure actrice pour Cate Blanchett…). Pas sûr que cela suffise à faire de Colin Firth, déjà oscarisé, un concurrent sérieux pour 2015, dans un rôle d’illusionniste des années 1920 qui pourrait être assez standard et favoriser le cabotinage, mais va savoir, le rôle en question sera peut-être excellent.

 

 

 

John Cusack – Love and Mercy

 

John+Cusack+Love+Mercy

 

Un biopic sur Brian Wilson, leader des Beach Boys, son addiction à la drogue, sa relation tordue avec son psy Eugene Landy (joué par Paul Giamatti) qui a pris tant d’ascendant sur lui qu’il est devenu son manager et lui a soutiré des sommes folles avant de retentissantes poursuites judiciaires… Ça sent le « For your consideration »…

 

 

 

 

Christian Bale – Exodus: Gods and Kings / Knight of Cups

 

 

christian bale exodus

 

Christian Bale sera à l’affiche du prochain film de Ridley Scott dans le rôle de Moïse, et dans la mesure où le genre épique biblique n’est plus très à la mode à Hollywood, on pourrait se demander si ça fait de lui un concurrent sérieux aux récompenses suprêmes. Mais après tout, qui dit Antiquité dit ambiance péplum, et si Russell Crowe peut obtenir un oscar pour Gladiator, pourquoi pas Christian Bale pour une figure biblique ? Il sera aussi à l’affiche des deux prochains films de Terrence Malick (ce dernier devenant beaucoup plus prolifique depuis The Tree Of Life), ce qui ne peut pas faire de mal à son mojo.

 

 

 

Matthew McConaughey – Interstellar

 

interstellar-matthew-mcconaughey

 

 

Les chances de voir Matthew McConaughey se succéder à lui-même aux oscars me paraissent bien maigres, tant sa victoire de cette année tenait plus de la belle histoire façon Sandra Bullock que de la hype hollywoodienne de feu façon Tom Hanks en 1993-1994. Mais il sera le héros d’Interstellar, le prochain film de Christopher Nolan, dans quelques semaines, et si le risque est grand de le voir, avec le reste du prestigieux casting (Anne Hathaway, Jessica Chastain, Michael Caine, Ellen Burstyn) se faire avaler par le film et son réalisateur au moment où ces derniers partiront en campagne, il n’est pas non plus exclu qu’il soit suffisamment bluffant pour nous faire une doublette niveau nominations…

 

 

 

 

Jeremy Renner – Kill The Messenger

 

jeremy renner kill the messenger

 

 

Toujours pas abonné aux nominations prestigieuses depuis Démineurs en 2009, Jeremy Renner a plutôt enchaîné les projets de blockbusters (Thor, Avengers, Hansel et Gretel…) mais continue à faire des apparitions remarquées dans des films « d’auteur » (American Hustle, The Immigrant). Cette année il pourrait faire des vagues dans le biopic de Gary Webb, journaliste qui tenta de révéler l’implication de la CIA dans le trafic de drogue organisé par des rebelles du Nicaragua vers la Californie, dans les années 1980, et qu’on retrouva mort, en 2004 suicidé de deux balles dans la tête (faudra m’expliquer comment c’est possible).

 

 

 

Tommy Lee Jones – The Homesman

 

the-homesman-tommy-lee-jones

 

Sorti en France il y a quelques semaines au profit de sa sélection cannoise, le dernier film de et avec Tommy Lee Jones sortira en fin d’année aux États-Unis, lui offrant l’opportunité de faire monter la sauce autour de ce vétéran respecté de tous, ainsi que d’Hilary Swank, pressentie pour le prix d’interprétation à Cannes cette année pour ce film, avant que la récompense ne soit finalement attribuée à Julianne Moore.

 

 

 

 

Colin Farrell – Solace / Miss Julie / Winter’s Tale

 

colin farrell miss julie

 

Souvent oublié des palmarès, notamment en raison de choix de films plutôt axés sur les blockbusters (Total Recall, S.W.A.T., Minority Report, Horrible Bosses, Daredevil, Alexandre), Colin Farrell n’en a pas moins créé la surprise en remportant le Golden Globe du meilleur acteur dans une comédie en 2009, pour Bons Baisers de Bruges. Cette année semble avoir été marquée par des projets plus « sérieux », pour lui, ce qui pourrait l’aider à se faire remarquer par ses pairs, qui ne semblent attendre que ça.

 

 

 

Les dames ne sont pas en reste, puisque quelques-unes d’entre elles commencent déjà à faire parler d’elles autour de leurs futurs films, qui verront le jour d’ici la fin de l’année aux États-Unis…

 

 

 

 

Mia Wasikowska – Madame Bovary / Maps To The Stars

 

 

mia wasikowska maps to the stars

 

 

Les adaptations de classiques européens de la littérature ne payent pas forcément très bien dans les grosses cérémonies US, mais Mia Wasikowska ne devrait pas passer inaperçue grâce à sa prestation dans Maps To The Stars, un Cronenberg assez vertement critiqué à sa sortie en France, mais qui a offert à Julianne Moore le prix d’interprétation féminine à Cannes (pour un rôle qui est, à mon sens, plutôt un second rôle monstrueux, Mia Wasikowska étant la véritable héroïne du film).

 

 

Meryl Streep – Into The Woods

 

meryl streep into the woods

 

Que serait une saison des awards hollywoodiens sans Meryl Streep nommée et invitée partout ? Bon, c’est chaud pour les oscars, mais une petite nomination aux Golden Globes dans la catégorie Musical or Comedy ?

 

 

 

Jennifer Lawrence – Serena

 

j law serena

 

 

 

Déjà pressenti l’année dernière, finalement pas sorti, le film de Susanne Bier sur une femme mariée qui, durant la Grande Dépression, apprend qu’elle ne pourra pas avoir d’enfants et sombre dans la folie, permettra-t-il à Jennifer Lawrence de décrocher une troisième nomination d’affilée ? Pas sûr. Surtout qu’au-delà de la fin de la saga Hunger Games, 2015 sera marquée, pour elle, par sa troisième collaboration avec David O. Russell, dans un biopic de Joy Mangano, déesse du télé-achat (si, si).

 

 

Diane Lane – Every Secret Thing

 

diane lane every secret thing

 

Diane Lane, quasi-favorite à l’oscar en 2003 pour Unfaithful (avant que celui-ci ne lui passe sous le nez au profit de Nicole Kidman dans The Hours), pourrait revenir sur le devant de la scène, maintenant qu’elle a enfin divorcé de Josh Brolin, avec ce rôle de mère-courage dont la fille adolescente est suspectée d’un meurtre d’enfant. Every Secret Thing est adapté d’un best-seller de Laura Lippman, et représente la première incursion de Frances McDormand dans la production au cinéma.

 

 

 

 

Dakota Fanning – Effie

 

dakota-fanning-effie

 

 

Il serait temps que l’une des sœurs Fanning, ces monstres blonds qui jouent dans des films et des séries depuis le berceau (j’exagère à peine), convertisse sa précocité en reconnaissance de ses pairs. Dakota tourne cette année un biopic d’Effie Gray, avec Emma Thompson au scénario. Gros classique de l’histoire de l’art, avec costumes à la clé, donc : Effie Gray était l’épouse du critique d’art John Ruskin, mais ils se séparèrent au bout de cinq ans sans que leur union n’ait été consommée (cinq ans !!!) et, après l’annulation de son mariage, elle épousa un protégé de Ruskin, le peintre préraphaélite John Everett Millais. Ce fameux triangle amoureux victorien a été mis en scène dans plusieurs pièces de théâtre et un opéra. Et donc désormais dans une adaptation ciné.

 

 

 

 

Hilary Swank – The Homesman

 

hilary swank homesman

 

Plus discrète ces dernières années, Hilary Swank fait à peu près un gros rôle à oscar tous les 5 ans (Boys Don’t Cry en 1999, Million Dollar Baby en 2004, Amelia en 2009, et donc The Homesman en 2014). Pas sûr, cela dit, que cette actrice pas hyper bankable, déjà récompensée par deux fois, soit une favorite des bookmakers.

 

 

Jessica Chastain – Miss Julie / A Most Violent Year / The Disappearance of Eleanor Rigby (Them) / Interstellar

 

 

jessica chastain miss julie

 

 

Puisque The Disappearance of Eleanor Rigby n’est finalement pas sorti en 2013 mais a été présenté au marché du film à Cannes, il pourrait valoir à Jessica Chastain une nouvelle nomination l’année prochaine. Mais ce sont peut-être Miss Julie et A Most Violent Year, ses deux projets les plus récents, qui pourraient tirer leur épingle du jeu.

 

 

 

 

Elizabeth Banks – Love and Mercy / Every Secret Thing

 

 

Love & Mercy Biopic

 

Un rôle d’épouse dévouée qui se bat pour sauver son mari de ses démons et des griffes d’un psy devenu manager, ce sera peut-être un joli prétexte pour adouber l’ex Betty Brant de la saga Spider-Man, qui est en pleine bourre depuis deux ans entre la saga Hunger Games et Pitch Perfect, et qui s’était un peu loupée en 2008 en misant sur le biopic de Bush.

 

 

 

 

Nicole Kidman – Before I Go to Sleep

 

nicole kidman befor i go to sleep

 

 

 

Nicole Kidman n’a pas vraiment fait d’étincelles cette année avec The Railway Man ni avec Grace de Monaco, mais elle retrouvera de nouveau Colin Firth d’ici la fin de l’année au générique de ce thriller psychologique (les actrices sont rarement plébiscitées pour les films de genre, mais on ne sait jamais), dans lequel elle incarne une femme qui se réveille chaque matin amnésique et doit, chaque jour, reconstituer son histoire et son identité à partir d’un journal qu’elle tient… mais dont elle finit par se demander s’il ne contient pas de mensonges. Assez clairement inspiré par Memento, film culte de Christopher Nolan, ce nouveau film pourrait offrir à Kidman une partition paranoïaque réjouissante…

 

 

 

Quvenzhané Wallis – Annie

 

quvenzhané wallis annie

 

 

Le petit prodige de 10 ans revient cette année dans le rôle-titre de l’adaptation d’une comédie musicale culte des années 1970, sur une petite orpheline adoptée par un riche politicien dans les années 1930. C’est produit par Jay-Z et Will Smith et ça sort pour Noël : avec la bonne campagne de communication, ça devrait le faire pour celle qui est devenue en 2013 la plus jeune nommée de l’histoire à l’oscar de la meilleure actrice…

 

 

 

Amy Adams – Big Eyes

 

amy adams big eyes

 

 

Amy Adams ne pouvait rien faire cette année face à Cate Blanchett, mais elle va probablement vite retenter sa chance avec Big Eyes, de Tim Burton, revenant sur l’histoire vraie de la peintre Margaret Keane, qui rencontra le succès dans les années 1950, avant de connaître des difficultés juridiques ultérieures avec son mari, qui a revendiqué ses travaux dans les années 1960. Burton + biopic + rôle de femme forte et bafouée + Christoph Waltz en face = la presse va au moins s’y intéresser un peu. Alors si le film est bon…

 

 

 

Comme l’année dernière, il en manquera sûrement quelques-uns au moment des véritables nominations fin 2014 / début 2015, quand d’autres sembleront être de grotesques prédictions, rétrospectivement. Rendez-vous dans six mois, donc !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*