Quelqu’un se souvient des Jonas Brothers ?

… Moi non plus. A la manière des Tokio Hotel, des One Direction ou de Justin Bieber, dont je n’étais pas non plus la cible (je suis né trop tôt), ce boys band chrétien formé par trois frères puceaux vantant l’abstinence avant le mariage a eu, il y a quelques années, un succès dont l’ampleur m’a toujours dépassé, tant il semblait se traduire en notoriété plus qu’en tubes. Je veux dire, citez-moi un single de ces gars, de tête, quoi…

 

 

Et puis les années ont passé, les frères ont grandi, le plus laid des trois s’est marié et les autres ont retiré leur anneau de pureté parce que ça devenait grotesque, et depuis on les a tous oubliés, vu qu’on avait même pas un hit mémorable en tête pour se souvenir d’eux. Mais voila que le plus jeune du lot, Nick, qui avait déjà lancé un projet solo intitulé Nick Jonas & The Administration (je n’en avais jamais entendu parler) (sûrement une chaîne YouTube de tutos en paperasseries), sort un clip tout seul, pour soutenir une chanson à lui tout seul, intitulée Chains. Point positif : il s’est fait couper les cheveux (perso, ça y est, sans sa coiffure de fayot, je le trouve enfin intéressant à regarder). Point négatif : bah euh…

 

 

Nouvelle image (10)nick jonas

 

 

Bon, c’est pas que c’est mauvais, hein, c’est juste que c’est pas ce qui se fait de plus catchy. Mais pourquoi pas, après tout : l’after-pop génère ses hits, à l’occasion (Gotye, Lorde, Drake), et une posture bien anti-FM, bien antisystème et anti-facilités peut vous attirer les faveurs d’un large public, pourvu que la mayonnaise prenne au niveau du bouche-à-oreille. Par contre, les influences visuelles et musicales sont criantes : Kanye West, Lorde, Kid Cudi, Justin Timberlake… Nick Jonas veut qu’on le prenne au sérieux, et s’affranchir des gamines de douze ans, qui ont de toute façon bien grandi depuis 2005. Peut-être sa chance de s’attirer un public plus mûr, et surtout plus large, en se présentant comme le vrai talent brut et pop pour l’éclosion duquel il aura été nécessaire de subir la folie Jonas Brothers. Tout comme on est souvent en peine, parmi les fans actuels de Justin Timberlake (surtout de ce côté-ci de l’Atlantique), de trouver des gens qui ont effectivement acheté tous les albums de *NSYNC, Nick Jonas espère probablement que quelques poseurs influents vont déclarer qu’ils n’avaient jamais kiffé les Jonas Brothers mais qu’ils avaient toujours remarqué le charisme et le talent in-croy-a-bleuh du petit dernier. Mouais.

 

 

 

Pas sûr que ça prenne du premier coup, mais en s’accrochant un peu et en comptant sur l’énorme fanbase du groupe (17 millions d’albums vendus entre 2006 et 2009, tout de même) (mais où sont les hits, bon sang ??), Nick Jonas pourrait remporter son pari et, qui sait, devenir le nouveau mâle alpha de la pop US, place laissée quelque peu vacante par un Justin Timberlake en roue libre qui se préoccupe désormais moins de faire des tubes que de devenir le type trop-classe-trop-cool-et-trop-chiant qui fait de la musique trop-classe-trop-respectable-et-trop-chiante (quelqu’un a entendu son dernier single Not A Bad Thing quelque part ?) et l’acteur trop-classe-trop-bankable qui enchaîne navets populaires et films d’auteurs dans l’espoir qu’un jour les Golden Globes le remarqueront.

6 réflexions au sujet de « Quelqu’un se souvient des Jonas Brothers ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*