I Don’t Care : un single sympa, un clip nul à ch’

 

 

 

Cheryl Cole, euh Tweedy, euh Fernandez-Vesini… Bon, Cheryl tout court est en plein come back musical, deux ans après l’album A Million Lights, et un an et demi après la fin officielle des Girls Aloud. Comme d’habitude, ça ne fait pas beaucoup de vagues en-dehors du Royaume-Uni (le premier single extrait de son futur album Only Human, intitulé Crazy Stupid Love et sorti en juin dernier, a été n°1 en Angleterre, en Irlande et en Écosse, et a dû se contenter, comme d’hab’, de classements anecdotiques dans le reste de l’Europe). Mais I don’t care, avec sa mélodie pop légère et entraînante, a de quoi rassurer et, peut-être, prétendre à un rayonnement un peu plus étendu que d’habitude. C’est que Cheryl est quand même une superstar chez elle et qu’elle ne comprend pas trop pourquoi elle ne s’exporte pas aussi bien que ses compatriotes Adele ou Jessie J. C’est trop le seum.

Cheryl_i dont care
Woooooooo

 

 

Las, le clip de la chanson est à l’image de son titre : visiblement, Cheryl s’en foutait un peu. On a donc droit à un clip hyper random, qu’on se retient péniblement de zapper pour aller regarder un autre onglet de son navigateur web, en pleine lignée de ces clips sans intérêts « homemade », où on a juste l’impression que la chanteuse s’est fait filmer aléatoirement en train de se trémousser comme une dinde sur une plage privée, par son mec jet-setteur qui a filmé ça avec son iPhone 6 et a emprunté l’hélico d’un pote pour faire quelques plans en plongée au-dessus de son yacht, où Cheryl fait des coucous avec deux copines qui bronzent avec elle. Euh, et sinon ? Bah rien. Pas de choré, pas de tenue de créateur colorée et iconique, pas de danseurs, pas de valeur ajoutée par rapport à la version audio. Cheryl doesn’t care.

 

Un clip sans aucun intérêt, donc, qui ne devrait pas susciter beaucoup d’attention de la part des cercles autres que ceux, restreints, des fans hardcore de Cheryl hors Royaume-Uni. Vraiment dommage. Reste la chanson qui, si on ferme les yeux, est une fort sympathique bulle de pop légère, commerciale et joyeusement FM Friendly, rappelant, dans son fond de synthé, le récent Into The Blue de Kylie, ou un Bad Kids de Lady Gaga : gai et décomplexé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*