Scrotal Recall : amour, souvenirs et MST

Scrotal Recall

 

Sont forts, ces anglais… Rien que le titre. Scrotal Recall. Scrotal. Recall. Un jeu de mots mélangeant une allusion à un film culte de Paul Verhoeven, un souvenir et un scrotum. Franchement, c’est racoleur mais hilarant, non ? On est au moins curieux de découvrir le pitch et le pilote pour voir si le niveau va être du côté du graveleux ou de celui de la subtilité, pas vrai ? Enfin, moi, en tout cas, si. Scrotal Recall est donc une série diffusée depuis le 2 octobre dernier sur Channel 4, en Angleterre.

 

 

 

 

Le sujet :
Dylan apprend qu’il a chopé la chlamydia. Le jeune homme est alors contraint de recontacter ses ex-petites amies afin d’éclaircir sa situation et de les encourager à se faire dépister, la chlamydia pouvant entraîner quelques problèmes si elle n’est pas soignée. Et comme c’est pas la cohérence qui l’étouffe, au lieu de les contacter en partant de la plus récente jusqu’à ce qu’il tombe sur celle qui, potentiellement, lui aura refilé la chtouille (le débarrassant, du même coup, des embarrassants coups de fil à ses conquêtes précédentes), il décide de les contacter… par ordre alphabétique. Notamment pour retarder autant que possible son appel à une certaine Tanya, que nous sommes donc impatients de découvrir.

 

 

Scrotal Recall

 

 

Le pilote se concentre ainsi sur les circonstances dans lesquelles Dylan a été amené à coucher avec une certaine Abigail, à l’occasion d’un mariage, à travers les souvenirs que lui, son meilleur pote Luke et sa meilleure amie Evie, ont de cette journée. Le second épisode, quant à lui, se penche sur la rencontre avec une jeune femme nommée Anna, etc.

 

 

 

La vraie bonne trouvaille de cette série, c’est, paradoxalement, cette décision assez irrationnelle de remonter la liste des conquêtes du héros par ordre alphabétique. Dylan étant un jeune trentenaire et ayant perdu sa virginité il y a onze ans, l’ordre alphabétique des conquêtes, et donc des épisodes, va nous amener à explorer sa vie sexuelle sur une grosse décennie, et en creux, bien sûr, ses évolutions personnelles et sa relation avec ses amis, qui seront vraisemblablement les seuls à traverser ces épisodes avec lui.

 

 

scrotal recall couch

 

En dépit d’un héros pas forcément très sympathique (difficile de s’identifier à quelqu’un qui n’arrive pas à FERMER SA GUEULE pendant une cérémonie de mariage), le principe narratif de la « surprise » (puisqu’à chaque épisode, on ne sait pas trop sur quelle période de la vie de Dylan on va tomber, ni quelle occasion, ni quel lieu : tout le contraire d’une sitcom classique qui obligerait à revenir chaque semaine dans les mêmes apparts, bars ou lieux de travail fréquentés par les héros) devrait s’avérer délicieusement imprévisible, tout en dessinant finement la psychologie des personnages et en renvoyant les uns aux autres des événements a priori peu liés. Surtout, les acteurs sont excellents pour la plupart, et comme souvent chez les anglais, c’est d’une drôlerie loufoque et guindée assez savoureuse. Cette espèce de How I Met Your Mother à l’envers, qui rappelle un peu le concept de The Ex List (une jeune femme s’y voyait prédire, par une voyante, qu’elle épouserait un homme qu’elle avait déjà fréquenté, et se plongeait donc dans des reprises de contact plus ou moins foireuses avec ses ex), présente par ailleurs l’intérêt de ne pas ménager inutilement la chèvre et le chou entre quête amoureuse du héros et nécessaires cachotteries pour préserver le suspense : on comprend, à l’issue du pilote, où tout cela veut aller, et a priori on n’aura pas besoin d’attendre une hypothétique apparition de la femme de la vie de Dylan en fin de saison 8. Ce qui, qu’on le veuille ou non, fait désormais un peu plaisir à savoir.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*