Le tube d’il y a dix ans : Eric Prydz – Call on me

Il y a eu une des fesses avant les fesses de Nicki Minaj. 2005 a été, dans la musique populaire en France, une année assez bizarre, pour ne pas dire pauvre. Seuls huit titres ont en effet occupé la première place du Top single cette année-là, et pour la plupart, c’était un peu la teuhon. Ma Philosophie d’Amel Bent, Hung Up de Madonna, Santiano de la Star Academy 5, et Mon Plus Beau Noël de Johnny Hallyday (hein ?) ont ainsi meublé des miettes de l’année, quand Ilona Mitrecey et Crazy Frog ont, avec Un monde parfait, Axel F. et Popcorn, trusté à eux deux le sommet pendant huit mois. Huit. Mois.

Autres tubes notables de cette année-là : T’es pas cap Pinocchio, de Pinocchio, Elle me contrôle de M. Pokora, Quand une fille est love de Kayliah, Gasolina de Daddy Yankee, Space Soap (La soupe aux choux) de Mister Cosmic… Annus horribilis, je te dis. Plus terrible, encore : 2005, c’est aussi l’année où la pire chanson du monde est devenue (et dans certains cas, malheureusement restée) le tube pénible des mariages :

Mais début 2005, le single n°1 en France, c’est donc le subtil Call on me, d’Eric Prydz, pas du tout aidé par son clip frais et raffiné. Call on meeeeeeeeeeeeeeeeee, call-on-me. Call on meeeeeeeeeeeeeee, call-on-me. Enfin bon, c’était pas une chanson à texte, quoi. La vidéo sert probablement encore de modèle en cours d’épilation maillot dans les écoles d’esthéticiennes. Mais c’était sympa, le temps que ça a duré. Un peu à la manière d’un Roger Sanchez, d’un Fedde Le Grand, d’un Edward Maya ou d’un Benny Benassi, Call on me est ce tube mainstream qui permet à son DJ de se faire un nom et de s’assurer quelques sets prestigieux à Ibiza et Miami les étés suivants, et comme bien d’autres avant et après lui, le grand public n’en entendra plus vraiment parler par la suite.

N’empêche que c’est Call on me et sa vidéo tellement over the top qui m’ont donné envie d’essayer le stretching. Une vrai déception, en ce qui me concerne : ça ne ressemblait pas du tout au clip.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*