La Pop-Pouffe de février

 

 

 

En 2015, il arrive encore que des success stories de talents issus du web émergent dans les charts, c’est à dire des gars et des filles plus connus pour avoir été des stars de YouTube, de Soundcloud ou de Vine que pour leur signature avec un label prestigieux. Tori Kelly est la petite dernière de cette mouvance, qui a auparavant vu des étoiles filantes comme Soulja Boy, Carly Rae Jepsen, Charice ou Grayson Chance, mais aussi des artistes plus établis comme Lily Allen, Arctic Monkeys ou même Justin Bieber, à tenter sa chance dans la jungle des classements singles anglo-saxons. Souvent, ces « stars issues du web » sont des gens dont on a oublié qu’ils avaient été portés, au tout départ, par le succès inattendu de leur page MySpace ou des vidéos non officielles postées et partagées en masse par des fans anonymes sur YouTube. Mais ça donne de l’espoir à ceux qui espèrent se faire repérer sans pour autant trop savoir comment s’y prendre pour écumer scènes et festivals.

 

 

Le single Nobody Love n’est pas le tout premier que tente de sortir cette jeune femme de 22 ans, qui a par ailleurs été une anecdotique candidate d’American Idol il y a quelques années, sans parvenir à se hisser jusqu’aux phases finales de prime time : elle avait déjà sorti deux EPs et quelques singles promotionnels, mais aucun qui ait réussi à se classer dans les charts US. C’est désormais le cas avec cette chanson, qui se classe dans le Top 40 du Pop Songs Chart de Billboard.

 

 

Pas une voix des plus extraordinaires, Tori Kelly se distingue par une présence fraîche, et un panache qui n’est pas sans rappeler la jeune Christina Aguilera, il y a quelques années de cela. Pour le reste, le titre est random mais efficace, tout à fait apte à passer le test de la bande FM s’il est matraqué comme il faut : son clip à base de clichés éculés (le concert/fête improvisé dans un diner…), son couplet R’n’B dont la montée en puissance n’est pas sans rappeler le Un-Thinkable d’Alicia Keys et son refrain catchy faussement pop-rock devraient suffire à lui ouvrir les portes d’un premier hit et, du coup, d’un boulevard pour la suite, si elle sait capitaliser. Son premier album, sur lequel elle aurait, selon les rumeurs, bosser avec Pharrell Williams, Max Martin et Ed Sheeran, n’a pas encore de date de sortie. Mais nul doute que des collab’ pareilles ne sauraient être jetées à la poubelle, même si Nobody Love ne prend pas du premier coup…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*