Schadenfreude

 


 

 

 

Leave Madonna alone !! Et donc, la pauvre Madonna s’est croûtée à cause d’une cape mal détachée hier soir aux Brit Awards. Une chute spectaculaire que j’ai regardée en live sur la chaîne YouTube des Brit Awards, et dont j’ai cru, une ou deux secondes, qu’elle faisait partie de la choré. Et puis vu la chute, l’arrêt du chant, la manière un peu claudicante et embarrassée de la chanteuse de se relever, j’ai compris que non. Que cette perfectionniste de Madonna, dont le retour est à la fois sous le feu des projecteurs et annoncé d’avance comme un flop retentissant, venait de vivre un vrai incident en live.

  

 

 

Et dans les minutes qui ont suivi, Twitter et Vine s’en sont donnés à coeur joie, cherchant des gif et des vidéos de l’extrait incriminé partout où ils pouvaient être disponibles, commentant et y allant de leur blague sur l’âge de Madonna, sur les danseurs et costumiers qui ont dû se faire défoncer la gueule juste après, ou sur The Incredibles… Moi le premier. Alors bon, l’âge de la chanteuse n’a pas grand-chose à voir avec la choucroute, hein (Taylor Swift ou Britney Spears se seraient vautrées tout pareil, avec la même wardrobe malfunction), mais c’était un peu étrange de voir les réactions outrées de certains, fanboys ou non, face à ce déluge de lol. Genre « oh la la, vous êtes méchants, la pauvre », « c’est là qu’on voit qu’il y a des sadiques dans nos TL », « vous n’êtes que des haters »… Euh, mais les gars, vous croyez qu’on regarde ces cérémonies en live pour quoi ?

 

 

 

 

On est ravis que Madonna ne soit pas blessée, et impressionnés qu’elle ait repris sa prestation sans moufter (quand bien même cette métaphore filée autour de l’univers de corrida du clip commence un peu à s’essouffler), mais si on regarde des trucs comme les Brit Awards, les Grammys et les oscars, c’est aussi dans l’espoir d’assister à ce genre d’imprévu, d’en rire et de partager cela, en direct, avec d’autres internautes. Si possible, en se distinguant par le trait d’esprit qui fera mouche. Si les réseaux sociaux ont un intérêt, c’est quand même celui-là : enrichir une expérience en dialoguant avec ceux qui vivent la même, au même instant, et rire et réfléchir de leurs statuts, tweets et détournements sur le sujet, pour justement aller au-delà de ses seuls avis et ressenti seul devant son écran. Qu’on parle du live-streaming d’une cérémonie musicale ou sportive, d’une campagne pub qui buzze ou d’un événement dramatique comme les attaques terroristes de janvier, le web social a aussi (et avant tout) cette vertu cathartique, de nous permettre de déverser nos réactions spontanées et, avec un peu de chance, plus réfléchies, aux événements, et d’en faire un dialogue. On peut rire de la chute de Madonna ET se sentir super mal pour elle et la trouver hyper digne dans sa manière de rebondir ; on peut trouver sa prestation très correcte (elle aura au moins eu le mérite de prouver que ce n’était pas du playback) MAIS retenir quand même la croûtade en règle et les memes qui en sont nés. Je ne vois pas où est le problème, et si cela fait de moi l’un des sadiques des TL Twitter, je me demande si les humanistes offusqués des réseaux sociaux ont autant de scrupules quand il s’agit de vanner un candidat de Top Chef sur sa diction ou de L’Amour est dans le pré sur son look. Avant toute chose, le fait que cette chute fasse tant parler ne montre pas que Madonna concentre sur elle spécifiquement plus de haine ou de mépris que Lady Gaga, Beyoncé ou Katy Perry, mais plutôt que son professionnalisme est reconnu, son perfectionnisme scruté, ses comebacks encore surveillés et commentés ad nauseam : bref, qu’elle est toujours in the game.

 

 

Personnellement, cette chute, je la trouve hilarante, parce qu’elle l’est, et que, Madonna ou pas, c’est toujours drôle de voir quelqu’un se vautrer. Que cette immense star soit embarrassée de voir sa prestation ternie par un instant « vidéo gag », je le comprends (je me demande quelles pressions les organisateurs ont subi pour ne pas mettre la vidéo en ligne sur YouTube, vu qu’ils y ont mis toutes les autres prestations live de la soirée), mais c’est quand même drôle, et nous ne devrions pas avoir honte de rire spontanément d’un instant imprévu, presque choquant et surtout totalement incongru, qui est l’une des raisons pour lesquelles on live-tweete.

2 réflexions au sujet de « Schadenfreude »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*