Sam Smith – Lay Me Down

 

 

 

Grandissime favori des Brit Awards et (dans une moindre mesure, vu la concurrence autrement plus américaine) des Grammy Awards qui se tiendront ce week-end, Sam Smith poursuit l’exploitation de In The Lonely Hour avec Lay Me Down, une jolie ballade triste qui suscitera quelques réflexions.

 

 

Yes, I do, I believe
That one day I will be where I was
Right there, right next to you
And it’s hard, the days just seem so dark
The moon, the stars are nothing without you

 

En mettant en scène un enterrement puis un mariage gay dans un église, le clip pointe cette hypocrisie tragique, qui veut que l’Eglise accepte les gays morts mais pas les gays vivants en couple. Beaucoup d’homos se déconnectent de leur spiritualité par sensation de rejet par leur religion, et ceux qui essayent de concilier les deux font une sorte de grand écart intellectuel et moral permanent, qui doit être bien épuisant (pour ma part, j’ai de vilains parents athées qui, comme beaucoup d’autre, m’ont baptisé pour faire plaisir aux grands-parents et offert une éducation catholique avant tout parce qu’ils voulaient que je sois scolarisé dans le privé : des racines bien profondes sur lesquelles construire une foi, quoi). Mais comme il est triste, c’est vrai, de devoir choisir entre sa vie amoureuse et son ancrage socio-culturel… Que ce soit basé sur l’homosexualité ou sur d’autres particularismes, les barrières sociales n’ont pas fini de se dresser dans la vie des gens qui naviguent dans plusieurs communautés et identités à la fois, croyant naïvement que tolérance et ouverture d’esprit leur permettront de tout concilier.

 

La mélodie de Lay Me Down est mélancolique et accrocheuse, on l’aime facilement, en deux ou trois écoutes, et ce sixième single (qui est en fait une re-sortie – c’était également le lead single de l’album il y a deux ans, avant que le chanteur ne devienne bankable) devrait donc donner à Sam Smith une nouvelle occasion de briller dans les charts anglo-saxons, ou du moins de relancer les ventes de l’album (qui n’en a guère besoin) dans les prochaines semaines. De notre côté de l’Atlantique et de la Manche, on attend toujours que Sam Smith intéresse les Français, puisqu’on ne peut pas dire que son album ait vraiment été un carton chez nous, malgré les éloges de la presse et le succès dans les autres pays. Encore une exception française.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*