Jermain Jackman – How Will I Know

 

 

S’il y a bien un mérite que les télé-crochets anglo-saxons n’ont pas beaucoup eu, depuis toutes ces années (notamment dans leurs versions US et UK, a priori les plus susceptibles de mettre en branle une machine promotionnelle internationale et de déverser du single en masse sur les marchés européens), c’est bien celui de faire émerger des stars mondiales. The Voice, que tout le monde porte aux nues pour les talents « pros » et véritablement prêts pour le marché qui s’y présentent (par la magie du casting et de la pré-sélection, ne nous leurrons pas), a notamment un étonnant ratio gagnants / stars effectives. Bien qu’il en aille de même pour American Idol ou X-Factor (à peu d’exceptions près : Leona Lewis, James Arthur, vite fait), la médiatisation mondiale de ce télé-crochet et de son jury star (qui a tour à tour accueilli Christina Aguilera, Adam Levine, Cee-Loo Green, Pharrell Williams, Kylie Minogue, Jessie J, Gwen Stefani, Usher… dans ses versions américaine et anglaise) devrait garantir un minimum d’exposition, par la suite, à ses gagnants ou à ses candidats les plus « marquants ». Et c’est, curieusement, très peu le cas.

 

 

the voice pharrell

 

Qui sait ce qu’ont fait (ou même, qui a entendu parler de) Javier Colon, Juliet Simms, Cassadee Pope, Michelle Chamuel, de notre côté de l’Atlantique ? Soit les artistes émergeant de The Voice sont trop marqués culturellement pour les marchés US/UK, soit la machine promo mondiale n’est pas vraiment déroulée pour eux, même en cas de victoire. Et c’est dommage, pour des programmes de télé-crochet qui jouent beaucoup sur l’émotionnel lié à l’enjeu de « faire carrière », « devenir une star », « découvrir la plus belle voix qu’on ait jamais entendu dans le showbiz », de ne pas (plus ?) assumer ce positionnement en faisant le nécessaire pour que cela devienne vrai, au moins le temps du premier album. Je veux dire, quand tu vois une Sophie Tith (Nouvelle Star) ou un Yoann Fréget très émus de gagner leur finale, de nos jours, t’es content pour eux, mais tu es surtout de plus en plus conscient du fait qu’ils ont surtout, très probablement, gagné le droit de disparaître des radars trois mois après un album que pas grand-monde n’aura acheté. Parce que la prod’, les labels ou les radios ne jouent plus le jeu autant qu’à l’époque de Jenifer, mais aussi parce que, au sein d’un même programme, et indépendamment de la « nouveauté », parfois ça prend (Christophe Willem, Julien Doré), et parfois ça prend pas (Steve Estatof, Magalie Vaé). Le vote sms du public n’est pas une garantie de ventes futures, on le sait, et surtout les labels le savent. Mais The Voice est un exemple d’autant plus voyant (et un peu gênant) qu’il est LE format de télé-crochet le plus en vue ces dernières années en occident.

 

 

 

Car même en France, les percées et ventes phénoménales prédites à Al.Hy, Louis Delort, Olympe et les autres se font encore attendre. Et je ne parle même pas des gagnants qui, à l’exception de l’inexplicable phénomène Kendji Girac, ont un peu sombré. Alors certes, il y a des exceptions, aux parcours un peu atypiques , qui ont quand même sorti des trucs (Louane Emera, Vigon, Luc Arbogast, Fréro Machinchose…), mais un peu comme à la grande époque M6 de la Nouvelle Star, c’est pas la folie au niveau des débouchés.

 

Alors je croise les doigts pour Jermain Jackman (qui n’est pas presque Jermaine Jackson), gagnant de la saison 3 de The Voice UK, son look faussement hipster, ses splendides bagues dentaires et son premier « vrai » single How Will I Know. Une chanson qui n’est pas une reprise de Whitney Houston ou de Jessica Folcker, mais bien un titre inédit, dans la veine soul-rétro popularisée par Amy Winehouse à la fin des années 2000 : pas follement original, mais sympathique et catchy. Malheureusement, avec un clip cumulant moins de 1 900 vues en trois jours sur YouTube, pas sûr que sa popularité spontanée suffise, pour le moment, à garantir son succès dans les charts. Réponse un peu plus claire le 23 mars prochain, quand son premier album sortira au Royaume-Uni…

3 réflexions au sujet de « Jermain Jackman – How Will I Know »

  1. Je suis d’accord avec ton constat mais l’explication est très simple:
    Les télés crochets sont par principe conçus pour offrir à un public donné ce qu’il attend. C’est lui qui choisit par élimination le son qui lui est le plus agréable, le gagnant d’un télé crochet est toujours celui qui conforte la plus grande partie du public dans ses goûts.
    C’est à peu près l’exacte inverse d’une démarche artistique !
    La démarche artistique c’est d’offrir ce que le public n’attend pas.
    Personne n’aurait voulu du rap en 1980 si Grandmaster Flash s’était présenté à un télé-crochet. Lady Gaga serait partie sous des jets de tomates, Madonna n’aurait jamais eu son ticket pour Baltard, Oasis aurait été recalé, etc etc
    L’industrie musicale aujourd’hui est tellement vérouillé qu’elle n’est capable de produire que ce qui plaît, mais n’est plus adaptée pour promouvoir ce qui pourrait plaire.
    Donc, chaque vainqueur de télé crochet est tellement calibré pour les goûts du pays où il concoure, et la victoire des participants est tellement conditionnée par un attachement émotionnel progressif des spectateurs à l’artiste par le biais de séquences bien sirupeuses avec les témoignages de la maman, de la meilleure amie de l’artiste etc qu’il est absolument impossible que l’adhésion populaire traverse les frontières hertziennes, encore moins les océans !

    1. Je suis d’accord avec toi sur l’idée que certains artistes sont trop « marqués » par leur passage TV dans leur pays pour vraiment s’imposer aussi bien ailleurs (Kelly Clarkson ne sera probablement jamais, chez nous, l’immense star qu’elle est / a été aux US). Mais justement, ce qui m’interroge, c’est que si l’adhésion populaire ne traverse pas les frontières (à quelques exceptions près dont on comprend mal ce qu’elles ont de plus ou de moins « global-friendly » que les autres – je veux dire, James Arthur, sérieusement ?), bien souvent, elle ne traverse pas non plus les caisses de la Fnac…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*