Cannes 2015, en attendant les stars

cannes 2015 poster

 

L’organisation du Festival de Cannes 2015 a donc présenté une partie de ses sélections officielles ce matin, dont la majeure partie des films en compétition (17 pour le moment) : les éventuels ajouts de dernière minute, les séances Cannes Classics, la Quinzaine des Réalisateurs et les membres du jury présidé par les frères Coen seront, quant à eux, révélés dans les prochains jours. C’est bien évidemment sous prétexte de peaufiner des sélections dans des palabres qui durent jusqu’à quelques heures avant leur annonce, nous dit-on généralement, mais se leurre-t-on encore, en 2015, sur la stratégie RP qui consiste à annoncer le programme en plusieurs fois histoire que la presse en remette une couche toutes les semaines jusqu’à l’ouverture ?

 

cotillard macbeth

 

Bref, les « premiers » films en compétition pour cette édition 2015 sont donc :

Deephan, de Jacques Audiard
La loi du marché, de Stéphane Brizé
Marguerite et Julien, de Valérie Donzelli
Le Conte des contes, de Matteo Garrone
Carol, de Todd Haynes
The Assassin, de Hou Hsiaou Hsien
Mountains may depart, de Jia Zang Ke
Macbeth, de Justin Kurzel
The Lobster, de Yorgos Lanthimos
Mon Roi, de Maïwenn
Notre petite soeur, de Hirokazu Kore-eda
Mia Madre, de Nanni Moretti
Le Fils de Saul, de Laszlo Nemes
La Jeunesse, de Paolo Sorrentino
Louder than bombs, de Joachim Trier
The Sea of Trees, de Gus Van Sant
Sicario, de Denis Villeneuve

 

THE SEA OF TREES

 

Une sélection « fraîche », nous annonçait-on, sous prétexte peut-être que pour une fois les frères Dardenne, Naomi Kawase, Ken Loach et Pedro Almodovar n’y sont pas, mais finalement assez classique dans sa composition géographique et stratégique. Quatre films français, dans la logique habituelle de sur-représentation du cinéma hexagonal, et qui seront à surveiller d’ici les César 2016 (je parie que comme chaque année, la presse française annoncera ainsi un film français comme [son] favori pour la Palme d’or, et que comme bien souvent ça n’arrivera pas – cf. Saint Laurent l’an dernier, Holy Motors en 2012 [mais on était quand même content pour Amour, qui était presque un film français, hein], The Artist en 2011, Des Hommes et des Dieux en 2010, Un Prophète en 2009, Les Chansons d’Amour en 2007, etc.) : peut-être enfin une palme pour Audiard, ou une confirmation pour Donzelli ou Maïwenn ? Deux réalisateurs déjà palmés pour le suspense de « va-t-il ou va-t-il pas faire le doublé ? » : Moretti et Van Sant. Trois américains, trois italiens, trois asiatiques. Un hongrois pour rassurer la presse intello. Un projet grec barré (The Lobster) dont tout le monde va parler en espérant que son sujet « atypique » (un futur apocalyptique dans lequel les célibataires sont arrêtés et parqués ensemble, et ont 45 jours pour trouver l’âme sœur sans quoi ils sont transformés en animaux) (bon…) lui permette de décrocher un prix (ce qui permettra à chacun de dire « je le savais » et de saluer la reconnaissance d’un film singulier qui sera vu par quinze personne au ciné au mois d’août prochain, avant de donner les grosses récompenses à une vedette hollywoodienne qu’on aura starfuckée à la Villa Schweppes). Et globalement une flopée de réalisateurs confirmés et déjà remarqués voire distingués par le passé : Todd Haynes, Denis Villeneuve, Matteo Garrone, Paolo Sorrentino, Audiard…

 

cate blanchett carol

 

En résumé, pas un crû des plus surprenants, à première vue. Mais c’est sur pièce qu’on constatera si l’un d’eux a pondu un grand film, voire si un film bof-bof va coiffer au poteau un grand film, voler la Palme d’or et scandaliser tout le monde. Pour le reste, sous couvert de sélection « risquée », on a surtout une sélection assez sage de relatifs habitués, sans incidence fâcheuse sur le « glamour » ou le potentiel de paparazzades dans les différents spots de la quinzaine cannoise, avec plein de projets de prestige pour stars hollywoodiennes s’encanaillant pour une fois dans un film d’auteur qui fera trente entrées aux États-Unis, comme d’hab’ en somme : Vincent Cassel, Emily Blunt, Naomi Watts, Cate Blanchett, Rooney Mara, Vincent Lindon, Michael Fassbender, Marion Cotillard (quatrième année de suite en compétition, qui va lui souffler le prix d’interprétation cette année ?), Matthew McConaughey, Salma Hayek, John C. Reilly, Isabelle Huppert, Benicio Del Toro, Michael Caine, Rachel Weisz…

 

Si on ajoute à cela les présences de Woody Allen, Natalie Portman, Emma Stone, Joaquin Phoenix, Charlize Theron ou encore du dernier Pixar en dehors de la compétition officielle, c’est pas cette année que des inconnus roumains ou japonais vont prendre toute la place sur le tapis rouge.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*