Natalie Imbruglia – Instant Crush

 

 

 

On avait un peu perdu Natalie Imbruglia de vue, depuis 2010 et sa pause musicale pour « se concentrer sur sa carrière d’actrice » (un choix dont on n’a pas vraiment vu les fruits, de notre côté de la planète, mais la fiche Wikipedia de la chanteuse indique qu’elle a tourné trois films en cinq ans, qu’elle a fait du théâtre et qu’elle a réalisé un documentaire sur la santé des femmes en Ethiopie – le tout n’ayant probablement été visible qu’en Australie, l’aura internationale de Natalie Imbruglia étant désormais un peu faiblarde, surtout pour le volet « carrière d’actrice »). Mais voila qu’elle promet son grand retour (yeah !) pour le mois de juillet 2015 (hourra !) avec… un album de reprises (ah…).

 

natalie imbruglia clip instant crush

 

Bon, a priori, l’album de reprises, c’est soit un truc de candidat de télé-crochet qui doit sortir un disque très vite avant qu’on l’ait oublié, soit un truc d’artiste établi qui a des impôts à payer et qui est un peu fainéant sur les bords / n’a pas trop le temps d’écrire un album entier avant d’avoir le fisc au cul. Mais Natalie nous promet un album-concept : ça s’appellera Male et elle n’y reprendra que des chansons connues pour avoir été interprétées par des hommes. Bon. C’est pas la révolution mais c’est sympa.

 

Au programme de cette nouvelle galette, qui fera au moins plaisir aux fans :

1. Instant Crush (Daft Punk)
2. Cannonball (Damien Rice)
3. The Summer (Josh Pyke)
4. I’ll Follow You Into the Dark (Death Cab for Cutie)
5. Goodbye in His Eyes (Zac Brown Band)
6. Friday I’m in Love (The Cure)
7. Naked As We Came (Iron & Wine)
8. Let My Love Open the Door (Pete Townshend)
9. Only Love Can Break Your Heart (Neil Young)
10. I Melt With You (Modern English)
11. The Waiting (Tom Petty)
12. The Wind (Cat Stevens)

 

 

Premier extrait, donc, cette reprise d’Instant Crush, de Daft Punk, dont la voix originelle était celle de Julian Casablancas, leader de The Strokes. Perso je n’étais déjà pas un grand fan de la version de base, que j’ai vraiment fini par apprécier à l’usure, à cause de sa phénoménale longévité dans les charts français et dans les playlists radio : en relative rupture de ton par rapport à Get Lucky, ce quatrième extrait de Random Access Memories n’en a pas moins permis à Daft Punk de continuer à surfer sur le succès de son hit planétaire pendant une bonne partie de l’année 2014, grâce à de multiples diffusions sur NRJ, RTL2, RFM, Virgin Radio ou les musicales locales. La jolie Natalie, si elle ne redéfinit pas trop le titre, l’a donc sorti de son bain d’électro et l’a plongé dans un bouillon de pop-rock mélancolique, qui n’est pas sans rappeler certaines variations de Kylie Minogue (The Abbey Road Sessions) ou de Lana Del Rey. Cela se sent aussi dans son look savamment rétro, son rouge à lèvre subtilement pin-up, et l’ambiance vaguement Edward Hopper-esque (et siphonnée, oui, dans la mesure où Natalie y joue les desperate housewives esseulées, réduite à mimer la dînette avec un mannequin en plastique) du clip, qui nous amènent dans le même registre de pop empreinte de gravité que ses deux consœurs.

 

natalie imbruglia instant crush

 

 

Une copie propre mais peut-être un peu trop sage, en somme, d’un titre par ailleurs un chouïa trop récent pour être véritablement « redécouvert », pour espérer braver la sélectivité médiatique. Mais un deuxième extrait de l’album Male, peut-être plus original, reste possible d’ici cet été…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*