Jabberwocky feat. Ana Zimmer – Fog

Bonne ambiance, à nouveau, ce clip de Jabberwocky. On attend encore le véritable premier album de ce trio français, forcément étiqueté french touch, que l’industrie attend au tournant pour en faire les nouveaux C2C et les couvrir de Victoires de la Musique pendant que le public, un chouïa embarrassé, se retiendra de crier « WOOOO CALMEZ-VOUS LES GARS C’ÉTAIT JUSTE UNE MUSIQUE DE PUB ». Issus du label / collectif Pain Surprises, Camille Camara, Emmanuel Bretou et Simon Louis Pasquer ont signé chez Polydor et devraient livrer un premier « vrai » disque au format long d’ici la fin de l’année. Jusqu’à présent, ceux qui ne suivent pas (genre moi) connaissaient surtout Jabberwocky pour Photomaton, la musique de la pub Peugeot 208, il y a deux ans.

 

Le clip un peu trashouille avait fait parler à l’époque, et ça recommence cette année avec Fog, véritable court-métrage animé conçu par Ugo Bienvenu et Kevin Manach, deux illustrateurs eux aussi issus de chez Pain Surprises, dont le trait est assez clairement inspiré de la BD adulte et des mangas japonais issus de studios comme Production I.G (Ghost in the Shell, Blue Seed, et toute la séquence animée de Kill Bill sur les origines d’O-Ren Ishii). On y suit l’arrivée d’une toute jeune fille, attendue comme une sorte de Messie par une bande d’adultes apparemment riches et puissants et qui, après un petit tour en ascenseur, n’est pas livrée à une suite royale ou à une quelconque salle du trône, mais à un plongeoir, dont elle doit s’élancer pour aller s’écraser plusieurs dizaines d’étages plus bas, pour le bon plaisir des adultes aperçus un peu plus tôt.

 

jabberwocky fog glasses

 

Le clip ne manque pas de faire réagir depuis quelques jours, et devrait avoir un peu de mal à s’imposer en télévision. De nombreux internautes se demandent de quoi tout cela est la métaphore. De la société du spectacle ? Des drogues récréatives ? Des rapports de classe ? Peu importe : c’est très perturbant, et c’était probablement le but. La musique, planante et inquiétante, est assez avantagée par cette illustration glauque, qui lui confère une dimension triste et pessimiste. Du coup, ça va peut-être être dur de re-choper une synchro publicitaire avec ce genre de son, mais qui sait, quelques passages du clip à la télévision, une présence sur une B.O. de série ou de film, et Fog pourrait brasser bien au-delà du premier cercle de fans du groupe.

Une réflexion au sujet de « Jabberwocky feat. Ana Zimmer – Fog »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*