Taylor Swift – Bad Blood

Jamais facile d’exploiter un album au-delà de deux singles. La plupart du temps, les troisième et quatrième singles issus d’un album pop sont choisis un peu au pif, envoyés aux radios et destinés principalement à créer une nouvelle actualité autour de l’artiste pour maintenir l’EP dans les charts, tout en jetant au passage un os aux fans avides d’images et de nouveautés, si insignifiantes soient-elles. Mais quand on est une star du calibre de Taylor Swift, avec la place qu’elle occupe actuellement sur l’échiquier pop mondial, la pression augmente. Surtout quand, comme elle, on est en guerre ouverte contre Katy Perry, dernière popstar US à avoir dominé les charts avec toute l’exploitation d’un album, enchaînant cinq singles numéro 1 du Billbord Hot 100 (California Gurls, Teenage Dream, Firework, E.T., et Last Friday Night en 2010-2011). Après ses deux numéro 1 Shake It Off et Blank Space, et un troisième single, Style, qui a fait moins de vagues, il fallait donc qu’elle frappe un grand coup avec ce quatrième single, pour espérer relancer l’intérêt médiatique autour de 1989.

 

De fait, le clip de Bad Blood, un duo avec Kendrick Lamar (dont la présence semble assez anecdotique), a battu le record de la vidéo la plus visionnée dans ses premières 24 heures de mise en ligne, dépassant les 20 millions de vues.  La faute à un casting de malade, savamment teasé dans les jours précédant la révélation de la vidéo lors des Billboard Music Awards (lesquels ont servi de promo au truc, plus encore qu’au dernier Britney, tant Taylor Swift y a survolé la compétition, avec 8 prix) : Lena Dunham, Hayley Williams, Selena Gomez, Ellie Goulding, Jessica Alba, Ellen Pompeo, Mariska Hargitay, Cindy Crawford, Karlie Kloss, Cara Delevingne… Bref, de quoi montrer, dans le grand concours de bites du web, qu’elle a le plus gros carnet d’adresses du showbiz américain.

 

taylor-swift-music-video-bad-blood

 

Le problème étant que tout cela ne respire pas la maturité, en termes de démarche, et ne présente pas forcément la chanteuse sous son jour le plus flatteur. L’hommage à Kill Bill (histoire de vengeance, combattantes à pseudonymes) passe presque inaperçu dans ce déluge de star, dont la plupart apparaissent même trop brièvement pour être identifiées, et ce scénario tout abscons : l’efficacité du titre ne s’en trouve pas renforcée, ce qui est bête, pour un clip blockbuster dont on imagine qu’il a coûté un peu cher. Dommage, donc, d’avoir réduit ce titre, somme toute efficace, à un gros gadget promotionnel dont le fond semble hélas absent.

Une réflexion au sujet de « Taylor Swift – Bad Blood »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*