La Pop-Pouffe de juin

 

 

 

Kat Deluna, auteure et interprète de deux hits mineurs de la fin des années 2000 (Whine Up et Run The Show), galère depuis quelques années à renouveler ces succès, se compromettant avec des DJs européens douteux pour tenter d’exister sur la scène dance (elle ne semble jamais avoir sérieusement tenté de se faire une crédibilité aux Etats-Unis), sans jamais réussir à faire de vagues dans les charts.

 

 

Cette année, elle s’associe à Trey Songz, un rappeur essentiellement connu aux Etats-Unis (et un peu, chez nous, pour des rumeurs idiotes qui voulaient qu’il soit l’amant de Will Smith) et, deux ans après tout le monde, nous montre ses fesses. Elle les remue, les colle contre une vitre, les tend en arrière, les expose au-dessus de son jean baissé. Et, euh… Bah c’est à peu près tout ce qu’il y a à retenir de ce clip putassier, quelque peu embarrassant à regarder.

 

Et je ne dis même pas ça par slut shaming, hein, c’est pas mon genre : c’est juste que je ne crois pas qu’on n’ait trop envie de voir ça, au bout de deux ans de twerk, autrement que sur une superstar en pleine possession de ses moyens et de son sex-appeal. Une Rihanna en forme ou une Shakira qui voudrait casser son image un peu lisse, ça me ferait soulever un sourcil, ça m’interpellerait, de la voir ainsi se cambrer dans tous les sens, ça m’interrogerait. Là, ça pue tristement l’attention whore, point barre. Un peu comme le clip de Booty par JLo et Iggy Azalea il y a quelques mois : on sent la panique, la promo nécessaire, la peur de ne pas exister médiatiquement, et les fesses comme seul argument. Outre le fait que c’est étrange de mater cette pin-up d’un mètre dix les bras levés nous la jouer peep show avec son visage poupin, la chanson est par ailleurs assez mauvaise. On souhaite donc à Kat Deluna que l’outrance visuelle de cette chose ait l’effet escompté (faire le tour du web en moins de 48 heures), puis on va probablement tous reprendre le cours de nos vies et oublier ce single et son clip clairement clickbait. Même si le panneau de fin, « Part 2 coming soon », n’est pas là pour me rassurer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*