Les oscars 2016

 

oscar winners 2015

 

Encore un début de mois de juillet calme au niveau des séries, clips et sorties ciné (du moins, me concernant), ce qui me donne une nouvelle occasion de faire un petit tour d’horizon des projets cinés, plus ou moins en post-production ou déjà prêts depuis la saison des festivals, qui devraient honorer les Golden Globes puis les oscars de leurs prestigieux castings, début 2016. Si Julianne Moore et Eddie Redmayne ont fini leur marathon à awards 2015 avec la récompense suprême, je ne les avais pas nécessairement vus venir (même Moore, dont le triomphe cannois dans Maps To The Stars ne me semblait pas assez oscar-friendly, et dont Still Alice n’était pas passé sous mon radar il y a un an), mais l’automne devrait jeter un coup de projecteur sur quelques habitués pour les catégories Meilleur acteur et Meilleure actrice.

 

Chez les messieurs, les acteurs en vue grâce à de gros projets « à oscars », à date, sont :

 

Leonardo Dicaprio – The Revenant

 

leonardo dicaprio the revenant

 

Concurrent logique, l’éternel nommé Leonardo Dicaprio tiendra le rôle principal du prochain film d’Alejandro González Iñárritu, couronné cette année pour Birdman. Cette histoire de vengeance, dans une ambiance western, aura un côté très Monte-Cristo : l’histoire vraie de Hugh Glass, un trappeur du Dakota du Sud, laissé pour mort par ses compagnons de route, sans armes ni équipement, avec une jambe cassée, après avoir été attaqué par un grizzly… qui reprendra pourtant conscience et se traînera jusqu’à Fort Kiowa, distant de plus de 300 kilomètres, avant de chercher à se venger de ceux qui l’ont abandonné. Le genre de matériau avec fort potentiel de scènes gore et pathos (Hugh Glass, pour éviter la gangrène, aurait laissé des asticots, trouvés dans la nature, ronger ses chairs mortes), qu’on sait qu’Iñárritu affectionne parfois. Enfin la bonne pour Dicaprio ?

Bradley Cooper – Adam Jones

 

bradley_cooper_adam jones

Au bout de trois années consécutives de nominations, difficile de ne pas jeter un œil aux projets de Bradley Cooper. Si Joy, le biopic de David O. Russell (un réalisateur qui a plutôt porté chance à Cooper jusqu’à présent) sur la vie de Joy Mangano, devrait plutôt faire la part belle à Jennifer Lawrence, Adam Jones, comédie dramatique sur fond de restauration, réalisée par John Wells (August Osage County) pourrait, en cas de succès en salles, lui assurer un peu de visibilité.

 

 

Robert Redford – Truth

 

Robert-Redford-truth

 

Un film inspiré de faits réels, avec Cate Blanchett au casting : banco. Pas sûr que le film soit très bon, mais ce drama politique, revenant sur le Memogate et le journaliste Dan Rather, qui révéla en 2004 que George W. Bush, alors en pleine campagne de réélection, aurait bénéficié de pistons pour éviter de combattre lors de la guerre du Vietnam, a du potentiel, pour un Redford complètement passé à côté de son grand retour avec All Is Lost en 2013. 35 ans après Ordinary People, cette histoire d’accusations et de manipulations positives pourrait le relancer. Les accusations du Rathergate furent par la suite largement discutées, notamment en raison de l’authenticité des documents utilisés pour appuyer ces révélations, qui fut remise en question.

Johnny Depp – Black Mass

 

 

Actor Johnny Depp is back in costume as Whitey Bulger as filming resumes on 'Black Mass' in Boston, Massachusetts

A la peine depuis quelques années, au box-office comme auprès de la critique, Johnny Depp pourrait se rattraper cette année avec ce biopic sur Whitey Bugler, chef mafieux qui prit le contrôle du crime organisé irlandais de Boston dans les années 70. Jamais favori à la victoire finale, il suffira peut-être que le film soit un succès en salles pour que Depp, qui est un peu comme Clooney et Dicaprio à ce stade (souvent nommé, peu ou pas récompensé, peut-être considéré comme long overdue pour un oscar) soit considéré de plus près.

 

 

Jake Gyllenhaal – Demolition

 

jake gyllenhaal demolition

Difficile de ne pas jeter un œil aux projets de Jean-Marc Vallée depuis deux ans, quand on cherche de la performance à oscar : c’est un peu devenu la spécialité du réalisateur canadien, apparemment. Ici, Gyllenhaal, injustement relégué à l’arrière-plan cette année malgré sa méritoire performance dans Nightcrawler, incarnera un banquier rendu dépressif par la mort de sa femme.

 

Tom Hanks – Bridge of Spies

 

tom hanks

Un peu boudé aux oscars ces dernières années (même pour Captain Phillips), Tom Hanks pourrait revenir en sélection avec le nouveau Spielberg.

 

 

Mark Ruffalo – Spotlight / Infinitely Polar Bear

 

spotlight

Si Infinitely Polar Bear, sorti ces jours-ci en France sous le titre débile Daddy Cool, est un pari un peu risqué, gageons que Spotlight, basé sur l’histoire de l’équipe de reporters du Boston Globe qui remporta le Prix Pulitzer en 2003 pour son enquête sur le scandale des abus sexuels dans l’Eglise catholique du Massachussetts, et porté par un casting de ouf (Rachel McAdams, Michel Keaton, Stanley Tucci, Liev Schreiber, John Slattery…), saura sourire à Mark Ruffalo, souvent pressenti mais toujours déçu. Michael Keaton, après son comeback réussi dans Birdman, devrait pour sa part attendre son tour en 2017, puisque The Founder, le biopic de John Lee Hancock (The Blind Side, Saving Mr Banks) sur la vie de Ray Kroc, fondateur de l’empire McDonald’s, sortira fin 2016…

 

 

Michael Shannon – Midnight Special

 

michael shannon jeff nichols

Apparemment un peu plus SF que ses films précédents (Take Shelter, Mud), le nouveau film de Jeff Nichols sort opportunément fin novembre aux États-Unis, et mettra Michael Shannon en scène, dans le rôle d’un père cherchant à protéger son fils, qui a des dons surnaturels, d’une traque religieuse et gouvernementale. On peut s’attendre à une prestation dans la lignée de sa performance hallucinée et paranoïaque de Take Shelter

 

 

Eddie Redmayne – The Danish Girl

 

Eddie Redmayne Danish Girl

 

Casse-gueule au possible, et peu probable candidat à la victoire finale un an après sa victoire pour The Theory of Everything, le nouveau projet d’Eddie Redmayne, qui a beaucoup fait parler ces derniers mois, n’est pas à négliger pour autant : Tom Hooper (The King’s Speech) à la réalisation, Matthias Schoenaerts, Ben Wishaw et Amber Heard dans des seconds rôles, et évidemment le sujet, un biopic sur Lili Elbe, la première femme transgenre ayant bénéficié d’une opération de changement de sexe, sont là pour attirer, nécessairement, la curiosité des votants.

Matt Damon – The Martian

 

matt damon the martian

Après Gravity et Interstellar, nouvelle chance pour un film d’astronautes de briller lors de la saison des awards, avec ce film de Ridley Scott mettant en scène Matt Damon, supposé mort dans un accident lors d’une mission sur Mars, et tentant de rentrer en contact avec ses collègues repartis vers la Terre, et de survivre en attendant la (maigre) éventualité d’être secouru.

 

Chiwetel Ejiofor – Secrets in their eyes

 

secret-in-their-eyes-remake-chiwetel-ejiofor-julia-roberts

Thriller adapté du film argentin Dans ses yeux, qui obtint l’oscar du meilleur film étranger en 2010, le film a peu de chances de briller à lui tout seul, mais avec le scénariste de Captain Phillips aux manettes, et Nicole Kidman et Julia Roberts en partenaires de jeu, le film a une vague aura de crédibilité. Chiwetel Ejiofor pourrait en profiter pour se rappeler à notre bon souvenir.

Colin Farrell – The Lobster

 

colin farrell lobster

Reparti bredouille de Cannes, ce film grec, joué en anglais avec du beau monde au casting (Rachel Weisz, John C. Reilly, Léa Seydoux) pourrait titiller la curiosité des grands pontes de l’industrie avec sa sortie automnale. Colin Farrell, dans le rôle principal, pourrait en profiter.

 

 

Michael Fassbender – Steve Jobs / MacBeth

 

michael-fassbender

Le biopic d’il y a deux ans, sur le même sujet, avec Ashton Kutcher dans le rôle-titre, s’est sévèrement planté au box-office. Mais là, on a Danny Boyle à la réal, Aaron Sorkin au scénar, et Kate Winslet, Seth Rogen et Jeff Daniels au casting : pas des gens qu’on balaye d’un revers de la main sans jeter un œil au nouveau biopic sur le fondateur d’Apple pour voir s’il vaut quelque chose. Sinon, Fassbender sera aussi à l’affiche de MacBeth à l’automne, partition plus classique mais probablement pas indigne de considération.

 

 

Joseph Gordon-Levitt – The Walk

 

jgl the walk

Réalisé par Robert Zemeckis, ce biopic sur le funambule français Philippe Petit, qui réalisa en 1974 la traversée sur fil, illégale, entre le sommet des deux tours du World Trade Center à New York, est le premier projet « sérieux » de Gordon-Levitt depuis deux ans. A voir si ça suffira à le faire remarquer.

 

 

 

 

 

Chez les femmes, quelques habituées aussi sont quasi-assurées de se glisser dans les shortlists :

 

 

Jennifer Lawrence – Joy / The Hunger Games

 

jennifer lawrence

Elle n’a pratiquement plus aucune chance de gagner, maintenant qu’elle a déjà un Oscar de la meilleure actrice, surtout avec une grosse franchise commerciale et une nouvelle collaboration avec David O. Russell (qui lui a valu ses deux Golden Globes), mais Jennifer Lawrence est tellement une chouchoute de l’industrie que c’est difficile d’imaginer qu’elle ne sera pas nommé pour ce biopic ou pour son interprétation, renfrognée mais couronnée de succès, de Katniss Everdeen.

 

 

Cate Blanchett – Carol / Truth

 

carol-cate-rooneyx750

Passée à côté du prix d’interprétation cannois, Blanchett ne sera probablement pas une favorite, à peine deux ans après avoir raflé l’oscar, mais il faudra compter avec elle.

 

 

Rooney Mara – Carol

 

rooney mara

Elle, elle a bel et bien remporté le prix d’interprétation féminine à Cannes, et semble avoir à cœur de se faire remarquer par les huiles d’Hollywood depuis Millenium. A suivre, indubitablement.

 

 

Alicia Vikander – The Danish Girl

 

alicia vikander the danish girl

Jamais facile de l’emporter, du moins dans la catégorie meilleure actrice (le second rôle, c’est autre chose), pour le rôle de l’épouse endurante souffrant au côté de son époux (demandez à Felicity Jones, pourtant excellente face au même partenaire il y a quelques mois), mais il y a fort à parier que le rôle de Gerda Wegener Gottlieb, l’épouse de Einar Wegener / Lili Elbe, qui soutint son mari dans sa transformation et peint de nombreux portrait de Lili, devrait être au moins aussi intéressant que celui d’Eddie Redmayne.

 

 

Charlize Theron – Mad Max : Fury Road

 

charlize theron mad max

Parce que ça aurait de la gueule.

 

 

 

Mia Wasikowska – Crimson Peak

 

mia wasikowska

Peut-être un peu trop étiqueté film de genre (en l’occurrence, mystère/horreur), le nouveau film de Guillermo del Toro pourrait bénéficier de son sujet très Rebecca : une jeune femme naïve découvre, une fois installée dans la maison ambiance manoir hanté de son charmant mari fraîchement épousé, que ce dernier n’est peut-être pas aussi lisse qu’elle ne le pensait. Si le rôle s’avère trop passe-partout (l’héroïne de ce genre de film n’est parfois qu’un vecteur d’intrigue, à la personnalité peu affirmée), peut-être Jessica Chastain, dans le rôle de la sœur nécessairement mystérieuse de l’époux creepy, peut-elle tirer son épingle du jeu. En tout cas, il faut rarement négliger un film de Guillermo del Toro.

Kate Winslet – The Dressmaker

 

kate winslet the dressmaker

Une histoire de vengeance sur fond de couture, qui se passe en Australie dans les années 50, avec Liam Hemsworth, Judy Davis et Hugo Weaving au générique, adapté d’un roman à succès de 2000. Il y a Kate Winslet au générique, ce qui est toujours un bon point, au moins pour les Golden Globes, et c’est le seul film, avec le biopic sur Steve Jobs, à l’affiche duquel l’actrice est annoncée d’ici la fin de l’année.

 

 

Naomi Watts – Demolition

 

naomi watts demolition

Parce que The Sea of Trees, son autre gros projet de l’année, s’est fait universellement descendre, et que de toute façon Gus Van Sant n’a jamais été un favori de la saison des oscars, tablons plutôt sur sa présence chez Jean-Marc Vallée pour aller glaner des nominations prestigieuses cette année. Malheureusement pour Watts, qui aurait dû gagner pour 21 Grammes ou pour Mulholland Drive, il faudra un rôle iconique pour qu’elle gagne, désormais.

Marion Cotillard – MacBeth

 

marion cotillard macbeth

Après tout, après deux nominations à l’oscar de la meilleure actrice, dont une victorieuse, Cotillard est une Nicole Kidman comme les autres.

 

 

Emily Blunt – Sicario

 

Boudé à Cannes, le thriller de Denis Villeneuve sur la guerre du FBI contre la drogue a valu de jolis compliments à Emily Blunt, qui attend depuis quelques années déjà d’être reconnue par ses pairs pour son travail régulier et sérieux.

 

 

Julianne Moore / Ellen Page – Freeheld

 

freeheld ellen page julianne moore

L’histoire vraie d’une femme-flic du New Jersey, se découvrant un cancer en phase terminale, se bat pour que sa compagne puisse percevoir sa pension après sa mort. Un chouïa mélo, surtout pour une actrice qui vient justement de remporter l’oscar pour un mélo sur une maladie lourde, ce film pourrait bénéficier du récent contexte de généralisation du mariage pour tous aux cinquante États américains, rappelant en partie à quoi sert l’égalité, merci beaucoup.

 

 

Angelina Jolie – By The Sea

 

angelina jolie by the sea

Prévu pour la fin de l’année, on ne sait pas grand-chose du nouveau film réalisé par Angelina Jolie, si ce n’est qu’il s’agit d’un drame dans lequel un couple part en vacances dans l’espoir de sauver son mariage vacillant, et qu’elle y tiendra le rôle principal au côté de Brad Pitt. Pourra-t-on décemment se priver de leur présence sur les tapis rouges ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*