Jess Glynne – Take Me Home

 

 

 

 

Après avoir percé avec sa collab’ sur le hit Rather Be de  Clean Bandit, et enchaîné quelques singles dance avec d’autres (My Love, Not Letting Go) ou en solo (Hold My Hand, Don’t Be So Hard On Yourself), Jess Glynne,  la révélation EDM de l’année, a gagné ses galons de véritable star en Angleterre, où elle est devenue la seconde artiste féminine, après Cheryl Cole Tweedy Fernandez-Versini, à décrocher cinq singles n°1 des ventes (bon, pas tous en tant que lead artist, mais quand même, ça veut dire que même Madonna ou Rihanna avec ses milliards de singles et de featurings n’ont même pas eu 5 n°1 au Royaume-Uni) (l’hallu, un peu). Ne manquait plus, pour poursuivre la promotion de son album I Cry When I Laugh, qu’une ballade piano-voix avec clip démaquillé-larmoyant qui hurle « je suis une artiste pure, c’est juste moi et ma voix », pour assurer les instants émotion-briquet de ses futurs concerts : c’est chose faite avec Take Me Home, une sorte de Halo de Beyoncé, titre à l’efficacité random de la trempe de ce à quoi cette jeune bosseuse nous a habitués jusqu’à présent ; ça va pas révolutionner la mayonnaise mais c’est hyper radio-friendly, quoi.

Produit par Steve Mac, faiseur de hits depuis une grosse décennie pour les stars UK (sa liste de productions, longue comme le bras, inclut Westlife, The Saturdays, Leona Lewis, Little Mix, Charli XCX, Calvin Harris, Ella Henderson, ou même Susan Boyle), qui l’a co-écrit avec elle et Wayne Hector, le titre devrait sans peine s’imposer dans les playlists déprimées de l’hiver.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*