La Pop-Pouffe de janvier

 

rihanna work tidal

 

 

ENFIN ! Après plus d’un an d’attente, un titre et une pochette d’album dévoilés il y a quatre mois (QUATRE MOIS !!) et un teasing interminable lancé avec Samsung et Woodkid avant les fêtes de Noël, il semblerait que ANTI, le nouvel album de Rihanna, soit finalement terminé, et surtout, plus important, prêt à livrer du single. Attendu par les fans de la chanteuse depuis tellement de temps que ça a viré à l’arlésienne et qu’on en est venus à rigoler en se demandant si elle sortirait l’album avant de le promouvoir en tournée mondiale à partir du mois prochain, le huitième opus de la barbadienne, qui succédera à Unapologetic, sorti en novembre 2012, a en tout cas enfin dévoilé un lead single : Work (featuring Drake). Pour celle qui nous avait habitués à sortir un disque tous les ans juste avant les fêtes, l’arrivée de ce single, somme toute assez random, était un peu attendue comme le messie. Car en dépit de la lassitude qui a commencé à gagner le grand public face à tant d’attente, de rumeurs, de retours en studio, de singles écrits par Sia et ensuite vendus à d’autres chanteuses, et finalement de la peur suscitée par une promo jusqu’à présent ratée, qui a trop fait poireauter et trop fait miroiter de merveilles aux fans pour ne pas les décevoir un peu, Rihanna reste la plus grosse faiseuse de hits mondiaux du tournant de la décennie 2010 : elle reste relevant aux yeux des gens, une grosse pouliche au sein de son label, et une valeur sûre attendue au tournant par les radios qui, dit-on, lui ont réservé un créneau d’une diffusion par heure aujourd’hui pour son nouveau single.

 

 

rihanna-work

 

 

Alors certes, c’est assez random, et un duo avec Drake, sérieux ? Je veux dire, elle a déjà cartonné avec lui sur What’s My Name? et impressionné avec Take Care, mais bon, ça va, quoi, on les a assez entendus ensemble, les deux. Si c’est pour les retrouver sur un truc vaguement reggae lounge, un peu boring, six ans après, merci bien. Mais enfin, ENFIN, l’abcès est crevé : ANTI va sortir, faire du bruit en promo, désarçonner les fans, probablement se vendre moins bien que ses prédécesseurs, et renvoyer le public à sa nostalgie des années We Found Love et Only Girl (In The World), avec leur grosse électro-dance qui tâche. Rihanna va enfin pouvoir balancer cet album « de la maturité », avec son ambiance sérieuse et ses textes engagés, qu’elle devait imaginer que le public et l’industrie attendaient d’elle, pour nous prouver qu’elle est une vraie A-R-T-I-S-T-E, qui mérite de durer, passé 28 ans et l’ère de la pouffe jetable en bikini. C’est dommage mais au moins elle l’aura fait, et elle va bientôt pouvoir laisser ça derrière elle et nous foutre la paix : comme pour ARTPOP, Bionic ou Dead Petz, qui ont remis au pas les carrières commerciales de Lady Gaga, Christina Aguilera et Miley Cyrus, peu de temps après leur climax, les critiques vont probablement bien accueillir le disque, ou du moins saluer la « prise de risques » et le contre-courant par rapport aux facilités mainstream qu’on aurait pu attendre d’elle. Mais en termes de ventes, les dégâts seront probablement là malgré tout. La poursuite de cette stratégie absurde de mettre le titre à disposition du public en priorité sur Tidal et Apple, les deux plateformes les plus contraignantes en termes d’engagement et de coûts pour l’auditeur, n’aidera guère non plus : sur Twitter, tout le monde l’écoute déjà sur des readers embarqués sur site ou sur des versions piratées sur YouTube, plutôt que de se re-fader l’inscription Tidal.

 

 

Au final, la promotion d’ANTI aura été confuse de bout en bout, la chanteuse semblant flipper à mort à l’idée de se planter, et vouloir à tout prix nous prouver qu’elle avait la mainmise, artistiquement, sur son image à la frontière entre pop et hipster, qu’elle travaillait pourtant très bien dès l’époque de Good Girl Gone Bad: Reloaded, sans avoir besoin d’en faire des caisses avec la mise en scène de son introspection et des singles chiants. Pour l’heure, on ignore même si FourFiveSeconds, Bitch Better Have My Money et American Oxygen figureront sur le disque. C’est dire si, à maintenant quelques jours, peut-être quelques heures, du dévoilement d’ANTI et de sa tracklist, on n’a toujours pas bien compris ce que Rihanna cherchait à faire avec ce projet…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*