Taylor Swift – Out of the woods

 

 

 

Pas la folie, les scores YouTube du nouveau clip de Taylor Swift… Moins de 20 millions de vues en une semaine, c’est pas la folie pour une artiste qui pèse ce qu’elle pèse dans l’industrie du disque. Bon, à sa décharge, elle a continué de marquer l’année 2015 et les esprits avec Bad Blood, qui glane les awards ici et là après plus de six mois d’exploitation et devrait encore tenir jusqu’aux Grammy Awards. Wildest Dreams, sorti entretemps, n’a pas marqué grand monde, et en plus  l’insolent succès de Tay-Tay en 2015 a été brutalement éclipsé par le comeback d’Adele et de son album so Noël 2015 : pas étonnant que le jeu se calme un peu du côté de l’exploitation de 1989, après un an et demi et cinq singles au compteur.

 

taylor-swift-out-of-the-woods-mud

 

Le mieux que Taylor Swift ait trouvé à faire pour qu’on parle un peu de son dernier clip, Out of the woods (une chanson que les fans attendaient depuis un moment en single), ce fût donc de le mettre en ligne le 31 décembre, en plein ventre mou de l’actualité pop, histoire que la trêve des confiseurs tourne un peu autour d’elle. Côté clip, on constatera que l’ère 1989 lui aura permis de ne pas en faire trop des caisses, côté mecs : toute la promo basée autour du concept d’amitié et de solidarité féminine, qui a notamment beaucoup orienté la guestlist de sa tournée, a donc limité les messages sibyllins destinés à ses ex et les love interests fadasses dans les vidéos. La simili-Blanche Neige de Out of the woods échappe donc aux éléments naturels, aux loups, aux climats extrêmes… pour, à la fin, retrouver non pas un prince charmant, mais elle-même, et affirmer qu’elle est auto-suffisante. Maladroite ou pas, mégalo sur les bords peut-être, la promotion de 1989 n’en a pas moins été marquée par des valeurs féministes et pop, qui devraient permettre à Taylor Swift d’avoir un impact positif sur les jeunes générations, et des perspectives d’évolution subtiles mais réelles dans ses prochains albums. Peu importe qu’elle soit une femme d’affaires froide et calculatrice, une harpie revancharde, ou une féministe maladroite qui prétend qu’il y a une place réservée en enfer pour les femmes qui ne s’entraident pas. Au moins, elle participe à la conversation, et il n’y a pas tant de popstars que ça qui semblent avoir quelque chose de ferme et d’assumé sur le féminisme ces derniers temps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*