Archives de catégorie : Humeur

31

 

 

 

 

Peut-être que je n’ai pas de chance. Ou peut-être que j’en ai beaucoup. Ou peut-être que ça n’a pas d’importance, que ça n’a de toute façon rien à voir avec moi, et qu’on s’en fout. Mais c’est vrai qu’après le 11 janvier 2015, voila que le 11 janvier 2016 voit mon anniversaire disparaître sous un raz-de-marée médiatique. J’ai passé la journée de mes 30 ans dans les rues de Paris à défiler avec quelques dizaines de milliers de personnes pour dire non à l’obscurantisme, à la violence et à la connerie. J’ai passé la journée de mes 31 ans à me sentir fébrile et cotonneux, submergé par l’omniprésence de David Bowie dans mes timelines, mes médias, mes podcasts. Et de me souvenir, alors même que je n’ai jamais écouté religieusement cet artiste hors-norme, dont les vrais « hits » dataient d’avant même ma naissance, à quel point il y avait du David Bowie dans la pop que j’écoute et que j’aime.

Continuer la lecture de 31

Le goût des choses futiles

 

 

prayforparis

 

 

Ça va être compliqué, cette histoire. Le voilà donc, le post de blog un peu gêné, triste et consterné, comme pour se donner une contenance et une caution morale, une excuse avant de reprendre, bien vite, les articles débiles, les analyses golri, les partages de liens graveleux et, plus globalement, l’envie de se poiler sur les réseaux sociaux. Pour ma part, je vais reprendre dès aujourd’hui, « comme si de rien n’était ». Non pas parce que cesser de rire, de critiquer, de vanner, de parler de musique ici, ne serait-ce qu’un jour, ce serait donner raison à Daesh. Je suis loin de me considérer comme si digne d’intérêt que cela et d’imaginer que les attaques de vendredi visaient à censurer les blogs, a fortiori un blog aussi insignifiant que le mien. Tout cela visait vraisemblablement plus à générer de la psychose dans nos vies quotidiennes et nos manières de nous informer qu’à nous faire fermer nos blogs de pédés. Je vais en fait reprendre les publications de clips, de critiques de films, de pilotes de séries ou de billets d’humeur parce que c’est un espace qui m’appartient et que j’ai besoin que le web, qui représente une portion non-négligeable de mes journées, conserve une partie de « normalité ».

Continuer la lecture de Le goût des choses futiles

Sylvie Joly In Memoriam

 

sylvie joly pierre et gilles

 

Pour Catherine, qui passait encore régulièrement à la télévision et qui m’amusait tant. Pour la femme drôle et sensible qu’elle était sur les plateaux télé. Et pour l’icône gay qu’elle était pour ceux de la génération juste au-dessus de la mienne (je suis un peu jeune pour avoir connu ses heures de gloires dans les années 80). On n’a pas tant d’icônes gays que ça, en France.

30

Chaque année je fais un article dédié à mon nouvel âge, à la nouvelle année de vie qui débute, à celle qui vient de s’achever et de m’apporter son lot de nouvelles expériences. Pour mes trente ans, je ne savais pas que j’aurais à le faire à l’issue d’une telle semaine. Forcément, cela impacte un peu mon moral et le cours de mes pensées. Mais comme prévu, le changement de décennie, et plus particulièrement de cette décennie, engendre un petit coup de déprime ces dernières semaines. Continuer la lecture de 30