Archives de catégorie : Humeur

Le sublime ou le creux? J’aime les deux!

Alors que la campagne présidentielle continue de battre son plein et que Britney Spears s’ébat en vidéo dans des clubs de strip-tease, je fais ce soir des constats alarmants dans ma vraie vie. Le premier, c’est évidemment la pollution commentairienne qui sévit depuis hier: je m’efforcerai, comme promis, de suivre le rythme, même si je ne garantis rien pour la période des exams (mais si, vous savez, cette formalité administrative qui se profile pour dans deux mois!). En tout cas, je suis ravi que vous ayez des avis! Le second, c’est la haine irrépressible que m’inspirent les transports en commun, après une nouvelle tentative d’expérience extrême (j’ai pris le tram!!). Verdict: il fait trop chaud, on est serrés, ça pue, il y a toujours un boulet pour bloquer la fermeture des portes et nous bloquer 5 minutes en station… Réflexe d’enfant pourri gâté, mais on ne se refait pas, je préfère vraiment la voiture!
Côté Télé, je suis tout à l’heure tombé sur Les Guignols de l’info, et vraiment, je me demande pourquoi cet acharnement sur le look de Jean-Louis Borloo, supposé être négligé voire crade. Ils ont quand même fait un sketch sur Borloo qui se rend aux Restos du coeur, où il n’y a plus de soupe, et propose de faire infuser sa veste dégueu’ qu’il a pas lavée depuis trois mois et sur laquelle il a bavé plein de bonnes choses… Outre l’aspect un peu limite par rapport aux Restos, je me demande si cette réputation de mec crade est fondée. Il y a aussi l’affaire du parrainage acheté puis déchiré par Rachid Nekkaz qui passait au zapping, et j’ai trouvé le geste intéressant, notamment en matière de communication! Pour l’aspect plus superficiel des choses (après tout, ce blog a une ligne directrice), et avant de vous en remettre une couche de politique, je promets de regarder le Vis ma vie de Flavie, ce soir, histoire d’être plus gras demain!
Sinon, je suis au regret de constater que ça y est, Philippe de Villiers a obtenu ses 500 parrainages pour l’élection présidentielle. Bon, je suis pour le pluralisme, ne vous méprenez pas, mais là, avec son plafonnement à 1% d’intentions de vote et l’absence de Bruno Mégret, je vois mal qui va barrer la route à Le Pen, qu’on dit sous-estimé… On verra bien, mais entre ça, la progression de Bayrou, et la stabilité de Sarkozy, le second tour ne me semble vraiment pas acquis pour Ségolène Royal! D’ailleurs, et parce qu’on n’est pas obligés d’écrire que des conneries, je me pose une question: comment percevoir le paysage partisan français, à la suite d’une nouvelle présidentielle où le PS ne serait pas présent au second tour? Je sais, c’est chiant comme sujet, mais je me pose vraiment la question. Le coup de 2002, c’est un accident, un terrible accident. Mais si ça se reproduit en 2007? On se dirigerait alors peut-être vers un système bipartisan qui ne s’assume pas (ce qu’on a déjà), avec un parti de droite et un autre encore plus de droite, comme aux Etats-Unis? Quelle place pour une gauche qui ne gagne plus les élections majeures?… Voila, ce soir, j’angoisse un peu, et je m’interroge.
Je termine sur une note légère (sauf pour l’intéressée). Voici la réplique de J.P., professeur anonyme mais qui fait peur, à une cacahuète blonde qui débarque pour son grand oral: « NON MAIS T’AS PAS ENTENDU L’ALARME INCENDIE (grognasse)?? DEGAGE!! ».
Oui, vous voulez rester anonymes, mais j’aime bien balancer… sur les cacahuètes grillées!

« J’en peux plus… J’vais dormir comme une masse »

Aujourd’hui, kiki33 m’a TUER… Je ne sais pas si c’est mon incapacité chronique à me coucher tôt, ou la nonchalante indifférence que m’inspirent les thèmes, auteurs et obscurs bouquins longuement présentés pendant ce cours, mais j’ai bien failli piquer du nez pour la millionième fois depuis le début de l’année. Et surtout, surtout, n’en déplaise à nos amis journalistes: je ne lirai plus jamais un journal de la même façon!
En même temps, je ne peux blâmer personne pour aujourd’hui, vu que la culture gé m’a paru bien longue également, et avait déjà failli me voir tomber de ma chaise. Je crois qu’il faut qu’on reprenne les exposés sur le sport, au moins il y avait des cinglés que ça réveillait et que ça stimulait, le lundi matin! 😉
La séance « et si on disait des trucs méchants? » m’a détendu, mais avec tout ça j’ai encore rien glandé de la journée! Bof, je ne sais pas trop quoi retenir de ce lundi, à part que les profs canadiens ont l’accent marrant de leurs compatriotes francophones. Je n’ai toujours pas compris la différence entre le Québec, l’Arcadie et le New Brunswick, mais ce monsieur a l’air gentil. En plus, il estime que rester assis sur une chaise pendant une heure et demie est inhumain (bof, nous, depuis le temps, on s’était habitués!), et nous propose donc une petite pause dans la salle. En gros, ça donne un levé/étiré/piétiné: c’est visuellement ridicule, mais ça met plutôt de bonne humeur pour un cours qui finit (soupir…) à 20h. Depuis, je songe intensément à lire Pélagie-la-Charette. Après tout, c’est quand même le Goncourt 1979!
Sinon, pas de surprise marrante du côté de Chirac hier soir. Dommage. Ce qui n’empêche que je l’ai trouvé assez digne, même si je sais que le bonhomme n’est pas forcément au bout du rouleau non plus. C’est dur à admettre, mais il a une bouille sympa, le chef de l’Etat. On a presque envie de lui donner son passeport pour la postérité historique. N’en déplaise à M. Le Pen qui, interrompu par Claire Chazal dans son énumération des horreurs du bilan de notre Président, a lancé un « Que Dieu lui pardonne! », de fort bon goût… Alors, Jacques Chirac soutiendra-t-il ouvertement Sarkozy? On verra bien, mais à présent je pense que oui: la guéguerre interne de l’UMP semble perdue pour les chiraquiens, de toute façon. Alors pourquoi ne pas faire bonne figure et avoir l’air unis? Le roquet a gagné! On ne peut même plus compter sur les personnages-clés de l’Etat pour nous surprendre… Le Grand journal de Canal nous la jouait rediff’, ce soir, et je boycotte la nauséeuse soirée serial killer (« un quoi?? ») de M6. Je me fossilise donc officiellement devant mon ordinateur. Sauvez moi!! Rendez-moi la télé!! Y a même pas de Confessions intimes, ce soir!

Les joies conjugales de la gueule de bois

Mon amoureux aime beaucoup quand je rentre bourré d’une soirée. Comme hier soir vers 3h30 du matin, par exemple. Je fais du bruit, je pue l’alcool et la clope, voire le vomi, et je ronfle. Un vrai bonheur.
Hier soir a été une belle soirée, et les belles soirées qui fleurent bon la débauche étudiante se font rares. La pendaison de crémaillère d’Alex s’est très bien passée, bien que peuplée de gens que je ne connais pas, voire que je n’avais jamais vus de ma vie. Je me souviens qu’il y avait une chienne sourde, de la vodka polonaise et que j’ai dit aux filles qu’elles étaient belles. Oui, l’alcool me rend lyrique. Parti en dernier, vers 3h, alors que même notre hôtesse s’était pieutée, je commençais à sentir, dans mon estomac délicat, pourquoi il vaut mieux manger avant de picoler. Un petit vomi derrière une bagnole plus tard, je rentre péniblement en titubant, heureusement accompagné d’une amie compatissante (mais pas beaucoup plus en forme que moi, avec le recul), dont je tairai le nom par respect pour son anonymat. Après tout, un jour, elle sera célèbre, alors je veux pas lui faire d’ombre en balançant sur son alcoolisme mondain. En tout cas, j’ai du même coup raté les Victoires de la Musique. Cette cérémonie est chiante et trop longue, mais elle me permet souvent de découvrir des gens dont je n’avais jamais entendu parler. C’est une sorte d’émission de variété bobo, en chiant et trop long, donc. Toujours est-il que je suis content pour Olivia Ruiz et pour Bénabar, parce que je les aime bien. Grand Corps Malade, c’est pas du tout un univers qui m’attire, mais je lui reconnaîs un talent certain. Emilie Simon est géniale, ce n’est pas nouveau, mais c’est gentil de le rappeler. Quant à Diam’s… Beh, c’est dommage, le matraquage toute l’année sur NRJ avait mieux réussi aux boutonneux de Kyo en 2004, je comprends pas…
Ce matin, en fait, le réveil n’a pas été si difficile. J’avais juste peur de me mettre en position debout, je craignais que cela ne déclenche la douleur. Mais rien ne vaut des bras chauds quand on se réveille comme une loque. Et une petite remarque désobligeante sur mon haleine de poney et mes cheveux qui puent la clope, ça revigore! Bon, depuis, il fait la tête, j’ai pas trop compris pourquoi. Je devrais organiser un truc pour passer un peu de temps avec lui, en tête à tête… Juste une petite chose, s’il me lit, et publiquement: je t’aime, mon poussin!

Un bien beau sujet

J’adore les dissertations de culture générale. Non, je n’ai pas honte, et je ne dis pas ça de manière ironique! Je pourrais ne faire que ça de mes journées, tellement je trouve ça génial de traiter d’un sujet, en passant de la télé à l’histoire, de la littérature à la presse people, du cinéma à la chanson, en rendant l’ensemble logique. Pourtant, je suis nul, j’ai des notes bof-bof, et je suis quasiment certain de me planter au grand oral de fin d’année. Mais peu importe, ça me plaît de me lâcher sur une copie et de pouvoir y parler de tout et n’importe quoi sur un sujet. Bon, il y a la contrainte du plan, et de devoir justifier de la cohérence de chaque exemple, mais ça fait partie du charme de l’exercice.
Ce matin, donc, nos profs n’ont pas été beaucoup plus créatifs que d’habitude puisqu’ils nous ont balancé un concept, qui tenait en un seul mot. Le genre de chose qui fait un peu peur a priori, vu qu’on à l’impression qu’il faudra tout balayer sur le concept, à travers le temps et l’espace. A l’évidence, on n’y parviendra pas. Et je me suis habitué à cette idée, bien qu’elle soit fort triste et me condamne à de vieilles notes. Donc, pour me marrer et pour mettre le prof face à des exemples plus originaux les uns que les autres (au moins, même si ma copie est mauvaise, il n’en a pas lu d’autre du même acabit), je me lâche totalement sur mes copies de culture générale. Je mets les exemples les plus débiles qui soient, les références people et télévisuelles qui me viennent à l’esprit, toutes les idées qui passent par mon cerveau à la taille de petit pois.
Aujourd’hui, donc, la laideur m’aura permis d’évoquer du marrant et du plus sérieux: pas de Mylène Farmer ou de Madonna cette fois-ci (on va éviter de le faire à chaque fois, je veux pas non plus me griller!), mais du lourd quand même. Je suis assez content d’avoir réussi à caser l’expression « thon avec de la personnalité », je trouve cela insolent au possible. Par contre, je suis déçu de ne pas avoir trouvé de place dans mon pseudo-plan pour Ugly Betty. Après tout, America Ferrera a bien eu le Golden Globe de la meilleure actrice de série comique: les moches sont devenus in!! Une chance pour moi, donc… Oh, ça va, vous me passerez bien un peu de dénigrement de ma personne, je ne me suis pas autoflagellé depuis des siècles! Et puis, c’était dans ma copie: tout le monde se trouve moche, ou aimerait au moins être un peu plus beau. Sinon, on se retrouve dans une confiance en soi et un égo que je ne peux pas imaginer. Mon propre égo est déjà bien sur-dimensionné par moments, mais pas à ce point.
Sinon, demain soir, à 20h, il y aura ce qui sera probablement la dernière vraie allocution télévisée de notre cher Président. Bon, c’est pas qu’il me manquera, hein, mais vu ce qu’on risque d’avoir à la place… Personne n’y croit, même pas moi, mais quand même, ça me ferait bien marrer qu’il annonce que finalement il se présente! Ce serait ridicule, ça ferait planter son camp (hmmmm…), mais avec le précédent de 1981 où il a préféré voir Mitterrand gagner plutôt que Giscard, ce ne serait pas si incroyable que ça, qu’il ait envie de faire couler le navire avant de le quitter…