Archives de catégorie : Humeur

Ce n’étaient que des dessins

Je n’ai jamais lu Charlie Hebdo. C’est con, vu d’aujourd’hui. Vu de ces heures d’indignation en ligne, de cœur serré et de ces larmes d’angoisse que, pendant quelques secondes hier, j’ai dû ravaler, avant même de savoir que parmi les morts il y avaient certains des plus grands caricaturistes français. C’était quand j’ai su qu’il y avait au moins un mort, quelques (dizaines de) minutes avant. Blasé et pince-sans-rire comme je le suis, je voyais plutôt un nouvel Abdelhakim Dekhar, en entendant parler d’une attaque, au début. Une prise d’otages, peut-être. Un paumé qui blesserait un standardiste et tirerait trois balles dans les murs avant de disparaître, sans avoir tué personne mais en ayant bien fait flipper tous ces salauds de médias capitalistes complices du pouvoir complotiste ou je ne sais quoi, pour leur montrer qu’ils ne sont pas en sécurité. C’est fou comme on les regarde avec une froideur un peu effarée et passive, ces événements. Qui s’est préoccupé d’Abdelhakim Dekhar depuis novembre 2013 ? Qui sait ce qu’est devenu l’assistant photographe qu’il avait grièvement blessé ? Ces gars-là, ces histoires-là, on les voit passer, on s’indigne sur Twitter, on suit une chasse à l’homme sur les chaînes info, on s’envoie des vannes sur le coup de flip qu’on a eu dans le métro… et puis on les oublie aussi sec.

 

Continuer la lecture de Ce n’étaient que des dessins

Renée Zellweger a 45 ans et un lifting des paupières : peut-être qu’on devrait arrêter de s’exciter deux minutes

renee zellweger 2014 elle

 

Il y a quelques semaines encore, je me demandais ce que devenait Bridget Jones Renée Zellweger, disparue de nos salles de ciné depuis My Own Love Song, un film que personne n’a vu, en 2010. Je suis allé sur sa page Wikipedia et j’ai vu qu’elle allait revenir en 2015 dans The Whole Truth, un thriller avec Keanu Reeves. Bon, c’était pas lourd mais j’étais content pour elle. Néanmoins, j’étais loin de m’imaginer qu’elle allait devenir une icône des excès de la chirurgie du même calibre que Meg Ryan en une seule apparition publique. C’est LA photo qui circule sur les internets sociaux cette semaine : Renée Zellweger, 45 ans, est réapparue sur un tapis rouge pour la première fois depuis des lustres, à la soirée Women in Hollywood du magazine Elle à Los Angeles. Et certaines personnes ne l’ont pas reconnue. La faute à un visage apparemment différent, qu’on a vite attribué à des dizaines d’opérations chirurgicales. Et pourtant, les commentateurs de tous bords, dont j’ai fait partie, sont comme gênés aux entournures dans leur réflexe de surgery bashing. Oulala, la vilaine actrice qui refuse de vieillir et qui s’est fait charcuter et botoxer la gueule ! Sauf que… Sauf que le résultat n’est, en fait, pas si monstrueux que ça.

Continuer la lecture de Renée Zellweger a 45 ans et un lifting des paupières : peut-être qu’on devrait arrêter de s’exciter deux minutes

Gender equality is your issue too

Ambassadrice de bonne volonté pour UN Women, Emma Watson a pris la parole pour le lancement du programme HeForShe, qui vise à promouvoir l’égalité entre hommes et femmes, en encourageant notamment les premiers à se positionner en faveur du féminisme et de l’égalité des droits et des considérations sociales entre eux et les secondes. Elle y revenait sur son expérience personnelle en tant que jeune actrice soumise au regard des médias, mais aussi en tant que jeune fille ayant évolué dans des environnements scolaires a priori privilégiés où, pourtant, elle a pu voir des filles s’auto-censurer dans leurs ambitions, leur désir de pratiquer des sports, leurs envies. Une jolie tribune, qui a fait le tour du web depuis hier et qui a le mérite de rappeler une chose, dans des débats féministes qui prennent des tournures parfois violemment discriminatoires : non, être un homme ne rend pas incapable de féminisme, et non, être un individu blanc et de sexe masculin ne vous range pas automatiquement du côté de l’oppresseur. Une main tendue, une bonne volonté, une aide dans la lutte pour l’égalité est la bienvenue, d’où qu’elle vienne. Et a fortiori si elle vient d’individus issus des « communautés » opposées, celles qui sont supposées être le frein, l’ennemi. La vraie victoire, c’est quand plus personne n’est l’ennemi.

Continuer la lecture de Gender equality is your issue too