Archives de catégorie : Pop Culture

Adele – Send My Love (To Your New Lover)

 

 

 

 

Alors qu’on attend toujours le raz-de-marée de hits issus de l’album 25 (rappelons que 21 avait accouché de son petit lot de singles n°1 un peu partout, et notamment dans les pays anglo-saxons), seul Hello a vraiment marqué les esprits et les charts fin 2015. Presque décevant, ou en tout cas le signe qu’Adele, ce n’est plus tant le phénomène de 2011 que du « business as usual », désormais : les singles s’effacent derrière l’album, le véritable produit que le label veut vendre, si possible en vue de courser le record du prédécesseur. On est désormais en juin 2016, et When We Were Young n’a pas eu autant d’impact, le succès d’Adele, même en tournée, étant désormais considéré comme plutôt naturel, et donc nettement moins commenté par les médias. Reste donc, pour faire remarquer Send My Love (To Your New Lover), énième single d’ex doux-amer, la solution du clip chelou avec robe en rideaux. La CélineDionisation guette un peu la britannique, quand même.

Foxes – Cruel

 

 

 

L’un des tubes du printemps, si ce n’est dans les charts, du moins dans mon coeur, sera le Cruel de Foxes, breakup song terrible au refrain à l’efficacité pop redoutable (accro à la deuxième écoute),sur cette personne, devenue toxique, qu’on a tant de mal à faire sortir de notre vie pour de bon. Déjà un incontournable des prochaines déprimes hivernales. Bientôt un live en France ?

Continuer la lecture de Foxes – Cruel

50 couvertures d’albums qui traverseront le temps

 

 

Un peu comme avec les livres, une grande partie de la phase de séduction (et donc de décision) avant d’acheter (ou de cliquer sur le lien streaming, hein) un album, outre le fait de déjà connaître l’artiste ou d’en avoir entendu parler par la presse, par le web ou par une connaissance, va se jouer dans les quelques secondes dont dispose la couverture pour te marquer la rétine. Une habitude héritée du disque (vinyle ou CD), qui pourrait sembler obsolète aujourd’hui mais qui demeure un élément central du mix marketing de la musique en 2016. Un petit carré qui vient illustré la « fiche » ou la page de stream d’un album quel qu’il soit. On peut imaginer que dans quelques années on se sera affranchis de ce format carré, voire de la nécessité d’accoler une seule image à un œuvre donnée pour lui servir de « visage », mais en attendant la couverture, ça reste une part non négligeable de l’identité d’un album, qui peut t’en détourner ou te faire décréter que ça a l’air naze, ou pas pour toi, avant même d’avoir essayé. Pourtant, quelques-unes retiennent fortement l’attention au premier regard et, que ce soit parce que l’album en question a eu beaucoup de succès par la suite ou juste parce que le visuel est puissant, sont entrées dans l’histoire de la pop culture, de manière au moins aussi marquante que le matériau musical qu’elle promeuvent… A ce titre, même dans plusieurs décennies (et certains en ont déjà quelques-unes sous le capot), il y a fort à parier qu’elles continueront de fasciner et de pousser les novices à tendre la main (ou le clic) vers elles. Iconiques, graphiques, atypiques ou juste trop belles ou trop fortes pour qu’on ne s’y attarde pas, elles ramènent la musique à sa pleine dimension d’objet, et si possible de bel objet, pour que l’expérience esthétique soit complète. Et bien souvent sans que l’artiste (photographe, dessinateur) ne bénéficie de la même visibilité que les musiciens, alors que son impact sur le destin de l’album peut se révéler aussi fort que le contenu musical lui-même. Une petite cinquantaine de couvertures qui titilleront probablement la curiosité des internautes des futures générations dans vingt, trente ou cent ans, indépendamment de la qualité des contenus qu’elles cachent.

Continuer la lecture de 50 couvertures d’albums qui traverseront le temps