Archives de catégorie : Pub

Dans la catégorie « j’ai rien à dire »…

Elle est mignonne, Eva Longoria. A force de la voir partout dans la presse people et malgré son 1m10 les bras levés debout sur la table, on a fini par tous se convaincre qu’elle était la nana la plus mignonne du monde. Il faut dire qu’elle sait choisir ses couvertures et ses tenues, aussi. Donc, Eva, elle est mignonne. Dommage qu’elle n’ait rien d’intéressant à dire. Genre aujourd’hui, à Cannes. En lisant le titre de la dépêche, on aurait presque pu croire qu’elle allait présenter un film au prochain festival de Cannes, mais non. Si Eva est à Cannes, c’est pour une activité professionnellement bien plus intéressante: elle fait la promo des glaces Mugnum. Vous le saviez, vous, qu’elle était ambassadrice de la marque? C’est sûr, on joue dans une autre catégorie que ces losers de chez L’Oréul, Diur ou Chanul, là. L’article est édifiant, d’ailleurs, tellement l’événement a l’air funky: « Eva Longoria est à Cannes. Elle a reçu sous un joli soleil la presse pour faire la promotion des glaces Mugnum dont elle est l’ambassadrice. Chaud devant!! (oh bah ça c’est sûr, un point presse de merde pour lécher un bâtonnet, c’est super chaud) Dans le cadre de cette journée exceptionnelle (exceptionnelle, comme ils y vont!), une équipe d’experts Mugnum a été recrutée pour l’occasion à travers toute l’Europe (rien que ça??)« .

Bon, ça paraît con, comme ça, mais cet événement d’importance intersidérale me fait penser à un truc que je remarque depuis quelque temps déjà: Eva Longoria, elle a rien à dire. Entre son mariage avec Tony Parker, ses sourires figés quand elle fait la promo de ses navets, et ses réactions lumineuses dans les making of de Desperate Housewives, je ne l’ai jamais vue dire un truc un tant soit peu intéressant devant une caméra. Dans la presse écrite, ce n’est guère mieux. Bon, je ne suis pas expert en interviews d’Eva Longoria, non plus, mais à force de la voir partout, dans Glamur, dans Publuc ou dans Closur, à débiter des niaiseries sur son mariage et sur son métier d’actrice, j’en viens à me demander si elle n’est pas juste un peu idiote, Eva. Franchement, quand on n’a rien de plus intéressant comme événement à vendre à la presse que son amour des glaces Mugnum, faut pas s’étonner de se retrouver à tourner The Sentinel, hein.

Mais rien à faire, Eva, on nous la sort à toutes les sauces et pour n’importe quoi. Un sujet sur les success stories des people? Eva Longoria en couv’. Sur les mariages « contes de fée »? Eva en couv’. Sur les couples les plus sexy? Eva (et son benêt) en couv’. On sait pas trop qui mettre à la Une? On n’a qu’à mettre Eva. On veut parler des Desperate Housewives? Eva en couv’, allez (les autres, elles peuvent se gratter, elles sont trop vieilles)!

Bah ouais, j’avoue, je suis pas un fan inconditionnel de Eva Longoria. Non pas que je la déteste, hein, mais bon, même quand elle a pas d’actualité, on doit se la coltiner, et honnêtement je trouve qu’elle tire un peu la corde. Si on compile toutes les interviews qu’elle a fait depuis les débuts de Desperate Housewives en 2004, il y a moyen de savoir des trucs vachement passionnants qui renseignent très bien sur sa personnalité, genre ce qu’un homme doit faire pour la séduire, ce qu’elle aime comme couleur de chaussures, ou son plat préféré. Du coup, à enchaîner les déclarations métaphysiques sur son couple, sur le métier d’actrice et sur la vie en général, cette pauvre Eva, hypermédiatisée à la moindre de ses apparitions, passerait presque pour une crétine… C’est l’un des inconvénients de la célébrité à l’heure actuelle: à force d’apparaître partout pour rester dans le coup, on dit sans cesse en interview des choses pas très passionnantes, et du coup on confine à la beauferie. Tony Parker, il a l’air sympa de prime abord, hein. Mais comme je ne l’ai jamais entendu dire que des âneries avec une voix d’abruti, bah y’a rien à faire, pour moi c’est une icône beauf. Et Eva, c’est pour ainsi dire pareil, malgré sa participation à une série culte. Cela n’excuse pas tout. Eva et TP tomberont-ils de leur piédestal médiatique à force de ne rien nous dire d’intéressant? Ou bien est-ce le règne des stars beaufs?

Allez, Eva, au lieu de lécher du Mugnum, va plutôt nous tourner la suite de la saison 4 de Desperate Housewives! On est en plein suspense, là, on n’en peut plus! Et toi, au lieu de bosser, tu fais des points presse qui servent à rien à Cannes! Au boulot, feignasse!

First « bling bling » Lady

Carla Bruni nue. Voila un post qui devrait bien m’attirer quelques requêtes Google, non? Cette photo paraît ces jours-ci dans le magazine espagnol Down Town. Bon, au-delà de l’aspect esthétique des clichés, la question qui se pose est bien évidemment celle de l’opportunité de ce genre de publicité pour une image de Première Dame de France. Bon, le passé est le passé, mais Carla n’a pas vraiment intérêt à accompagner Nicolas en Afghanistan ou aux Emirats Arabes Unis dans ces conditions… Une chose est sûre, ça nous change de Bernadette! Et puis, franchement, visualiser Madame Chirac dans cette pose et cette tenue pourrait m’empêcher de dormir pendant un moment. Tout comme toute femme de plus de 60 ans ayant les seins non refaits de son âge…

Mais tout de même, cette photo m’inspire une réflexion, et un constat que je fais pour la première fois (ce qui est stupide, d’ailleurs): Nicolas Sarkozy, et peut-être désormais son épouse Carla, est un personnage historique. En 2050, j’aurais 65 ans et peut-être des petits-enfants qui seront à n’en pas douter de sales moutards insupportables, comme je l’ai moi-même été. Dans leurs manuels d’histoire, à la page « 2007-2012, premier quinquennat Sarkozy », il y aura peut-être cette photo, parmi d’autres, qui illustrera les polémiques de notre époque politique bizarrement floue. Et de deux choses l’une: soit d’ici là des personnages politiques d’une autre envergure et d’une autre classe auront pris le relais, soit ça n’aura fait qu’empirer, et Voici sera considéré comme un magazine d’investigation politique… Dans ce dernier cas, nous serons considérés comme les électeurs qui ont connu, voté et engendré cette belle époque. Cette pauvre Carla, avec sa carrière de murmureuse pop et de mannequin libertin, n’y est pour rien, bien sûr, mais en attendant la presse de tous les pays étrangers se fout un peu de nous. On a le Président qu’on a élu, et donc celui qu’on mérite. Serons-nous, au regard des lycéens de 2050, une génération d’électeurs risibles?

Chronique pub…ça faisait longtemps!

Ah la douce sensation des partiels terminés…bon, certes avec plus ou moins de succès mais comme je m’entête à le répeter: si on fait un ratio temps de révision/réussite des épreuves, ben c’est plutôt positif en fait! Non Vinsh ?
Bref, sitôt arrivée chez moi je me suis affalée comme une grosse me*de sur mon canap’ et j’ai fait ma petite tournée des blogs. Et là, je suis tombée nez à nez avec la dernière campagne d’Ik*a, enseigne bleue et jaune en provenance du grand froid, bien connu du Vinsh. Alors, le géant des étagères en kit (version casse-tête chinois) s’essaye au buzz internet et ça marche plutôt pas mal!

Je vous fais un petit topo : En gros, un « podcaster » est invité par Ik*a à vivre 7 jours dans un de ses magasins. Il va donc vivre au milieu des clients, se raser en public, boire des cocktails avec certains visiteurs, en engueuler d’autres qui visitent son « appartement » sans prévenir… Et là où c’est très bon, je pense, c’est qu’Ik*a n’a pas l’air de trop censurer le contenu de ces vidéos. Mark rempli son rôle de personnage de pub mais n’hésite pas à être un brin sarcastique sur la mise en scène des magasins de l’enseigne.
Mais le plus drôle c’est certainement la tête des employés, qui eux attendent impatiemment la fermeture du magasin chaque soir! Visiblement, Mark passe pour un fou surtout quand il les embrasse tous, parce que bon, ils sont voisins…

Cette opération de communication doit durer 7 jours. Maintenant, il n’y a plus qu’à attendre pour voir si Mark et les concepteurs de ce buzz vont tenir la distance…parce que 7 jours de gags dans un seul endroit, c’est pas facile!

Sinon, Vinsh, je crois que l’on a trouvé notre solution au problème de logement à Paris, non?

Quand est-ce qu’on s’achète une pub ?

Allez, deuxième volet de cette chronique pub…
Alors aujourd’hui, encore une fois je voulais vous parler d’une autre pub et puis une autre est veue téléscopée la première. Mais, je ne peux pas raisonnablement « squizzer » George Clooney.
Et oui, mon premier coup de coeur revient à George Clooney (oui, je ne suis pas la seule) pour la pub Nespresso. En fait, j’aime l’idée de teaser (les 15 premières secondes diffusées depuis 10 jours), même si tout le monde commence à en faire. Alors, là, on voit Georgy ouvrir la porte d’une boutique Nespresso pour laisser passer une, deux femmes. La troisième, le voyant planter sur le seuil comme un magnifique portemanteau, le prend pour le voiturier et lui file les clés de sa caisse. Point commun de ces grognasses : elles ne reconnaissent pas Georgy… parce que « Nespresso, what else ? »

Bon, jusque là, cette pub se présentait pas si mal. Mais la première diffusion « longue durée » de la pub a été un peu plus décevante. George, évidemment est au sommet de son jeu d’acteur et de son charme à émoustiller une bonne soeur. Mais, ensuite, pas vraiment de grande subtilité dans le scénario. Le stratagème du « on ne reconnait pas George » est poussé jusqu’au bout et les filles préfèrent le café (elles sont vraiment connes quand même). Donc, du coup, beaucoup de bruit pour rien ou plutôt pas grand chose.

Mais magie de la publicité, il y en a plein de nouvelles chaque semaine ! Alors, deuxième pub : moins glam’, moins drôle mais révolutionnaire (enfin, pour le monde de la pub, hein, pas la peine de dresser des barricades…). Ebay, la célèbre plateforme d’enchêre, afin de relancer la fréquentation du site du même nom a sorti une toute nouvelle campagne de pub. La révolution? L’espace publicitaire a été vendu aux enchères sur le site et l’acheteur le plus offrant est donc passé à la télé. Hier, j’ai donc eu le droit à la vente d’une robe de princesse, taille 6 ans, en attendant mon film.

Personnellement, je trouve ça dingue! Je ne pense pas que cela puisse se développer parce qu’il faut quand même le payer cet espace de pub, mais je trouve les concepteurs d’EuroRSCG tout simplement géniaux…et oui, enchérir sur internet pour pouvoir ensuite vendre son objet à la télé, il fallait y penser ! Alors chapeau, mais que ça ne se reproduise pas quand même (vous imaginez vous, les objets qui pourraient se vendre…)