Archives par mot-clé : Amnésie

Blindspot

blindspot-jaimie-alexander

 

Très satisfaite des bonnes audiences de Blindspot (autour de 9 millions de téléspectateurs), NBC a commandé il y a quelques jours dix épisodes supplémentaires de sa nouvelle série, portant la première saison à un total de 22 épisodes jusqu’au printemps prochain. Blindspot se positionne donc comme l’un des hits parmi les nouveautés de cette rentrée 2015, où pour le moment aucun gros phénomène ne semble surnager. Séduisante par son pitch (une Jane Doe, vivante mais amnésique, dont chaque tatouage est l’indice-clé d’une nouvelle affaire criminelle – ce qui 1) pourrait durer longtemps et 2) amène à se demander comment ceux qui ont fait ça avaient accès à tant d’infos, si longtemps en avance – on espère qu’on aura, un jour, une explication à peu près satisfaisante), la nouvelle série de de Greg Berlanti (Arrow, Flash) n’est pourtant qu’une variation de plus sur ces séries policières lambda, généralement peu reconnues par la profession, où un policier (souvent mâle) et une acolyte (généralement femelle), qu’on sent confusément destinés à finir ensemble, joignent leurs forces, poussés par les circonstances, face à une / des enquête(s), avant de passer à un lien plus personnel, par la suite, qui les unit face à un destin terrible / un ennemi terrible / un fil rouge de saison terrible : Blindspot, c’est un pitch de départ juteux, mais ça va quand même très vite se transformer en Mentalist, en Castle, en Bones ou en Body of Proof (saison 3)…

Continuer la lecture de Blindspot

Before I Go To Sleep

avant_d_aller_dormir_affiche

Nicole Kidman n’est plus une actrice à la mode. Si son heure de gloire est probablement à situer du côté de 2001 (avec les sorties de Moulin Rouge! et Les Autres) ou de 2003 (avec son oscar pour The Hours), l’actrice australienne est depuis passée un peu plus sous le radar. La faute à des films plus discrets (Rabbit Hole, Margot at the Wedding, Birth), à des soupçons de botox qui l’auraient rendue complètement placide et inexpressive, et à quelques spectaculaires plantades commerciales (Australia, Ma Sorcière Bien-Aimée, Grace de Monaco) qui l’ont, peu à peu, coupée de son public, écornant son image de « plus grande actrice d’Hollywood », bankable et au parcours sans faute. Maintenant qu’elle approche la cinquantaine et le douloureux cap de la merylstreepisation de sa carrière d’actrice (que certaines réussissent et d’autres moins), Nicole Kidman peut toutefois compter sur ce qui a fait sa renommée mondiale : les rôles dramatiques de femmes triturées par des évènements douloureux. C’est bien cela qui, plus qu’autre chose, la différencie aux yeux du public d’autres grandes beautés plastiques comme Julia Roberts ou Sandra Bullock, mégastars portant elles aussi impeccablement la robe fourreau sur le tapis rouge des oscars.

Continuer la lecture de Before I Go To Sleep