Archives par mot-clé : Australie

Before I Go To Sleep

avant_d_aller_dormir_affiche

Nicole Kidman n’est plus une actrice à la mode. Si son heure de gloire est probablement à situer du côté de 2001 (avec les sorties de Moulin Rouge! et Les Autres) ou de 2003 (avec son oscar pour The Hours), l’actrice australienne est depuis passée un peu plus sous le radar. La faute à des films plus discrets (Rabbit Hole, Margot at the Wedding, Birth), à des soupçons de botox qui l’auraient rendue complètement placide et inexpressive, et à quelques spectaculaires plantades commerciales (Australia, Ma Sorcière Bien-Aimée, Grace de Monaco) qui l’ont, peu à peu, coupée de son public, écornant son image de « plus grande actrice d’Hollywood », bankable et au parcours sans faute. Maintenant qu’elle approche la cinquantaine et le douloureux cap de la merylstreepisation de sa carrière d’actrice (que certaines réussissent et d’autres moins), Nicole Kidman peut toutefois compter sur ce qui a fait sa renommée mondiale : les rôles dramatiques de femmes triturées par des évènements douloureux. C’est bien cela qui, plus qu’autre chose, la différencie aux yeux du public d’autres grandes beautés plastiques comme Julia Roberts ou Sandra Bullock, mégastars portant elles aussi impeccablement la robe fourreau sur le tapis rouge des oscars.

Continuer la lecture de Before I Go To Sleep

Ja’mie : Private School Girl

jamie king private school girl

 

On en a soupé, du mockumentary, mais que voulez-vous, parfois on est faible et on se laisse convaincre par une série qui présente, en 2014, ce format. Ou plutôt en dépit du fait qu’elle présente ce format, qui en l’occurrence n’a plus la fraîcheur narrative qu’il apportait il y a quelques années à cette bonne vieille voix off. Bref, après avoir vu traîner sur le web de nombreux gifs et citations de Jamie King, j’ai succombé à son charme irrésistible, comme tous les autres.

Continuer la lecture de Ja’mie : Private School Girl

La Pop-Pouffe d’octobre

 

La vague nostalgique des 90’s bat son plein. Plus d’un an après avoir été l’une des principales curiosités de la cérémonie de clôture des Jeux Olympiques de Londres, les Spice Girls cherchent encore à s’incruster dans l’air du temps. La comédie musicale Viva Forever a beau avoir gentiment flopé au Piccadilly Theatre, les filles s’accrochent, elles y croient, elles manquent au public, il faut convertir cela en tubes planétaires et en espèces sonnantes et trébuchantes. Ainsi, après Mel C et Emma Bunton pour leur duo que personne n’a acheté, après Mel B et son single vaguement étiqueté girl power sorti en septembre dans l’indifférence générale (et dont le principal intérêt semble avoir été de tourner son clip dans le décor de Desperate Housewives), voici Geri Halliwell, pour une fois un peu à la traîne sur ses copines, qui va essayer de ranimer une nouvelle fois la flamme sur laquelle elle a pissé en 1998.

  Continuer la lecture de La Pop-Pouffe d’octobre

Top 40 des 90’s : n°22

n°22 : Natalie Imbruglia – Torn (1998)

 

Vu d’aujourd’hui, la carrière de Natalie Imbruglia n’est pas folichonne, au point qu’on serait presque tenté de la considérer comme un one hit wonder qui a habilement su surfer sur sa notoriété pour se reconvertir en mannequin L’Oréal. C’est que, même sous les allures de garçon manqué vaguement étiqueté rock qu’elle arbore dans son tout premier clip, ses grands yeux bleus et sa beauté fragile n’ont échappé à personne, et bientôt le grand public ne la réduira plus qu’à cela : cette jolie australienne qui fait des pubs pour du fond de teint, a fait un vague tube en 1998 et a joué un rôle de potiche dans un film de Mister Bean. C’est un peu comme si l’Australie nous avait envoyé une nouvelle petite fiancée de la pop pour pallier l’absence médiatique de Kylie Minogue, mais que cette nouvelle princesse s’était révélée être nettement moins motivée.

Continuer la lecture de Top 40 des 90’s : n°22