Archives par mot-clé : Channing Tatum

Ave, César !

hail cesar josh brolin

 

 

Un an après avoir présidé le Festival de Cannes et délivré l’un des palmarès les plus francophiles de ces dernières années (dont une Palme d’Or à l’un des films les moins appréciés de Jacques Audiard), on imaginait aisément les frères Coen revenir en force avec un gros film, peut-être même en compétition pour l’édition suivante. Le calendrier de sortie et, peut-être l’accueil un peu tiède réservé à Ave, César !, ne le permettront pas. On peut aussi imaginer que les frères Coen ne sortent pas leurs films en fonction du calendrier des oscars ou des festivals de cinéma, mais bon, ils auraient pas raflé grand-chose avec celui-ci, quoi. On y suit en effet deux journées un peu bordéliques d’un fixer, Eddie Mannix (inspiré d’un personnage qui a réellement existé), dont le boulot consiste donc à « réparer », arranger, régler les divers problèmes quotidiens auxquels s’expose le Studio Capitol, reflet plus ou moins caricatural de l’industrie hollywoodienne en plein âge d’or, avec son lot d’égos, d’illusions et de névroses. Sauf qu’on ne sait pas trop ce que ça raconte, au final. Quel est le propos de cette suite de situations à sketches, à peine liées les unes aux autres.

 

Continuer la lecture de Ave, César !

The Hateful 8

 

the hateful eight

 

Il nous l’aura teasé, Tarantino, son huitième film : un premier poster dès juillet 2014, des rumeurs d’abandon du projet après le leak d’un scénario, une reprise quelques semaines plus tard en se promettant d’être prêt à temps pour fin 2015 et la saison des Golden Globes… Comme il fait partie des réalisateurs-stars d’Hollywood, dont on va voir les films plus par curiosité et par respect pour le souvenir de ses réalisations précédentes, conscients que nous sommes d’assister depuis 25 ans à la création de ce qu’on appellera dans trente ans une œuvre, que parce qu’on en a quelque chose à battre du casting ou du pitch, on attend en fait son film suivant dès qu’un nouveau sort en salles. Et il fait ça plutôt bien, d’ailleurs, ne faisant pas languir son public pendant 10 ans entre chaque projet, mais n’enchaînant pas non plus tous les ans en confiant la moitié du boulot à ses assistants : qu’on adhère ou pas, un nouveau Tarantino, c’est toujours un temps fort dans une saison ciné. Typiquement, de mon seul gré, j’irais pas nécessairement voir un western, mais quand c’est lui qui signe, faut bien se résoudre à essayer. Auréolé du succès de Django Unchained en 2012 (son plus gros carton commercial), le plus célèbre des ex-employés de vidéo-club revient donc en ce début 2016, avec un nouveau western (qui vire un peu au whodunit) qui semblait taillé pour faire du bruit lors de la saison des oscars. Pas de bol, ces derniers ont un peu boudé The Hateful Eight

Continuer la lecture de The Hateful 8

Jupiter Ascending

Ah, Andy et Lana Wachowski… Le duo culte à l’origine de la trilogie Matrix reste surveillé de près par les amateurs de SF, mais peine cruellement à se reconnecter avec le grand public ces dernières années. Au point que la perspective d’un reboot de Matrix ne devienne leur seul salut crédible pour le cinoche à ce jour. Après le gadin Speed Racer en 2008 et l’ambitieux mais pas très apprécié Cloud Atlas en 2012 (pourtant l’un des films les plus intéressants de cette année-là), les revoici donc avec Jupiter Ascending, rebaptisé chez nous Jupiter, le destin de l’univers, parce que, euh, le verbe to ascend c’est pas assez transparent en français, on va dire.

 

Continuer la lecture de Jupiter Ascending

Vanity Fair Hollywood Issue 2015

Vanity-Fair-Hollywood-Cover-2015-Feb-600x250

Dans un crû 2015 marqué par la polémique des oscars les plus « blancs » de ces dernières années (snobage global de Selma à part dans la catégorie-reine du meilleur film, aucun acteur noir ou latino nommé…), le Hollywood Issue de Vanity Fair tente de se rattraper en invitant David Oyelowo à se glisser dans le line-up. Cela fait peu par rapport au très beau shooting de 2014, mais ça fait toujours plaisir. Et comme toujours, tout le monde s’aime pour l’objectif et pour Annie Leibovitz.

Continuer la lecture de Vanity Fair Hollywood Issue 2015