Archives par mot-clé : Chic un mort

George Michael In Memoriam

Evidemment que George Michael ne fait l’objet que de nécros et de rétrospectives parlant de ses frasques, de sa sexualité et de ses addictions. Comme Whitney Houston et Michael Jackson, deux de ses contemporains dont la mort prématurée a également eu un gros impact médiatique, ce géant de la pop était une gloire de l’industrie musicale (et un des rares non-Américains à avoir remporté le Grammy Award de l’Album de l’année, pour Faith), qui avait connu son apogée artistique et commerciale plus de deux décennies plus tôt et qui, surtout, avait cessé de créer, enfermé dans ses démons et capitalisant sur un back catalogue somptueux. Et pourtant oui, comme eux, c’était un phénomène pop, une cash machine dans ses grandes années, et une bête de scène lorsqu’il était en forme. Et comme eux, il a contribué à définir les contours de la pop masculine contemporaine, de Robbie Williams à Justin Timberlake en passant par Ricky Martin ou Adam Lambert, ou même les plus minets Justin Bieber, Zayn Malik ou Nick Jonas, dont les débardeurs et les poses lascives ne sont pas sans évoquer les jeunes années de Georgios Panayiotou.

Continuer la lecture de George Michael In Memoriam

31

 

 

 

 

Peut-être que je n’ai pas de chance. Ou peut-être que j’en ai beaucoup. Ou peut-être que ça n’a pas d’importance, que ça n’a de toute façon rien à voir avec moi, et qu’on s’en fout. Mais c’est vrai qu’après le 11 janvier 2015, voila que le 11 janvier 2016 voit mon anniversaire disparaître sous un raz-de-marée médiatique. J’ai passé la journée de mes 30 ans dans les rues de Paris à défiler avec quelques dizaines de milliers de personnes pour dire non à l’obscurantisme, à la violence et à la connerie. J’ai passé la journée de mes 31 ans à me sentir fébrile et cotonneux, submergé par l’omniprésence de David Bowie dans mes timelines, mes médias, mes podcasts. Et de me souvenir, alors même que je n’ai jamais écouté religieusement cet artiste hors-norme, dont les vrais « hits » dataient d’avant même ma naissance, à quel point il y avait du David Bowie dans la pop que j’écoute et que j’aime.

Continuer la lecture de 31

Sylvie Joly In Memoriam

 

sylvie joly pierre et gilles

 

Pour Catherine, qui passait encore régulièrement à la télévision et qui m’amusait tant. Pour la femme drôle et sensible qu’elle était sur les plateaux télé. Et pour l’icône gay qu’elle était pour ceux de la génération juste au-dessus de la mienne (je suis un peu jeune pour avoir connu ses heures de gloires dans les années 80). On n’a pas tant d’icônes gays que ça, en France.

Wes Craven In Memoriam

wes craven scream 1996

Lorsque le décès de Wes Craven a été annoncé hier matin, je n’ai pas vraiment réagi tout de suite, à part en retweetant un article qui m’avait informé de la nouvelle. Pourtant, c’est un petit bout de pop culture qui s’en va avec ce monsieur, qu’on réduit à sa carrière dans le cinéma d’horreur mais qui tenta pourtant, avec moins de succès certes, de s’aventurer dans d’autres territoires (la série Castle, Music of The Heart, Paris je t’aime).

Continuer la lecture de Wes Craven In Memoriam