Archives par mot-clé : Comeback

La Pop-Pouffe de mars

meghan trainor no video 

 

 

 

Elle est gentille, Meghan Trainor. Enfin, elle a l’air. Et c’est bien le problème, du moins pour l’instant, avec son « virage » pop, l’incontournable transformation qui marque un tournant dans le parcours, l’image publique et le répertoire musical des chanteuses pop estampillées kid, Disney ou Nickelodeon, généralement vers un son plus « adulte » et une image plus sexuée, plus provocante, plus imposante, histoire de ne pas rester cantonné aux playlists des ados de moins de 13 ans et, qui sait, d’attirer un peu de bruit médiatique autour de soi, que ce soit pour une soi-disant « respectabilité musicale » nouvellement trouvée (cf. Carly Rae Jepsen, Christina Aguilera) ou autour d’apparitions publiques cradingues et d’un surnom débile façon « lolitrash » ou « twerkeuse en chef » (cf. la pauvre Miley Cyrus, encore trop cantonnée à la risée des médias mainstream). Alors que Meghan Trainor, la gentille chanteuse souriante qui parlait de rondeurs et de princes charmants dans des clips colorés et joyeux, décide elle aussi de passer au ripolinage « adulte » pour avoir une chance de durer plus longtemps que Lorie, ça n’a rien de surprenant. Et même l’idée de faire un clip qui soit l’antithèse, en termes d’ambiance et de gamme chromatique, de All About That Bass, ce n’est pas une mauvaise idée en soi. Le côté « fille voluptueuse » qui a de l’assurance à revendre, du charisme sexuel et un goût prononcé pour les rejection songs, ça marche parfois.

Continuer la lecture de La Pop-Pouffe de mars

Gwen Stefani – Misery (Lyric Video)

 

 

 

This Is What The Truth Feels Like, le troisième album studio de Gwen Stefani, n’est pas encore sorti qu’il a déjà engendré trois singles. Si les deux premiers n’ont pas fait de vagues dans les charts, le staff de la chanteuse compte probablement sur Misery, troisième single aux sonorités très actuelles (on imagine aisément les nouvelles princesses pop de l’ère Charli XCX, Tove Lo et autres Carly Rae Jepsen sur ce morceau), pour redresser la barre, la mise en bacs de l’album approchant dangereusement, sans tube à se mettre sous la dent pour s’assurer le soutien des radios. La lyric video du single est en tout cas charmante, limite désuète mais jolie, avec des illustrations de la chanteuse elle-même. A la production et à l’écriture, on retrouve Mattman & Robin, alias Mattias Larsson et Robin Fredriksson, qu’on a déjà croisés récemment dans les discographies de Taylor Swift, Adam Lambert, Carly Rae Jepsen, Hailee Steinfeld, Tove Lo ou encore Selena Gomez, et Julia Michaels à l’écriture, déjà songwriter sur Used To Love You et sur les derniers hits de Justin Bieber, Selena Gomez ou Nick Jonas : pas forcément sur les singles les plus dévastateurs de ces deux dernières années dans les charts, mais en tout cas bien dans la tendance des sons actuels.

Continuer la lecture de Gwen Stefani – Misery (Lyric Video)

All Saints – One Strike (Official Audio)

 

 

 

Bon ce n’est pas la perfection, mais c’est un bon titre pop avec les accents R’n’B et soul qu’on aimait chez les All Saints à la fin des années 90. Pourquoi bouder son plaisir ? Certes, ça a peu de chances de percer le top 10 dans les charts du monde entier (top old school, trop typé, pas assez dans les petits papiers des jeunes prescripteurs, qui savent à peine qui sont les All Saints : 1997 c’était il y a presque vingt ans, les gars, c’est un peu comme quand Cher ou Rod Stewart tentaient de revenir au tournant des années 2000 – so gay, mais so old, aussi, allez, on se revoit au prochain best of, xoxo), mais c’est un son frais, un refrain plutôt efficace, une petite sucrerie facile à digérer à l’approche du printemps. Passons sur le fait que le titre est une allusion aux frasques du couple Nicole Appleton / Liam Gallagher, qui a divorcé avec fracas en 2014 lorsque ce dernier a mis enceinte une journaliste du New York Times, parce que franchement, il y existe encore quelqu’un en 2016 pour s’exciter d’une frasque d’un frère Gallagher ? C’est plus la peine de marketer le produit comme en 1997, les gars.

Le premier retour des All Saints, il y a dix ans, avec le single Rock Steady, qui tentait trop de surfer sur l’air du temps de l’époque (un rock méché vaguement rebelle et très looké), s’était un peu planté, mais cette année tout le monde est nostalgique du « millenium », de Destiny’s Child, de JoJo et de Gorillaz, du R’n’B et de la house music. Tout le monde veut être à nouveau en 2001, va comprendre pourquoi. One Strike a les accents synthpop des anciens titres comme Black Coffee ou Pure Shores, à la William Orbit : difficile de faire plus évocateur de la fin des 90s. Alors, maintenant que les trentenaires sont la génération « au pouvoir » de la pop culture et que le comeback des 90s est plus que jamais annoncé, y a-t-il une chance pour que les All Saints soient les pionnières d’un vrai revival dans les charts et dans les clubs ? Je suis content de les revoir en tout cas. L’album est prévu pour avril, il s’agit donc d’un vrai retour aux affaires pour les anciennes « rivales » des Spices Girls, et non d’une tentative un peu vaine de single juste pour voir si quelqu’un en a quelque chose à battre.

Gwen Stefani – Make Me Like You

 

 

 

 

Le comeback de Gwen Stefani, et le lead single du futur album This is what the truth fells like, prévu pour le 18 mars, est assez symptomatique des évolutions récentes de l’industrie du disque et des stars du tournant des années 90-2000. On ne sait plus trop à quoi se mesure désormais le succès, Adele étant à peu près la seule chanteuse vendant actuellement assez de caisses d’albums ET de singles pour qu’on soit sûrs qu’elle cartonne « objectivement ». Genre y’a beaucoup de gens qui paient pour avoir accès à ses contenus, quoi. Les autres mesurent leur succès tantôt en nombre de vues YouTube, en rotations radios, en écoutes Spotify, en bruit médiatique, en classement « Trending 140 » des chansons dont on a le plus parlé depuis une heure sur Twitter, en rentabilité de leur tournée où chaque place coûte un bras et où les gens viennent davantage écouter le best of que le dernier album, en classement de l’album pendant les deux premières semaines de mise en vente, en Grammy Awards… Single numéro un des ventes ou album au sommet des charts pendant des semaines, il faut choisir : on a désormais rarement les deux, et plus souvent aucun des deux, même quand on s’appelle Beyoncé, alors on définit un tube par d’autres critères. Et pour une Taylor Swift ou une Katy Perry, combien de stars moins solides, de one hit wonders ou de grosses pointures d’il y a quinze ans qui ne semblent plus soulever les foules avec leurs nouveautés ? Bref, dans une industrie qui a vu son modèle économique radicalement évoluer au cours des quinze dernières années, le temps du single-roi, avec son sacro-saint support CD 2 titres, est révolu, et voila que le succès d’un hit, d’un album ou plus globalement d’un artiste, ne se mesure plus vraiment à sa capacité à livrer du hit qui meuble le sommet des ventes de singles pendant des semaines, mais à plein d’autres outils de mesure plus ou moins objectifs, selon ce qui l’arrange.

Continuer la lecture de Gwen Stefani – Make Me Like You