Archives par mot-clé : Danse

La Pop-Pouffe de septembre

 

 

 

C’est donc le single Ain’t My Fault, avec ses cuivres et on ambiance de stades, qui aura la difficile mission de succéder à Lush Life, le sleeper hit increvable qui a traversé la moitié de l’année sur les ondes et en ligne, faisant de la suédoise l’une des popstars les plus prometteuses du moment. On ne comptera pas vraiment sa participation au single de David Guetta pour l’Euro, qu’on a tous assez rapidement zappé, ni le duo Never Forget You avec MNEK, qui a pourtant eu un certain succès depuis sa sortie en juillet 2015 (mais rien à faire, c’est Lush Life qui a continué à squatter les playlists).

Continuer la lecture de La Pop-Pouffe de septembre

Nick Jonas feat. Tove Lo – Close

 

 

 

Je sais bien que tout le monde veut coucher avec Nick Jonas et que les fans de pop perdent toute objectivité dès qu’il s’agit de n’importe quelle chanteuse suédoise Tove Lo, mais bon, il faut bien l’admettre, cette bluette romantico-lounge, si elle est joliment chorégraphiée (on pense vaguement au clip de Elastic Heart de Sia) et bien servie par le sex-appeal de ses deux interprètes, est un peu boring, dans la lignée de la pop hipster contemplative et chichiteuse déployée par Zayn et consorts pour se donner une contenance et une crédibilité allant un peu plus loin que celle de l’aimant à minettes. C’est joli, c’est bien produit, mais c’est pas très fun et on se fait un peu chier, quoi. Peu importe, cela nous fera patienter un peu, en attendant le deuxième album de Tove Lo et, surtout, le troisième de Nick Jonas, Last Year Was Complicated, prévu pour juin. Mais franchement, les gars, faites-nous un peu danser et rigoler, on a déjà plein d’artistes emo et cold wave pour se faire des bad trips seuls dans nos chambres à coucher.

Sigala – Easy Love

 

 

 

Bon, moi la première fois que j’ai vu passer le titre de ce single (le premier du musicien Bruce Fielder qui officie sous le nom de Sigala), je me suis dit, oh super quelqu’un a tenté de rafraîchir et de remettre en radio le seul tube de cette artiste qu’on s’est tous empressés d’oublier après l’an 2000, comme si le plébiscite délirant que nous avions offert à sa bouillie disco-dance nous avait soudainement fait un peu honte. Mais en fait pas du tout, le Easy Love de 2015 est un gros sample du ABC des Jackson Five, avec un clip plein d’enfants qui dansent comme ces mini-surdoués un peu flippants qu’on voit dans les pubs pour des baskets ou de la lessive. La preuve que le génie des pontes de la Motown continue d’influencer, voire de fonctionner en l’état sur notre génération. Il en ressort un tube un peu improbable, numéro 1 en Angleterre en septembre, qui se fraye peu à peu son chemin dans les charts européens. Un faux air de Happy pour alléger cette fin d’année 2015 ?

Missy Elliott feat. Pharrell Williams – WTF (Where They From)

 

 

 

Le retour était attendu depuis la dernière mi-temps du Super Bowl, c’est désormais chose faite : Missy Elliott, la déesse du hip-hop US, qui a pavé la voie du rap féminin vers le grand public pour toutes les Nicki Minaj, Eve et autres Lil’Kim, qui ont généralement proposé une approche plus franchement sexualisée, notamment dans leur image publique. Car ne nous méprenons pas : sous prétexte qu’elle n’était pas un canon de beauté conventionnel, un peu trop ghetto, un peu trop grosse, un peu trop butch pour que son label la vende comme une bimbo nympho féministe bigger than life, il ne faut pas croire que la rappeuse a renoncé à parler de sexe dans ses chansons. Son répertoire, au contraire, regorge de textes qui parlent de cul. C’est aussi le cas de WTF (Where They From), sur fond de battle de danse, qui lâche quelques Boys wanna jump on this pussy cat, I come into this bitch like liquid et autres I’m a big mack make you wanna eat that

Continuer la lecture de Missy Elliott feat. Pharrell Williams – WTF (Where They From)