Archives par mot-clé : Etats-Unis

Brooklyn

 

brooklyn saoirse ronan

 

Grand oublié du palmarès des derniers oscars, Brooklyn n’était malheureusement le favori d’aucune des trois catégories dans lesquelles il était nommé. Éclipsé par Spotlight dans la catégorie Meilleur film, par The Big Short dans la catégorie Meilleur scénario adapté (après les scénarios de An Education et Wild, Nick Hornby était pourtant un nom crédible, mais ce sera pour une prochaine fois)  et Brie Larson dans la catégorie Meilleure actrice, Brooklyn a bien vite été estampillé « petit film » remarqué à Sundance début 2015, mais qui n’avait plus aucune chance de faire autre chose que de la figuration une fois que, l’automne venu, les gros studios sortiraient leur artillerie lourde à l’approche des Golden Globes. Et c’est franchement dommage, car le film de John Crowley est l’un des plus jolis films de ce début d’année.

Continuer la lecture de Brooklyn

Le Livre des Baltimore

 

le livre des baltimore joel dicker

 

 

Jamais facile de suivre un énorme succès de librairie, surtout quand celui-ci s’est doublé d’un triomphe critique. Trois ans après La Vérité sur l’affaire Harry Quebert, Prix Goncourt des lycéens et Grand Prix du Roman de l’Académie Française, le suisse Joël Dicker effectue le périlleux exercice du « deuxième » roman. Pas vraiment le deuxième puisque, de son propre aveu, il en avait déjà écrit cinq avant, dont trois n’ont pas trouvé preneur chez les éditeurs (m’est avis qu’il peut les mettre de côté pour le re-soumettre à quelqu’un un de ces quatre, s’il manque d’inspiration : ça sera certainement accepté maintenant et ça fera patienter ses lecteurs entre deux inédits), et qu’il avait même publié Les Derniers Jours de nos pères en 2010. Mais dans l’esprit du public, ce follow-up est un peu comme un deuxième roman, celui qui a la pression de devoir « confirmer ».

Continuer la lecture de Le Livre des Baltimore

Wild : dépression, ampoules et rédemption

WILD_movie_poster

Le québécois Jean-Marc Vallée est en passe de devenir le réalisateur hollywoodien spécialisé des gros biopics dramatiques destinés principalement à rapporter des nominations aux oscars pour leurs interprètes principaux. Après C.R.A.Z.Y., The Young Victoria et Dallas Buyers Club, voici donc Wild, l’adaptation du récit autobiographique de Cheryl Strayed, avec une Reese Witherspoon très investie (rôle principal et production, on sent qu’elle a cru dans le projet).

Continuer la lecture de Wild : dépression, ampoules et rédemption

Le tube d’il y a dix ans : Usher – Burn

 

Il y a dix ans, c’était 2004, l’année Usher. Du moins aux États-Unis. Livrant, avec l’album Confessions, ce qui allait devenir son plus gros succès, le jeune Usher Raymond surfait alors sur une notoriété de plus en plus grande à l’international, et une image d’ex-enfant star clean aux États-Unis.

 

Usher_-_Confessions_album_cover

 

 

 

Si on se souvient tous de Yeah!, un hymne à l’adultère accidentel parce que « j’étais bourré et c’est elle qui m’a sauté dessus chérie » :

 


Usher avait en fait construit sa célébrité au cours des années 90 :

 

 

 

 

Et au tournant des années 2000 :

 

Burn, deuxième single issu de l’album Confessions, est un peu passé à la trappe de nos souvenirs depuis dix ans, mis à l’ombre par la suite (moins dominatrice, pourtant) de la carrière du chanteur, et par les succès des autres singles de l’album. C’est peut-être d’ailleurs la raison pour laquelle j’ai choisi d’évoquer celui-ci plutôt qu’un autre. Car après tout, j’aurais eu le choix : sur les 52 semaines qu’a compté l’année 2004, Usher en a passé 28 à occuper la pole position du Billboard Hot 100 aux Etats-Unis avec l’un de ses singles. 28 semaines ! Occupées respectivement par Yeah! (12 semaines consécutives), Burn (8 semaines non consécutives), Confessions Part II (2 semaines), et son duo avec Alicia Keys My Boo (6 semaines consécutives). Plus de la moitié de l’année à truster le sommet des charts US, donc, rien d’étonnant à ce que la plupart de ses récompenses musicales majeures datent de cette période-là.

Mais Burn, on l’avouera, c’est un peu le single oublié, celui de sa rupture avec Chilli de TLC, celui qui ne passe plus vraiment à la radio ni au Macumba, celui dont on ne se dit pas, en apprenant qu’il est sorti il y a dix ans « Déjà ? », mais plutôt « Seulement ? ». Un vrai petit plaisir oublié que ce slow de lover qui pense, pour se rappeler qu’Usher, à une époque, se prenait pas mal pour les Boyz II Men à lui tout seul.