Archives par mot-clé : Eurovision

Margaret – Cool Me Down

 

 

 

Bon, bah cette année le tube estival de Rihanna n’aura pas été chanté par Rihanna, mais par une obscure chanteuse polonaise de 24 ans, quasi-inconnue en Europe, qui s’est fait livrer un hit sur-mesure par Arash, Linnea Deb et Anderz Wrethov, des pontes suédois du Melodiefestivalen, ce song contest qui désigne chaque année le bolide de compétition présenté par la Suède à l’Eurovision. Pas sûr que les radios françaises adopteront Cool Me Down, mais clairement on aurait bien imaginé la barbadienne poser sa voix la plus geignarde en autotune sur ce titre. Et soyons honnêtes, on aurait adoré.

Seine-et-Marne, 12 points

J’écris ton nom, Marie Myriam…

Ce ouikène, j’aime autant te dire que je vais être masse blase en constatant que, de nouveau, je serai seul chez mes parents, au fin fond de ma Seine-et-Marne tant aimée, à mater l’Eurovision, en pensant que j’aurais pu arranger une soirée vodka à Paris, à compter les points avec Camille la vilaine…

Car s’il y a bien une vérité à dire sur l’Eurovision, c’est que c’est un peu comme la soirée Miss France : du moment que tu as de la compagnie et que tu rigoles grassement devant le legging en lamé rose du candidat bulgare ou les capitons de la candidate belge, ce n’est pas (trop) la honte de regarder. Si, en revanche, tu es chez tes parents et que tu as refusé de les suivre à leur dîner chez leurs potes René et Gismonde pour rester devant la soirée animée par Julien Courbet (si, si), tu peux considérer que tu as touché le fond de la loose du samedi soir…

Accessoirement, et pour me donner bonne conscience aussi, je scruterai le moindre couac lié aux revendications des homos russes, qui ont organisé la gay pride moscovite le même jour et qui comptent sur cette potentielle tribune internationale pour se faire entendre.

Regarder l’Eurovision, c’est politique, aussi.

Bon, sinon, cette année, c’est Patricia Kaas qui va tenter de surfer sur sa notoriété internationale pour nous ramener autre chose qu’une 21ème place. Et ladite notoriété a intérêt à être bien établie, parce que perso, je ne miserais pas trop sur la chanson pour espérer du « France, 12 points ». Je trouve cette stratégie du chanteur déjà célèbre assez médiocre, pour dire la vérité, vu les résulats très moyens qu’elle a engendrés jusqu’à présent (DJ Bobo et les deux connasses de T.a.T.U se sont pris de gros râteaux en leur temps). Mais si on compte vraiment sur les stars françaises à l’étranger pour glaner des votes slaves, je suggère que l’année prochaine on leur envoie Mireille Mathieu (et qu’on la leur laisse).

(Adoptez-moi)

Comme je suis perfectionniste dans l’âme, je pousserais même la logique jusqu’au bout en leur donnant Michel Sardou, aussi, pour un duo au sommet.

L’usine à guimauve a encore frappé

Hier soir, lors d’une déplorable soirée de non-révisions, un exigeant jury de grognasses et de langues de putes regardait l’Eurovision. Ce jury fut vraiment déçu de voir les lesbiennes serbes gagner avec une chanson pas mauvaise mais chiante à mourir, exactement ce qu’on reproche à la France de faire d’habitude. Les monstres finlandais de Lordi nous avaient mal aiguillés, l’année dernière. Pour une fois, il ne fallait pas miser sur le décalage et l’humour trash (les anglais l’ont bien compris avec leur vautrade en règle sur leur tubesque Barbie Airlines… Quoi, c’était pas ça le titre?), mais sur la chanson, sans favoriser le physique. Bon, quand même, nos Fatals Picards, ils étaient pas trop sexys, non plus, avec leur rose et leurs paillettes! Ils auraient mérité un classement légèrement meilleur. Encore une fois, on est dans les 5 derniers, ça valait le coup de les sélectionner démocratiquement, tiens! Vous aviez pas remarqué que lorsqu’ils votent, « les Français sont des veaux » (dixit De Gaulle, repris par Coco)? En élisant leur président de la République, leur gagnant(e) de la Star Ac’… Ils choisissent pas du concept hyper vendeur, ni le plus agréable à l’oeil et à l’oreille, en général! Bref, sur cette note d’aigritude, je vous envoie vers l’excellent candidat drag-queen ukrainien, Verka Serduchka (avec Dancing Lasha Tumbai), hélas arrivé deuxième… Potentiel tube de l’été?
http://www.youtube.com/watch?v=HHR491s3iSw

L’Eurovision 2007… au moins, on se sera marrés!

Hier soir, le fait de faire chambre (et donc télécommande) commune avec un allemand fan de l’Eurovision a eu un effet inévitable: il a fallu se taper la soirée de sélection du candidat français sur France 3. Bon, je vais pas mentir, j’étais curieux de voir ce que ça allait donner, vu les gamelles récurrentes que la France se ramasse à ce vénérable concours. La fadasse candidate de l’année dernière, pas vraiment aidée par l’encore plus fadasse chanson du mollasson Corneille, m’avait laissé sur ma faim. En effet, « Il était temps », avec sa mélodie toute pourrie et son rythme à ronfler, n’a pas volé, à mon sens, sa place de quasi-lanterne rouge. Alors cette année, je m’inquiétais de revoir les chaînes du service public nous proposer à nouveau de désigner le candidat démocratiquement. La démocratie n’est pas forcément gage de succès dans la chanson, y’a qu’à regarder la pauvre Magalie Vaé, qui en plus de ses douze ventes de disques, morfle bien depuis un an et son « élection démocratique » à la Star Ac…
Mais cette année, France Télévisions a fait les choses bien, avec une vraie sélection à proposer au public (l’année dernière, les protégés de Pascal-bite des noirs-Sevran n’étaient que trois). Hier soir, ils étaient dix, et c’était plutôt éclectique: du rock, du rap, du raï; pas mal de groupes, quelques chanteuses, pas de chanteur (ou alors, le pauvre garçon devait être très insignifiant, pour que je l’aie déjà oublié)! Ce qui était bien, c’est qu’au lieu de choisir un interprète qui allait devoir se farcir une chanson écrite par Corneille ou Patrick Bruel, cette année, c’étaient tous des artistes qui proposaient une chanson originale « clés en main ».
Je retiendrai deux ou trois choses: les majorettes barges que Philippe Katerine a pris sous son aile, d’abord. Leur chanson « Vive Papa » était vraiment marrante, bien qu’un peu agressive à l’oreille, mais je n’ai pas réussi à la sortir de ma tête de la soirée. Bon, aujourd’hui, par contre, j’ai oublié, faut pas déconner non plus! Les Wampas étaient très bien, avec leur « Faut voter pour nous! » sautillant et entraînant. Voir Didier Wampas se vautrer sur les genoux d’une pauvre mamie qui traînait là et n’en demandait pas tant, c’était rigolo, et bien plus rock’n’roll que les élèves de la Sevran Academy! Il y avait aussi une martiniquaise, qui a chanté une chanson folklorique pas trop mal, et en tout dernier une espèce de pseudo-Lorie risible. D’accord, comme le dit mon amoureux, qui connaît toutes les éditions de l’Eurovision par coeur, elle avait une chanson « typiquement Eurovision ». Mais bon, déjà, avec le titre, « Comme un rêve », c’était mal parti. Après, il y a eu la prestation de la demoiselle, et c’était… comment dire… Loriesque! Cela dit, ça m’aurait fait bien rire de voir Lorie bis, avec ses danseurs beaux gosses du lycée dansant dans leurs salopettes rose vif, se tauler, ou même gagner, à l’Eurovision!
Finalement, le public, qui a eu la gentillesse d’accepter de voter pour cet enjeu dramatique essentiel, a fini par désigner les Fatals Picards, qui l’ont emporté face à un groupe de musique urbaine, Medi-T. Les deux chansons étaient sympas, celle des Fatals Picards est plus marrante. Est-ce qu’on remportera l’Eurovision avec « L’amour à la française »? Rien n’est moins sûr, je ne pense pas qu’ils vont faire gagner un groupe décalé deux années de suite… et l’année dernière, les finlandais de Lordi étaient bien déjantés!
De toute façon, on s’en fout un peu, ça fait trente ans qu’on gagne plus l’Eurovision, et c’est pas non plus la coupe du monde de foot: le moral du pays ne va pas baisser si on perd! Déjà que c’est stupide quand il s’agit du foot, mais là, on serait carrément ridicules… Oui, j’aime pas le foot, t’as un problème?
Sinon, ce soir, il y a la Nouvelle Star sur M6… Je ne sais pas si je vais regarder, compte-tenu du fait que c’est une perte de temps totale (comme à peu près tous mes instants devant la télé), mais c’est vrai que c’est tentant: les premiers castings, avec leurs concerts de casseroles, sont souvent de grands moments musicaux pour les mélomanes les plus avertis! En plus, il y a le casting de Bordeaux, je reconnaîtrai peut-être quelqu’un…