Archives par mot-clé : John McCain

Tout commence

Le blogueur n’est pas un grand original. Bobo dans l’esprit (ne faut-il pas l’être un peu pour se la jouer Carrie Bradshaw ou narrateur de série TV devant son écran ?) (c’est du moins comme ça que je perçois le phénomène), il sait être à peu près aussi moutonnier dans ses choix éditoriaux que dans ses idées sur la mode, sur la société, sur les valeurs qui régissent le quotidien…

Je ne suis pas du genre à déroger à la règle, et comme à peu près tous les blougs sur lesquels vous ferez un tour aujourd’hui (comment ça, z’avez autre chose à foutre ?), et même si vous en avez marre d’être cerné par cet événement de toutes parts, je ne peux m’empêcher d’évoquer l’élection de Barack Obama, devenu cette nuit le 44ème Président des Etats-Unis.

Car ils l’ont fait.

C’est vrai que c’est un peu une tarte à la crème journalistique, mais tout de même, rappelons-le, c’est historique. Le 4 novembre 2008, c’était hier, on s’ennuyait un peu ferme au boulot, il faisait sur Paris un temps pas trop dégueu’, j’ai pas pu entrer dans le Starboucks qui était fermé, on commençait déjà à penser au week-end prochain. Bref, c’était un jour ordinaire, mais dans quelques années, les historiens en auront fait une date historique. Souvenez-vous du 4 novembre 2008, vos futurs enfants, entre deux jérémiades insupportables, vous demanderont peut-être un jour ce que vous avez ressenti ce jour-là. Car il y a quarante ans, le 4 avril 1968, un certain Martin Luther King était assassiné à Memphis, et qu’un long chemin a été parcouru depuis, trouvant une forme d’aboutissement (mais pas de fin) dans ce 4 novembre.

Bref, le matin me rend un peu fatigué de la cervelle, la niaisitude s’empare de moi plus facilement pour cause de neurone(s) en sommeil, et au final j’enfonce des portes ouvertes, mais que voulez-vous, je suis un peu une courge.

Donc ce matin, le monde n’a pas changé, les gens font toujours la gueule dans le bus et dans le métro, nous ne sommes pas beaucoup plus avancés. Mais, comme le disait Bulibula hier, les Etats-Unis ont fait ce que l’on attendait d’eux. Rarement un candidat aura eu l’opinion publique mondiale si massivement unie derrière lui. Pour l’alternance, bien sûr. Pour le symbole, ensuite. Mais enfin et surtout pour l’espoir. L’espoir de réparer les erreurs passées, l’environnement, le Moyen-Orient, la crise financière, etc. La peine de mort ? Obama reste hyper évasif sur le sujet, car n’oublions pas qu’aux Etats-Unis, ce n’est même pas la peine de briguer l’investiture si tu es contre la peine de mort (ou du moins si tu te prononces publiquement contre). L’accès au mariage pour les couples de même sexe ? Pareil, il reste évasif (pour les mêmes raisons, faudrait voir à pas passer pour un communiste, non plus), mais peut-être que son élection empêchera le passage de la Proposition 8. J’ai bien dit peut-être.

Parce que, rappelons-le nous, ce n’est pas non plus, a priori, une énorme révolution politique. Mais en ce 5 novembre, malgré le (mon ?) scepticisme, nous ne demandons tous qu’à espérer que « Yes, we can ». Car hier soir, les américains ont voté pour le changement, pour l’idée qu’un homme peut incarner une politique nouvelle, que le mérite ne s’estime pas à la couleur de la peau. Les américains ont choisi le rêve américain. Ce n’est pas une rédemption, mais mon anti-américanisme primaire (ouais, je suis un peu con sur les bords) en a pris un coup. Tant mieux.

Elections américaines…

J-7. Enfin, à peu près.

Et les vidéos s’invitent dans la campagne avec plus de force que jamais (ouais, encore les vidéos, je sais, vous en avez marre, mais je travaille, là, les enfants, et je peux pas tout faire en même temps) (enfin, si, la preuve, puisque je blogue ENCORE au boulot) (oui mais j’ai des circonstances atténuantes) (et puis l’actualité n’attend pas).

Après les célébrités qui ont peur de Sarah Palin ou de John McCain, après les parodies sur les candidats, voici les positions politiques et citoyennes en vogue.

Il y a eux (mais si, rappelez-vous, Scary Movie, tout ça… oui oui, c’était il y a huit ans, prenez ça dans les dents) :

Et puis ma favorite.

On n’est pas dans la merde. Et surtout, on peut s’interroger sur le bien que cela fait à Obama, au bout du compte, certains électeurs se méfiant des soutiens people plus qu’autre chose…

M’enfin bon, plus qu’une petite semaine avant, peut-être (tel que je me connais), de tenter de passer une nuit blanche devant CNN et consorts, alors que ça ne servira strictement à rien.

Allez, en attendant les résultats, on se tient tous par la main et on prie pour un monde meilleur, l’avenir de nos enfants, tout ça, hein.

« It’s hot! »

Vous en avez probablement eu vent, John McCain, futur présid… euh, candidat républicain à la présidence des Etats-Unis, a fait parler de lui ces derniers jours avec un spot de campagne comparant son adversaire Barack Obama à… Paris Hilton et Britney Spears. Le message: il mise tout sur sa célébrité et sa belle gueule étalée partout à la Une de la presse, mais est-il capable de gouverner? Depuis le début, le point faible d’Obama, aux yeux de ses adversaires (Hillary Clinton pendant les primaires, et McCain maintenant), c’est son inexpérience.

Je ne soulignerais pas le manque d’élégance du procédé consistant à ouvertement critiquer le candidat adverse dans un spot de campagne: il y a bien longtemps qu’on nous bassine avec ça de ce côté de l’Atlantique, et qu’on se demande si cela pourrait arriver en France. Les choses se font ainsi aux States, c’est tout, et même si cela a tendance à virer à la guerre des coups bas, après tout c’est autorisé.

Non, là où McCain a été bien con, on peut le dire, c’est en se payant la tête de deux gourdasses connues pour leurs liens avec le camp républicain. Britney Spears incarne probablement une certaine forme de la stupidité médiatisée et un déclin de la morale et des valeurs familiales… Mais bon, tout le monde se souvient qu’elle se déclarait pro-Bush en 2004 (souvenez-vous de la mythique séquence que lui consacrait Michael Moore dans Fahrenheit 9/11). Dégommer Paris Hilton, c’est encore plus con, puisque cette année la famille Hilton a participé au financement de la campagne de John McCain. Vraiment, Johnny, mordre la main qui te nourrit… Tsss.

Du coup, Paris Hilton nous livre une vidéo qui fait fureur sur le ouèbe, et qui prouve une fois de plus (enfin, je dis ça, moi, c’est peut-être parce que j’ai un QI d’huître) qu’elle ne manque pas de recul ni d’humour, et que s’il y a bien une chose qu’elle maîtrise, c’est son image publique.

(question suubsidiaire: bah pourquoi elle se donne cette image là, alors??)

Le spot de John McCain:

La réponse de Paris Hilton:

Moi je dis: Paris for President!