Archives par mot-clé : Lana Del Rey

Grammy Awards 2016 – quelques impressions sur les nominations

 

 

Quelques impressions sur les principales nominations des 58èmes Grammy Awards, annoncées ce lundi 7 décembre et ayant envahi le web en quelques minutes. Kendrick Lamar, entre son album To Pimp a Butterfly et son featuring (relativement inoffensif) sur le Bad Blood de Taylor Swift, mène la danse avec 11 nominations. Taylor Swift et The Weeknd, la révélation mainstream de l’année, arrivent juste derrière avec 7 nominations chacun.

Continuer la lecture de Grammy Awards 2016 – quelques impressions sur les nominations

La Pop-Pouffe d’août

 

 

 

Aaaah, Lana Del Rey. Sorte de marionnette comique de la pop, elle trimballe son physique de Dalida mondiale sous perfusion de robes vintage et de poses Instagram de clip en clip depuis maintenant cinq ans, sans qu’on comprenne trop quel album ou quel EP elle est en train d’exploiter. High By The Beach, son nouveau single, qui devrait bientôt être suivi de Terrence Loves You, marque en l’occurrence le début de la promotion de l’album Honeymoon. Il ne devrait pas faire beaucoup plus de vagues que ses derniers efforts dans les charts, mais Lana Del Rey n’en est plus là.

Continuer la lecture de La Pop-Pouffe d’août

Les 50 chansons de 2014

2014 aura été une année particulière pour moi. Ce petit rituel des 50 chansons de l’année écoulée, que je commence à installer ici, est avant tout un rappel, mainstream certes, mais aussi affectif et sensoriel, de ce que les douze derniers mois incarneront, dans ma mémoire un peu confuse, d’ici quelques années. Il restera donc ça, ces mélodies et ces productions, qui serviront de B.O. aux souvenirs de plus en plus déformés de 2014. Comme l’année dernière, ce classement est donc hautement subjectif, tout particulièrement vers son sommet : on ne parle pas tant ici des titres pop les plus objectivement importants (en termes de vente, de visibilité ou que sais-je) de l’année, mais bien de ceux qui m’ont accompagné, qui ont compté. J’ai essayé de ventiler ici ou là quelques titres français, mais décidément, ce n’est plus du tout ce que j’écoute au quotidien, et il me faut une vraie démarche personnelle de recherche, ou une affinité marquée avec l’artiste, ou alors un gros buzz qui tâche, pour désormais parvenir à la rencontre d’un single francophone. Et comme, huit fois sur dix, le gros buzz qui tâche t’amène à découvrir Black M ou Indila, c’est pas gagné pour des singles français se glissent ici par dizaines. Quant au n°1, on peut discuter de son ancrage en 2013 et de son absence de rotation sur NRJ ou en boîte de nuit, il n’en reste pas moins l’un des phénomènes que l’on retiendra tous de 2014.

Continuer la lecture de Les 50 chansons de 2014

Mommy

 

Director Xavier Dolan, Jury Prize award winner for his film "Mommy", poses during a photocall at the closing ceremony of the 67th Cannes Film Festival in Cannes

 

Oui, Xavier Dolan est agaçant. Il a des tics d’arrogance, une omniprésence médiatique, des contradictions qui, forcément, donnent un peu envie de lui chercher des noises, de ne pas hurler au génie avec la meute médiatique qui lui a servi la soupe pendant deux semaines à Cannes en mai, puis pendant à peu près le même laps de temps à la sortie de Mommy en salles. Mais voilà, cette sollicitude des médias se justifie assez. Il est tellement rare de regarder une carrière de cinéaste qui éclot et devient une star internationale, avec cette précocité, que l’on ne peut pas vraiment le quitter des yeux. On est fascinés qu’il réussisse tout ça : l’esthétique, la grammaire cinématographique, les dialogues, les personnages, à 25 ans et depuis cinq films. Et, à chaque fois, un résultat différent, surprenant, qu’on peut aimer alors qu’on a détesté le précédent, et vice-versa. Alors oui, il y a des tics de cinéma intello, une manière un peu m’as-tu vu de faire le virtuose sur écran, des trucs auxquels on s’attend, mais comment ne pas être intéressé par l’expérience d’un nouveau film de Xavier Dolan ?

Continuer la lecture de Mommy