Archives par mot-clé : Romain Duris

César 2015 : le nommés probables

C’est ce mercredi que seront annoncées les nominations de la 40ème cérémonie des César, qui sera présentée par Edouard Baer et présidée par Dany Boon (!!). Bon, on ne s’attardera pas sur le fait que, comme chaque année, tout le monde semble s’en taper avant que les nominations ne soient effectivement annoncées (et encore…). C’est que, contrairement aux oscars, les César ne sont pas précédés de 150 cérémonies d’awards qui font monter la sauce autour des mêmes nommés. Mais bon, si on avait pu trouver quelqu’un d’autre que Dany Boon pour le 40ème anniversaire de la « grande messe » du cinéma français, ça ne m’aurait pas semblé déconnant non plus. Même Besson, à ce stade, j’y aurais davantage cru. De toute façon, la fournée 2014 du ciné français n’était pas fameuse-fameuse, surtout en comparaison avec les deux-trois dernières, qui ont vu de jolis succès pour des films estampillés « pas une grosse comédie bien grasse » émailler des saisons d’ordinaire un peu sinistrées. Mais bon. Petit jeu des pronostics, à vue de nez, des nommés possibles dans les catégories principales, au regard des succès publics et d’estime de l’année écoulée :

 

Continuer la lecture de César 2015 : le nommés probables

Une nouvelle amie

une nouvelle amie duris demoustier

 

Le Ozon 2014 est un bon cru. Prolifique avec son rythme soutenu de quasiment un film par an, le cinéaste français continue d’explorer ses thèmes de prédilection : psychanalyse de la famille traditionnelle bourgeoise, mort du père, subversion, désir. Et bien sûr, une présence plus ou moins latente de l’homosexualité. Comme toujours, ce n’est pas exempt de défauts, mais Ozon est ici en plein dans son élément : un cinéma d’auteur à la fois dramatique, léger et populaire, où l’on sent poindre le thriller au détour de la pression sociale et des conventions. Comme dans Jeune et Jolie, il y a un an, les deux personnages principaux du film portent un secret, et la crainte d’être découverts, percés à jour, entretient un suspense qui contribue grandement à retenir l’attention du public, flippé pour quelque chose qui, pourtant, n’aurait pas vraiment de raisons logiques de faire peur, ne représenterait pas un danger immédiat pour la sécurité ou la survie des protagonistes.

Continuer la lecture de Une nouvelle amie

Prise de tête chinoise

 

Casse-tête-chinois xavier

 

J’avais 17 ans quand, en 2002, L’Auberge Espagnole fut le succès surprise du cinéma estival, film français sans pitch bankable (pas un film d’action, pas un policier, pas spécifiquement une comédie vaudevillesque) ni grosse star au générique (Audrey Tautou et Romain Duris sont déjà des acteurs confirmés à l’époque, mais pas de succès populaire à leur actif à ce moment-là) (en fait si, mais aucune des collaborations précédentes de Duris avec Klapisch n’avait eu autant de succès, et Tautou a tourné le film alors que Le Fabuleux Destin d’Amélie Poulain n’avait pas encore fait d’elle la nouvelle coqueluche du ciné hexagonal). Je ne m’en rendais pas encore compte, mais cette sympathique bluette d’été allait avoir un impact considérable sur les gamins de ma génération, à peine conscients jusqu’alors de l’existence du programme Erasmus. Et un an plus tard, alors que nous étions fraîchement bacheliers, l’idée de passer une de nos années universitaires à l’étranger était fermement ancrée en nous, et les clichés de l’épopée de Xavier à Barcelone n’y étaient pas pour rien (Barcelone était d’ailleurs la destination la plus prisée des hispanistes). Finalement, moi, je ne suis jamais parti.

Continuer la lecture de Prise de tête chinoise