Archives par mot-clé : Rooney Mara

Carol

carol cate blanchett

 

Figure de proue du cinéma gay depuis Poison en 1991, Todd Haynes a su évoluer, de film en film, vers des productions capables de mêler thèmes subversifs et académisme policé. De Velvet Goldmine à Far From Heaven en passant par I’m Not There, l’homosexualité est ainsi toujours plus ou moins présente dans sa filmographie, à travers un narrateur, une androgynie ou un questionnement plus frontal des mœurs corsetées des sociétés occidentales. Toutefois, s’il avait bossé ces dernières années pour la télévision (Enlightened, Milderd Pierce), il avait plus ou moins disparu des salles, en tant que réalisateur, depuis près de dix ans.  C’était donc un petit événement de le revoir sous cette casquette, au Festival de Cannes 2015, avec Carol, un film qui a fait une belle unanimité sur la Croisette et qu’on prédisait aux plus hautes places du palmarès. Étrangement, il dû se contenter d’un prix d’interprétation féminine pour la seule Rooney Mara, négligeant au passage Cate Blanchett, peut-être punie pour son cabotinage de femme fatale bourgeoise 50s, ou peut-être pour ne pas trop encombrer la catégorie puisqu’Emmanuelle Bercot avait également été récompensée, ex-æquo avec Mara, et qu’on sait bien que Cate Blanchett, telle une Marion Cotillard ou une Meryl Streep, est à Cannes à peu près chaque année ; on a donc encore le temps, et d’autres occasions, de la récompenser à l’avenir. Reste que, parti si tôt parmi les favoris des oscars 2016, Carol s’est logiquement fait rattraper en route par les The Big Short, The Revenant et autres Spotlight, et ne devrait au final avoir de réelles chances de figurer au palmarès que pour ses costumes (et encore, il y a du lourd en face) et Rooney Mara, assez inexplicablement reléguée second rôle, si elle s’impose face à Alicia Vikander. Une bien étrange campagne de la part de la Weinstein Company, pour l’un des mélos lesbiens les plus ambitieux et les plus mainstream de ces vingt dernières années.

 

Continuer la lecture de Carol

Oscars 2016 : nominations attendues, palmarès incertain

 

i told you so

 

Les nominations pour les oscars 2016 ont été annoncées aujourd’hui, dans la foulée d’une cérémonie des Golden Globes légèrement surprenante, dimanche dernier. Dans une année présentée comme indécise, dépourvue de favori s’imposant d’emblée, on pensait que l’association de la presse étrangère hollywoodienne répartirait équitablement ses trophées et miserait sur le drame journalistique Spotlight. Faisant la course en tête en nombre de nominations, le film de Tom McCarthy est pourtant reparti bredouille, tout comme Carol et The Big Short, autres dramas de prestige qui briguaient les récompenses et semblaient, il y a encore quelques semaines, faire la course en tête. Les oscars vont-ils réparer cette apparente hécatombe ou, chose rarissime, dérouler le tapis rouge au même réalisateur, Alejandro Iñárritu, deux années de suite (seuls Joseph Mankiewicz et John Ford l’ont fait avant lui, et c’était il y a plus de soixante ans) ? Les survivants des principales catégories, après tous ces rebondissements, sont donc :

Continuer la lecture de Oscars 2016 : nominations attendues, palmarès incertain

Golden Globes 2016 : les nominations ciné

 

Carol todd haynes

 

Moins commentées en ligne que le nominations séries, surtout de notre côté de l’Atlantique où la plupart des films nommés ne sont pas encore sortis en salles (ni aux US, d’ailleurs), les nominations ciné des Golden Globes 2016 n’en contiennent pas moins leur lot de surprises et d’oubliés qui, de prime abord, peuvent sembler incompréhensibles. revue de troupes et pronostics :

Continuer la lecture de Golden Globes 2016 : les nominations ciné

Les oscars 2016

 

oscar winners 2015

 

Encore un début de mois de juillet calme au niveau des séries, clips et sorties ciné (du moins, me concernant), ce qui me donne une nouvelle occasion de faire un petit tour d’horizon des projets cinés, plus ou moins en post-production ou déjà prêts depuis la saison des festivals, qui devraient honorer les Golden Globes puis les oscars de leurs prestigieux castings, début 2016. Si Julianne Moore et Eddie Redmayne ont fini leur marathon à awards 2015 avec la récompense suprême, je ne les avais pas nécessairement vus venir (même Moore, dont le triomphe cannois dans Maps To The Stars ne me semblait pas assez oscar-friendly, et dont Still Alice n’était pas passé sous mon radar il y a un an), mais l’automne devrait jeter un coup de projecteur sur quelques habitués pour les catégories Meilleur acteur et Meilleure actrice.

Continuer la lecture de Les oscars 2016