Archives par mot-clé : The Voice

Gwen Stefani – Make Me Like You

 

 

 

 

Le comeback de Gwen Stefani, et le lead single du futur album This is what the truth fells like, prévu pour le 18 mars, est assez symptomatique des évolutions récentes de l’industrie du disque et des stars du tournant des années 90-2000. On ne sait plus trop à quoi se mesure désormais le succès, Adele étant à peu près la seule chanteuse vendant actuellement assez de caisses d’albums ET de singles pour qu’on soit sûrs qu’elle cartonne « objectivement ». Genre y’a beaucoup de gens qui paient pour avoir accès à ses contenus, quoi. Les autres mesurent leur succès tantôt en nombre de vues YouTube, en rotations radios, en écoutes Spotify, en bruit médiatique, en classement « Trending 140 » des chansons dont on a le plus parlé depuis une heure sur Twitter, en rentabilité de leur tournée où chaque place coûte un bras et où les gens viennent davantage écouter le best of que le dernier album, en classement de l’album pendant les deux premières semaines de mise en vente, en Grammy Awards… Single numéro un des ventes ou album au sommet des charts pendant des semaines, il faut choisir : on a désormais rarement les deux, et plus souvent aucun des deux, même quand on s’appelle Beyoncé, alors on définit un tube par d’autres critères. Et pour une Taylor Swift ou une Katy Perry, combien de stars moins solides, de one hit wonders ou de grosses pointures d’il y a quinze ans qui ne semblent plus soulever les foules avec leurs nouveautés ? Bref, dans une industrie qui a vu son modèle économique radicalement évoluer au cours des quinze dernières années, le temps du single-roi, avec son sacro-saint support CD 2 titres, est révolu, et voila que le succès d’un hit, d’un album ou plus globalement d’un artiste, ne se mesure plus vraiment à sa capacité à livrer du hit qui meuble le sommet des ventes de singles pendant des semaines, mais à plein d’autres outils de mesure plus ou moins objectifs, selon ce qui l’arrange.

Continuer la lecture de Gwen Stefani – Make Me Like You

Jermain Jackman – How Will I Know

 

 

S’il y a bien un mérite que les télé-crochets anglo-saxons n’ont pas beaucoup eu, depuis toutes ces années (notamment dans leurs versions US et UK, a priori les plus susceptibles de mettre en branle une machine promotionnelle internationale et de déverser du single en masse sur les marchés européens), c’est bien celui de faire émerger des stars mondiales. The Voice, que tout le monde porte aux nues pour les talents « pros » et véritablement prêts pour le marché qui s’y présentent (par la magie du casting et de la pré-sélection, ne nous leurrons pas), a notamment un étonnant ratio gagnants / stars effectives. Bien qu’il en aille de même pour American Idol ou X-Factor (à peu d’exceptions près : Leona Lewis, James Arthur, vite fait), la médiatisation mondiale de ce télé-crochet et de son jury star (qui a tour à tour accueilli Christina Aguilera, Adam Levine, Cee-Loo Green, Pharrell Williams, Kylie Minogue, Jessie J, Gwen Stefani, Usher… dans ses versions américaine et anglaise) devrait garantir un minimum d’exposition, par la suite, à ses gagnants ou à ses candidats les plus « marquants ». Et c’est, curieusement, très peu le cas.

  Continuer la lecture de Jermain Jackman – How Will I Know

La famille Bélier, téléfilm de cinéma

Le public français a une tendance, assez fâcheuse dans la mesure où elle contribue à la multiplication de ce genre de produits à la valeur cinématographique discutable, à plébisciter les comédies populaires à enjeux sociétaux. Après l’affreux Qu’est-ce qu’on a fait au bon Dieu ? et son déversement de vannes destinées à soulager les tendances racistes de chacun en rassurant bien autour de l’idée que les petits Français de souche bien blancs ne sont pas les seuls à s’y laisser prendre, voilà que 2014 s’achève sur le succès « surprise » d’une nouvelle comédie tournant autour du handicap, trois ans après Intouchables. Ou, comme j’aime à le dire, un épisode de Joséphine Ange Gardien qui a malencontreusement échappé à la case téléfilm et s’est retrouvé en salles avec un bon plan marketing destiné à nous le faire passer pour un feel good movie de qualité.

 

Continuer la lecture de La famille Bélier, téléfilm de cinéma

Gwen Stefani : l’impossible comeback ?

 

 

Il y a des retours qu’on n’attend pas vraiment. Parce qu’ils concernent des artistes dont le paysage musical se passait, ou qui n’avaient jamais réellement disparus. Gwen Stefani entre un peu dans les deux catégories. Alors que l’album The Sweet Escape date de 2006 et a été péniblement exploité jusqu’en 2008 avec les singles Wind it up, The Sweet Escape, 4 In The Morning et Early Winter (qui ont connu des fortunes diverses mais jamais spectaculaires dans les charts), la chanteuse est restée à l’arrière-plan de l’actualité lors des six années suivantes, entre ses grossesses et le retour un peu raté de No Doubt en 2012. Donc bon, ces derniers mois, quand on nous disait qu’elle allait revenir, on ne savait pas trop si ça allait venir vite ou non, mais on s’en fichait presque un peu, tant il pouvait sembler clair que la belle Gwen, désormais 45 balais au compteur, était dans le même état, niveau carrière, qu’une Nelly Furtado ou une Madonna : toujours adulée par des fans gays n’ayant pas oublié ses grandes heures, mais grillée par une récente spirale de fours commerciaux qui ne semble pas devoir s’inverser. Rentière de la pop installée depuis des années, Gwen n’innove plus, n’intéresse plus assez pour générer des smash hits dans une industrie musicale où le parfum du moment file à toute vitesse et engendre des carrières pop de plus en plus marquées par une hype hyper brève (y’a qu’à regarder les plus gros hitmakers de ces cinq dernières années, détestés aussi vite qu’ils ont été portés au sommet des charts : Macklemore, LMFAO, Lady Gaga, Iggy Azalea, Carly Rae Jepsen, Gotye, Robin Thicke… tandis qu’on croise anxieusement les doigts en attendant de voir si Lorde, Adele ou Fun vont réussir leurs retours musicaux dans les prochains mois, ou constater avec amertume qu’avoir été le parfum « indé » de 2011, 2012 ou 2013 n’est en rien une garantie de longévité).

Continuer la lecture de Gwen Stefani : l’impossible comeback ?