Archives par mot-clé : L’Île de la tentation

Pendant ce temps à Esmeralda, les tentateurs ont organisé une fête

Voila, comme chaque année, avec l’été, revient L’Île de la tentation. Septième édition, tout de même! Bon, en ce qui me concerne, je découvre ce soir mon premier épisode de cette cuvée 2008, qui s’annonçait réjouissante: un cocu dès le premier soir, mazette! TF1 a merdé dans son casting de bar à entraîneuses, cette année!

Bref, j’ai découvert avec joie la subtile Lindsay (subtile est bien le mot, car il faut l’être pour piger quand elle parle, tellement elle semble ignorer le sens du mot ar-ti-cu-ler) et son falot fiancé Léonard. Lindsay a trompé son mec dès le premier soir, et grâce aux cabanes en rondins de bois bouffés par les termites de Diamante K, les caméras n’en ont pas perdu une miette. Léonard s’est ensuite « vengé » en pelotant une tentatrice quelconque, ce qui comme chaque téléspectateur de l’Île de la tentation le sait est particulièrement constructif et utile quand son couple est en danger. Voyant cela, Lindsay, grande classe, a offert son intimité même pas protégée par le gel intime Rogé Cavuillès à un tentateur, en pleine mer et sans capote devant les caméras, pour se venger à son tour. Si l’on en croit les rumeurs du ouèbe, ils sont le faux couple de cette année. Aaaah boooon?? Et grillés par la production (en même temps, cocufier le premier soir, c’est un record, faut rester crédibles, les enfants!), ils ont dû scénariser une prise de conscience brutale face à leur attitude de petits cochons lubriques. Résultat des courses: je n’aurai pas connu mes deux tourtereaux bien longtemps: ils repartent dès ce soir (ou plutôt dès le début du prochain épisode, vu le montage qui fait avancer l’intrigue d’une action par épisode), main dans la main comme à leur arrivée il y a quatre jours… Mais si, vous savez, il a quatre jours, quand ils se juraient fidélité à jamais avant de se vautrer dans la fange? Le prétexte: sauver leur couple. C’est beau…

Restent donc les autres, Liloo et son jeune croque-mort à peine sorti de l’école, Marta et son Thomas le jour/Shawn le strip-teaseur la nuit (ben voyons, elle a bon dos, la schizophrénie de « l’artiste »…) et le couple victime de jalousie maladive, Manu et Alex, qui avaient bien besoin d’un passage par l’émission pour arranger ça. Je pense que rien de passionnant ne va se passer d’ici la fin de l’émission, et que globalement l’intransigeance de ces neuneus pendant « l’épreuve du feu de camp » sera tempérée par quelques nuits de sommeil à jeun (pour peu que ce soit possible) et le retour à leur côté de leur cher et tendre.

Que dire, donc, sur cette émission qui n’ait déjà été dit lors des six éditions précédentes. Rien de plus que ce que je disais déjà l’année dernière: je comprends parfaitement qu’on cède à la tentation dans des circonstances pareilles quand on est un mec ou une nana ordinaire, qui ne se fait pas draguer tous les jours et qui s’entend soudain dire par douze personnes sublimes (quoique vulgaires) qu’il/elle est super sexy. Ce qui me fascine toujours, en revanche, c’est le manque de recul de ces tentés, qui jamais, ô grand jamais, ne semblent devoir se rendre compte du contexte particulier d’alcool/soleil/appel permanent au sexe dans lequel ils sont plongés. Non, Alex et Liloo ne se rendent pas compte que les tentateurs ne les auraient jamais draguées dans le métro parisien. Thomas et Johann ne se rendent pas compte qu’une fois rentrés dans leurs 23 mètres carrés à Aubervilliers les tentatrices les trouveront nettement moins beaux et intéressants…

La connerie, à l’île de la tentation, en 2008 et après six éditions qui ont toutes vu s’user les mêmes ressorts dramatiques, le même montage racoleur et la même voix off à tendance tragédienne, ce n’est pas tant de céder à la tentation… que d’y aller.

Et comme décidément les cultissimes Ben et Fionfion manquent à cette édition, je ne suis pas sûr du tout de suivre, cette année. C’est une preuve que je grandis, non?

Finalement, je préfère l’amour à la plage

Hier soir dans Misère sexuelle paysanne sur la six, quatre nouveaux prétendants au bonheur conjugal fermier se prêtaient, à leur tour, au jeu du Bachelor pour citadines désespérées. Je commence sérieusement à me demander si je vais continuer à bloguer sur cette émission, parce que franchement, et même si j’en ai (un peu) honte, je ne vois pas comment en parler sans glisser des languedeputeries sur à peu près tout le monde.

Commençons par Patrick, le vieux macho qui s’est sélectionné son cheptel de femmes candidates au speed dating en fonction de leur jeune âge (bah ouais, c’est solide plus longtemps, comme ça) et de leurs photos aguicheuses. Vous me direz, ils le font tous un peu, mais Patrick est le seul à avoir le culot (l’honnêteté?) de dire que c’est un critère décisif. Mais bizarrement, après des entretiens pas très glamour avec des ménopausées désespérées qui le flattent sur son regard bovin bleu azur et sa région tellement géniaaaaaale, il rejette les beautés sexuées. A la place, il choisit un sosie frisé sous Lexomil de Christine Deviers-Joncour, et une mère de famille apparemment sympa et équilibrée. Cependant, le monsieur reste un peu goujat inconscient des susceptibilités féminines. Ainsi, lorsqu’elles arrivent chez lui, nos deux bachelorettes ont-elles le plaisir de voir trôner dans le salon deux boîtes customisées avec cœurs, peluches et macramé, destinées au courrier du cœur de monsieur. Et qui lui a offert ces jolies boîtes, me demanderez-vous ma bonne dame ? Bah tout simplement une des ménopausées désespérées qu’il a recalées aux entretiens mais reçue chez lui par la suite. Patrick est un petit malin, mais exposer les preuves du délit devant ses deux prétendantes ET devant les caméras de la prod’ est à mon avis une belle connerie. Je ne serais que peu étonné qu’il se fasse rembarrer par les deux candidates suite à cette muflerie.

Le deuxième candidat (enfin, pas forcément deuxième en fait, je les cite dans un ordre aléatoire) est viticulteur dans le Var, il n’a pas de tare apparente, il parle normalement, il n’est pas moche, pas vieux, vit dans une charmante maisonnette et ressemble un peu à Olivier Besancenot. Bref, il pourrait probablement trouver chaussure à son pied sans en venir à une solution aussi extrême que celle qui consiste à partager le sort télévisuel de ses camarades agriculteurs. En fait, la vraie question qu’on se pose en visionnant son cas est donc: qu’est-ce que Eric fout là?? Apparemment, le secteur de la rencontre est un peu bouché dans son coin (il s’est peut-être tapé toutes les célibataires varoises??), et il se retrouve ainsi bientôt affublé pour une semaine de deux jeunes femmes pas trop laides ni trop canon, désireuses probablement de se rapprocher de la Côte d’Azur en étant à peu près sûres de ne pas se maquer avec le sosie de Robert Hue. Je ne m’inquiète pas trop pour lui, il devrait se découvrir des affinités avec une de ces deux « filles douces » (oh j’suis douce, oh mon Dieu!). Dans un an, pour le reportage spécial Que sont-ils devenus?, on apprendra probablement qu’il a largué sa dulcinée télévisuelle par sms pour guincher avec une sympathique nénette de son patelin. Ainsi vont les choses dans L’amour est dans le pré. Rien de bien intéressant à voir de ce côté-ci, donc.

Troisième cas, euh candidat : Jean, éleveur bovin en Moselle, la région qu’elle est bien. Jean n’a pas de bol, puisqu’après avoir retenu une brunette qui lui plaisait au speed dating, il a vu cette dernière lui filer entre les doigts, « déclinant son invitation ». Peut-être la sage jeune femme a-t-elle appris entretemps que Jean vivait toujours avec sa mère, une espèce de dragon qui a probablement découragé la plupart des relations sociales entreprises par son fils depuis la petite enfance. Ne reste donc, pour le réjouissant séjour à la ferme avec Jean et belle-môman, que la blondinette esthéticienne choisie avec la déserteuse brunette. Cette femme pourrait être jolie, mais son absence de sourcils et son nez environ quatre fois plus petit que celui de Jean me fait douter de ses choix en matière esthétique (justement). Elle est accueillie dans une ambiance glaciale à la table de la cuisine de belle-môman. Ambiance qui ne se réchauffe guère quand le dragon apprend que la jeune pute qui veut lui piquer son fils femme est, accessoirement, mère de cinq enfants. Ahem… Il faut dire que le malheureux Jean, qui était parti pour rejeter d’office toute candidate ayant des enfants (comme je le comprends), a failli sur ce coup là! Esthéticienne vs. Mémé : qui va l’emporter? Mémé part favorite…

Enfin, le meilleur du pire pour la fin. Oui, je sais, c’est facile, donc moche, mais voila : sur ces derniers candidats au bonheur, difficile de passer à côté des basses considérations physiques. Julien, donc, est le malheureux candidat qui a reçu le moins de lettres de la part des citadines solitaires. Disons que ce n’est pas exactement George Clooney. En plus, il a eu le malheur de rencontrer seulement trois prétendantes au speed dating. Bonjour l’humiliation pour le laideron jugé inférieur aux deux autres… Bizarrement, il a retenu à mon sens les deux moins féminines, un quasi-travelo jurant comme un charretier, et une sorte de hamster obèse sapé comme un mec. La troisième, celle qui avait un visage humain, lui paraissait trop en attente, trop désespérée. Alors que ses deux favorites, c’est tout le contraire, hein. Entre les deux, mon cœur balance. Mais pas vraiment celui de Julien, qui les abandonne le premier soir dans sa cuisine, les laissant dîner seules car « le devoir l’appelle ». A sa place, j’aurais trouvé une excuse pour me barrer, moi aussi. Les deux candidates, surtout la charretière, le vivent très mal.

Suspense, donc : Julien s’est-il exilé en Amérique du Sud pour échapper à cette galère ? Reviendra-t-il la semaine prochaine ? Ses deux bachelorettes vont-elles claquer la porte ? La prod’ va-t-elle au moins réussir à former un couple cette année ??


C’est insoutenable, dans la catégorie tension épique, non ? Je ne sais pas si j’aurai le courage d’en regarder davantage…

Dernier barbecue de morues et thons

Puisque notre Vinshou est malade et qu’il ne peut donc pas nous résumer le dernier feu de camp du dernier épisode de L’Île de la tentation, alors je me dévoue… Et oui, l’été est terminé. Il n’arrête pas de pleuvoir et (surtout) les émissions de l’été connaissent leurs dernières diffusions… C’est le signe incontestable d’une rentrée qui approche dangereusement. Mais passons aux choses sérieuses et retrouvons nos petits camarades qui nous ont bien fait rire et passer le temps les lundis soir…

Pas vraiment de mystères en ce qui concerne les premiers : Lise et Anthony. C’est d’abord Lise qui fait le bilan de son aventure face à Céline Géraud. Le naze qui l’a faite participer aura donc été sa première grande histoire et… sa première déception. Bon, rien ne change vraiment… Anthony, lui, pense avoir profité pleinement de l’expérience (tu m’étonnes!) et attend presque sereinement son face-à-face avec son ex-bien aimée. Il s’attend à ce que ça se passe mal parce que Lise n’est pas assez ouverte pour accepter qu’il ait eu des atouchements avec une autre. Franchement, elle craint cette fille!! A son arrivée, personne ne se regarde dans les yeux. Le sable avait l’air d’attirer irrésistiblement leur regard. On n’apprend pas grand chose de nouveau, de toute façon, ils ne se parlent quasiment pas et leur décision est déjà prise (quel suspense!!!) : ils repartent séparément.

Deuxième couple à l’écran : Joanna et Lindsay. Pour eux non plus pas de suspense. Joanna n’a même pas encore atteint la lumière du feu de camp que son « petit coeur » lui ouvre les bras pour qu’elle s’y jette. « Je t’aime », « Tu m’as manqué »… que de niaiseries pendant bien cinq minutes avant de les voir discuter de leur aventure. Et là, ils s’avouent, entre deux baisers, qu’ils ont failli quitter le camp, qu’ils ont appris beaucoup de choses sur leur couple. Mais surtout, ils savent maintenant qu’ils ne peuvent pas vivre l’un sans l’autre! Ils repartent donc : ensemble.

Enfin, les choses se compliquent avec le troisième couple : Carine et Olivier. Face à Céline, la belle blonde fait le bilan et annonce la couleur : ce soir, ce n’est pas à elle de faire le premier pas ! Olivier quant à lui est toujours aussi scandalisé des gestes affreusement suggestifs de son (ex?)copine. Le face-à-face commence et la tension est palpable (si, si, ça ne se dit pas que pour les seins des tentatrices!). Ils ne se regardent pas mais finalement Olivier lâche un timide « Oui, d’accord, je regrette mes mots et surtout tes gestes » que Carine s’empresse d’interpréter comme des excuses. Ca y est, ils sont réconciliés, ils se sourient et se lancent des oeillades… torrides. Ils sont donc finalement heureux de se retrouver et repartent ensemble.

Le meilleur pour la fin : Ben et Fiona. Le mufle lui avoue qu’il ne sait pas si elle est la femme de sa vie et surtout, qu’il voudrait revoir Stéphanie la tentatrice sur Marseille. Evidemment, la volcanique Fiona n’en croit pas ses oreilles et plus elle essaye de s’expliquer, plus elle se demande comment elle a tenu toute une année en sa compagnie ! Elle est outrée des propositions de son gougeat d’ex-copain. Du coup, pas de mystère (même si Ben était encore ouvert à toute possibilité) : ils repartent séparément.

Encore quelques nouvelles avant la fin : comment vont-ils depuis la fin de l’émission ?

  • Lise a trouvé un nouveau mec (on l’espère plus fidèle) et Anthony a revu Julia qui l’a visiblement jeté (comme une merde?). Et oui, l’aventure est finie, faut arrêter de rêver ! Du coup, il est toujours seul…
  • Joanna et Lindsay sont évidemment toujours ensemble et vont très bien.
  • Carine et Olivier sont « plus amoureux que jamais », nous annonce la prod’ et ils vont s’installer ensemble. Bonne chance!
  • Ben a également revu sa tentatrice mais… ça n’a rien donné ! Tiens donc ! Du coup, il est revenu penaud à la porte de Fiona qui est restée sur ses positions et l’a renvoyé chez sa mère…


Vivement l’été prochain !!!!

Hum, ça sent la publicité mensongère sur la marchandise

Comme j’avais trop peur que vous soyez en manque (et comme le casting de résumeur lancé par Cacahuète est un échec total), j’ai fait tout mon possible pour être en mesure de mater et de vous résumer l’épisode de l’île de la tentation d’hier soir. Allez, on dit merci qui ?

Pour revenir à nos « couples », donc, le naufrage se déroule comme prévu…

Olivier, le sosie extrémiste d’Akhenaton, essaie d’expliquer pourquoi il est dégoûté que sa femme ait touché la main d’un tentateur, et pourquoi cela justifie le fait de la traiter de p*** à la télévision. Il ne convainc pas grand’monde, mais le respect c’est vachement important t’vois. Carine quant à elle qualifie son fiancé de « démarrage » de sa vie amoureuse, après l’avoir entendu la traiter de p***, et TF1 aimerait bien qu’elle approfondisse sa relation avec Jamel, le tentateur chevelu dont elle a attrapé la main. Olivier, en voyant que sa femme, dans des images prises totalement hors contexte, déclare qu’elle peut se passer de sa présence quelques jours, est conforté dans ses opinions extrêmes et estime qu’elle est complètement immature. Mais oui, mec, le problème vient d’elle. Ce n’est pas toi qui es maladivement jaloux et qui exagères un chouïa…

Fiona part en rendez-vous avec Joffrey, le métis moche, qui après avoir fait la cour à Joanna, n’a pas peur d’être incohérent, lui fait un rentre-dedans d’enfer et déclare qu’elle lui plaît avec sa fragilité et sa personnalité de pince à linge. Ils partagent un grand moment d’émotion avec des dauphins (cliché exotique qui tue). Fiona chevauche un dauphin en piaillant d’émotion, donc. C’est grotesque mais pour une fois qu’une des femmes chevauche quelque chose, la prod’ est preneuse… Notre pauvre Fiona toute désillusionnée pleure d’avoir ouvert les yeux sur sa relation avec Ben, lequel continue de se rouler dans la fange avec Stéphanie, la tentatrice qui a désormais son propre numéro de messagerie rose dans les pubs de TF1. Mais Joffrey la console comme il le faisait déjà si bien avec Joanna. Le soir, ils dansent ensemble et se réfugient à deux dans l’intimité du bungalow de Fionfion. La caméra est planquée et la donzelle est vraisemblablement très éméchée, ça ne sent donc pas du tout la manipulation, mais Joffrey, qui décidément a dû lire des livres de psychologie très pointus, la titille et la traite de lâche lorsqu’elle veut aller dormir au lieu d’avouer qu’elle veut se le taper là, tout de suite….

Lise a enfin droit à deux minutes d’antenne, en rendez-vous avec un tentateur quelconque à accent sud-américain prononcé (mais qui est en fait italien). Ils se font du body painting et se marrent trop. Elle fait le bilan de sa relation « J’ai beaucoup de copines qui ont fait la même erreur » (euh, la même erreur… avec Anthony ??), tandis que le tentateur s’emballe et lui déclare que son cœur lui appartient. Ouhla, ça s’accélère, là ! Mais du haut de ses dix-huit ans, Lise n’a pas l’air transcendée par cette déclaration. C’est l’exposition à l’île de la tentation depuis l’âge de douze ans, ça, ça vous blase, niveau sentiments…

De son côté, Anthony fait sa déclaration à Julia, la tentapouffe qu’il avait emballée dans la piscine. Mais hélas, elle lui fait le coup du désormais célèbre « syndrome Shanice », du nom de cette tentatrice lassée qui, l’année dernière, était plutôt surprise de susciter tant d’intérêt chez un des fiancés, alors qu’objectivement elle s’en foutait et qu’elle comptait le lourder avant la fin de l’émission. Au feu de camp, l’intelligent garçon déclare que ce qu’il n’avait pas dans son couple, il l’a trouvé ici. Il est convaincu que la douceur des call-girls qui l’entourent n’est pas feinte, et que c’est ça qu’il lui faut et qu’il recherche. A ce moment-là, j’aurais pu l’assommer avec une pelle, d’être aussi stupide…

Pendant ce temps à Esmeralda, les tentateurs ont organisé une fête, et pour la millionième fois cette année, la voix off annonce que les femmes « n’ont plus de limites et se lâchent complètement ». Bon, en fait, elles se trémoussent en string et se la jouent vilaines tentatrices pour rigoler, mais la prod’ préférerait qu’on pense que c’est de l’adultère caractérisé. Au feu de camp, Lindsay voit Joanna chauffer des tentateurs lubriques à coups de reins, et un tentateur dire que la jeune femme manque tellement de confiance en elle que ces provocations sont juste une pitoyable tentative pour se faire remarquer. C’est fou comme les tentateurs sont fans de psychologie, cette année! Joanna est surtout légèrement agacée par les images de son fiancé qui se confie aux tentatrices en la faisant passer pour une fausse mère incestueuse, mais apparemment ce n’est pas vraiment un problème. Lindsay, en voyant les images de sa fiancée en string, le prend assez bien, mais l’inquisitrice Céline Géraud le titille (« ça vous vexe ? ça vous déplaît ? vous ne seriez pas légèrement agacé par ces images ? non, même pas un peu ? »). Comme vous tous, j’attendais le moment où Lindsay finit par répudier sa femme, en ordonnant « qu’elle vienne plus jamais me regarder en face ». En fait, il déclare simplement que si, éventuellement, peut-être, elle finit par le tromper, il la foutra dehors. Brave garçon. N’empêche, le teaser de TF1 était absolument mensonger, je suis choqué! Si on ne peut même plus compter sur les fiancés pour être vraiment outrés…

Ben, au feu de camp, est très surpris par les images de sa femme qui se dit déçue d’avoir été lourdée pour une allumeuse de passage. Toujours noyé dans son choix cornélien entre Stéphanie-téléphone-rose et Fionfion, notre kéké du sud-est, qui semble comme Anthony un peu amnésique sur les multiples interviews où il affirme qu’il préfère Stéphanie à sa régulière, déclare que sa femme n’est pas assez forte pour lui l’homme séducteur, à se monter la tête sur de simples images prises sur le vif. Par ailleurs, il rappelle qu’il avait prévenu dès le début de l’émission qu’il venait pour séduire tout ce qui bougeait et qu’il verrait bien s’il était capable de ne coucher avec personne (ce que, à sa décharge, il n’a pas fait, effectivement). Je deviens idiot, ou c’est la chose la moins stupide qu’il ait dite depuis le début de l’aventure? Bon, il faudrait que Ben comprenne que coucher n’est pas tout et que déclarer devant des caméras que sa copine est moche et que Stéphanie est trop faite pour lui est un peu indélicat, mais tout de même, une partie du raisonnement tient debout…

Le teaser de la semaine prochaine nous laisse entrevoir le feu de camp final pour dans deux ou trois semaines (enfin!!), et le premier bruit coïtal à travers la cloison de bambou d’un bungalow, grâce à Anthony!! Ce dernier sera évidemment très surpris, voire atterré, d’entendre sa femme lui dire qu’elle sait tout de ses frasques (Mais comment est-ce possible? Ah bon, on était filmés??). Quant aux autres, ils se déchireront à propos des mots pour le moins maladroits qu’ils ont eus pour leur conjoint(e), avant de repartir main dans la main, peut-être…