Archives par mot-clé : Machisme

Don Jon, le porn ou la vie

 

don jon gordon levitt johansson

Allez. Un dernier post pour 2013 avant d’aller festoyer, prendre d’illusoires résolutions et souhaiter mieux pour 2014. Joseph Gordon-Levitt, intronisé icône du cool au tournant des années 2000 grâce à Mysterious Skin et (surtout) 500 Days of Summer, qui l’a vraiment fait connaître du grand public tout en mettant en place son image de meilleur pote de Zooey Deschanel et le terreau de ses futures collab’ de prestige avec Christopher Nolan ou Steven Spielberg, avait suscité la curiosité en annonçant son premier film en tant que réalisateur, qui serait une comédie romantique traitant de l’addiction au porno. Très James Frco-esque, comme projet (en moins gay). Il y a deux mois, j’avais loupé le coche pour l’avant-première organisée à l’UGC des Halles, qui avait été littéralement pris d’assaut, et je me suis donc rabattu sur la sortie en salles pour découvrir Don Jon.

Continuer la lecture de Don Jon, le porn ou la vie

Wanted!

Avis de recherche! Chères lectrices varoises, si vous croisez cet homme, jetez-lui le contenu de votre verre de rosé (que vous avez toujours sur vous au cas où) à la figure:

Hier soir, dans Misère sexuelle agricole sur la six, Eric, alias le sosie non-officiel d’Olivier Besancenot s’est avéré être le roi des goujats. Souvenez-vous (ou ne vous souvenez pas, d’ailleurs): notre viticulteur avait sélectionné deux jeunes filles enamourées, qui avaient été subjuguées par son portrait télévisé, pour passer une semaine chez lui, dans son exploitation. La première, une jeunette blonde aux yeux étranges, avait pris la fuite au bout de deux jours, estimant qu’en fait elle n’était pas faite pour cette vie là et abandonnant Olivier Besancenot aux mains de sa rivale. Foutu pour foutu, se dit alors le paysan, autant profiter un maximum de celle qui reste. Maggie, donc, puisque c’est son nom, va se voir servir un plan foireux comme rarement on avait osé en faire subir à une jeune femme à la télévision (même dans le Bachelor)!!

Eric sort au restaurant avec Maggie au restaurant et la présente avec enthousiasme à ses amis: « Bah voila, c’est Maggie, quoi… ». Cache ta joie, mec! S’en suit une sortie en boîte sur du Cindy Sander et une nuit d’amour de folaïe… dont Eric se vante face caméra dès le lendemain matin, pendant que Maggie se trouve juste devant lui en train de faire la popote… « Nan mais bon, pas la peine d’entrer dans les détails, quoi! ».

Cinq secondes après, et plus discrètement, il déclare face caméra qu’il n’est pas très sûr de vouloir garder Maggie, et déclame cette phrase culte, d’une délicatesse folle: « Physiquement… euh, on va dire qu’elle est généreuse, quoi! ». A ce moment-là déjà, ça sent le roussi pour Maggie, mais la voix off de l’émission tente de noyer le poisson en décrivant chez les deux néo-tourtereaux une « grande complicité ».

Vicieux, le viticulteur va jusqu’à proposer à sa bachelorette de rester plus longtemps et d’installer ses affaires sur place… pour mieux la larguer deux jours après par téléphone. La pauvre choupinette, interviewée seule sur la plage les yeux dans l’eau (son rêve était trop beau), trouve encore le moyen de défendre ce malotru d’Eric, qui de son côté se réjouit d’avoir trouvé grâce à l’émission et aux nombreuses lettres envoyées par les célibataires désespérées un bon répertoire pour ses prochaines nuits de débauche.

Voila pour les faits, donc SUS AU MUFLE si jamais vous le croisez: arrosez -le au rosé!!

Pour ce qui est de la fin de l’émission, elle devrait survenir très vite, étant donné le nombre impressionnants de désistements de dernière minute parmi les candidats à la vie conjugale rurale. La semaine prochaine, donc, nous verrons les quatre derniers couples rescapés de l’aventure tenter de passer l’épreuve de la visite chez les dulcinées citadines. J’en salive d’avance.