Archives par mot-clé : Madonna

Glamorous commitment

Il paraît qu’il faut offrir à ce blog un peu d’animation via des lecteurs Youtube ou Dailymotion. Je me lance donc avec une bonne cause, si c’est pas beau cette volonté! Dans quelques jours, le 7 juillet pour être précis, aura lieu le mariage du basketteur et rappeur de grand talent Tony Parker avec Eva Longoria bien sûr, mais aussi et surtout Live Earth, un concert planétaire contre le réchauffement climatique. L’évènement, emmené par Al Gore, devrait être suivi par quelques 2 milliards de personnes à travers le monde à la télévision. Et pour l’occasion, Madonna a enregistré un titre inédit, Hey you, qui est un véritable carton sur les plateformes de téléchargement (normal, c’est gratuit).

Bon, perso, je ne pense pas qu’on tienne là un tube énorme, mais je peux me gourrer. On notera tout de même que la Madone ne s’est pas mise en scène dans ce clip, elle s’efface devant la cause. On voit uniquement des personnalités d’envergure internationale et des « gens ordinaires ». On dirait un peu une pub Benetton. Je suis très touché par la misère de l’ours blanc, qui va vraisemblablement se noyer faute de pouvoir reposer son cul sur la banquise. C’est mon côté « sauvons Bibiphoque » qui parle, là.
Cependant, je ne peux m’empêcher de m’interroger sur l’utilité de cette démarche. Je ne parle pas du clip de Madonna, mais de l’évènement dans son ensemble. Certes, des artistes qui s’engagent, c’est beau. Réunir des milliers de personnes à des concerts engagés, c’est fort. Rappeler aux hommes politiques par des images subliminales que Gandhi, Martin Luther King ou Nelson Mandela sont de grands hommes et qu’il faudrait se bouger les fesses pour leur arriver à la cheville, pourquoi pas. Mais… tout cela a-t-il l’impact espéré?

Les grandes causes mobilisent, à échéances régulières, des foules et des sommes d’argent considérables. Le Téléthon, le Sidaction, le tsunami, l’ouragan Katrina… des gens se bougent et c’est très bien. La cause du réchauffement climatique a cependant ceci de particulier qu’elle ne touche pas vraiment les gens. Je m’explique: si nous sommes tous conscients des horreurs qui s’annoncent en terme de réchauffement climatique (et ça commence!), nous avons l’impression que c’est loin, très loin. Al Gore et ses potes revendiquent une diminution de 90% des émissions de CO2 dans les pays industrialisés… d’ici 2050. Les séropositifs, les myopathes, les gens qui n’ont plus de maison à la Nouvelle-Orléans, c’est maintenant, tout de suite. C’est pour cela que la mobilisation, même ponctuelle, fait parler d’elle et a un impact: il y a des gens à sauver. Le souci du développement durable, c’est en principe valable toute l’année, pour des conséquences que nous, Occidentaux, ne voyons pas vraiment venir. Quand nous aurons des étés à 55°C, pas d’eau potable et l’impossibilité de faire le plein de nos bagnoles, peut-être qu’on se réveillera un peu plus… Il n’y a qu’à voir ma lamentable vie quotidienne (lamentable sur ce point là, j’entends): je ne m’autoflaggelle pas, j’aime ma voiture et mon confort et je ne me trouve pas monstrueux. I’m bad…

En attendant, les pouvoirs publics continuent d’être interpelés par les artistes, mais freiner le développement (et les vilains lobbies industriels?) ne leur est pas si facile que ça. Faire de la politique, est-ce vouloir ou pouvoir changer le monde? Le monde, lui, ne me changera pas: la première chose que j’ai pensé en voyant ce clip, ça reste « Whouaou, trop bien, un nouveau clip de Madonnaaaaaaa!!! ». N’est pas Mandela qui veut.

Confessions sur la piste de danse

La soirée d’hier, dont je n’ai toujours pas compris si elle célébrait la fin des examens, la fin de l’année ou le départ de Pirouette, a été l’occasion de danser sur Dalida en pensant au Méri, de discuter houleusement sur le clivage gauche-droite ou l’humour raciste (encore, ça devient récurrent) et de découvrir un Guilhem en grande forme dans un jean slim… très slim. Je n’adhère décidément pas au bleu EDF. A part ça, slows langoureux, vodka, oraux, avenir, tags dans les toilettes, racontage de vie amoureuse chaotique, alimentation d’un chat errant, photos toutes les 20 secondes environ, dance des années 1990, yeux qui crient braguette, bisous, ascenseur de la mort, spéculation sur le couple, abandon de mon poisson rouge pour une agonie de trois mois chez Cacahuète, dodo à 5h du matin, lâchement abandonné sur place sans un au revoir de tous ces individus honteusement peu bourrés (en plus!). Bande de goujats. Je n’avais jamais traversé Bordeaux sans croiser la moindre personne ni voiture. 4h du matin, la mort. Pas grand chose à dire aujourd’hui, si ce n’est au revoir à Pirouette, qui a paraît-il croisé Ségolène Royal dans son train, en attendant je l’espère quelques entrevues cet été. Il n’y a pas de raison, ma chère enfant, on ne va pas te laisser partir chez les québécois comme ça. Si tu chopes leur accent, je risque de beaucoup rire en janvier 2008. Quittons nous sur des confessions, on the dancefloor ou pas, peu importe puisqu’on boycotte les boîtes de nuit pour se cuiter tranquillement à la maison en hurlant « Moi j’préfère rester toute seule »… A chacun(e) de confesser son péché, avec cette connerie trouvée il y a quelque temps sur Internet, je ne sais même plus où.

Vous êtes du mois de… ? (date de naissance)

Janvier: j’ai couché avec
Fevrier: j’ai lavé
Mars: j’ai fusillé
Avril: j’ai embrassé
Mai: J’ai leché
Juin: J’ai mis le feu à
Juillet: J’ai épousé
Août: J’ai découpé
Septembre: J’ai mis mon doigt dans
Octobre: J’ai fabriqué
Novembre: J’ai kidnappé
Décembre: j’ai promené

Votre jour de naissance ?

1: un babouin
2: une petite fleur des champs
3: un cul de jatte
4: Dorothée
5: un poisson rouge
6: un morceau d’emmental
7: un Bisounours
8: Hamtaro
9: Paris Hilton
10: une crotte de chien
11: une foufoune
12: les nibards de Loana
13: une couille du Yeti
14: Le vibromasseur de Ségolène Royal
15: un anus artificiel
16: Bree Van De Kamp
17: Bob l’éponge
18: Philippe Bouvard
19: Georges Bush
20: un playmobil
21: mon prof d’économie
22: mon coiffeur
23: Lorie
24: un ravioli au fromage
25: un castor obèse
26: Nicolas Sarkozy
27: un freesbee rose fluo
28: un bouchon de champagne
29: un cochon d’inde
30: un toaster
31: un poil pubien

La première lettre de votre prénom:

A: Et j’ai eu un orgasme.
B: Et je t’emmerde!
C: Pour le bien de l’humanité
D: Dans l’unique but de sauver le monde
E: Car on me l’avait gentiment demandé
F: En chantant Titou le Lapinou
G: Car il (elle) avait insulté ma soeur
H: Et ça pourrait bien être ma vocation
I: avant d’être enlevé par un extra terrestre
J: Dans un but purement lucratif
K: car j’aime la vie
L: et je me suis bien marré
M: pour me faire des amis
N: car c’était la dernière volonté de mon grand-père
O: Et je me suis fait gronder par maman
P: pour financer mes implants mamaires
Q: car il faisait beau
R: car je suis quelqu’un de gentil
S: Et on peut dire que je suis doué pour ça
T: pour un biscuit à la fraise
U: car je suis un sacré coquinou
V: et c’était pas mal du tout
W: car je n’ai pas d’ami
X: pour la gloire
Y: et ça m’a un peu saoulé
Z: Pour passer le temps

Moi, ça donne: « J’ai couché avec une foufoune, et c’était pas mal du tout ». Toutes les perversions deviennent permises, sur ce blog!