Archives par mot-clé : Emily Blunt

Halsey – Castle

 


 

 

Rien de très bon ne s’annonce, a priori, pour la sortie de The Huntsman: Winter’s War, sorte de suite / prequel mal vendu de Snow White and The Huntsman, un film de 2012 plutôt oubliable et essentiellement connu pour avoir été le théâtre de l’aventure extraconjugale du réalisateur Rupert Sanders (attendu en 2017 avec Ghost In The Shell) avec Kristen Stewart, scellant le divorce de l’un et la rupture très médiatisée de l’autre avec Robert Pattinson. Ce fiasco RP aurait pu décourager les producteurs de l’idée de faire une suite / saga dont seraient nécessairement exclus Sanders et Stewart (changer de réalisateur, passe encore, mais virer Blanche-Neige, c’était déjà un pari plus délicat), mais que veux-tu, le box-office du premier film a plus que doublé son budget initial : malgré l’absence d’intérêt du personnage du Chasseur et le charisme tout relatif de Chris Hemsworth, ils n’ont pas pu résister à l’appel de la franchise ciné. On relance donc le héros dans une quête noble et magique, on lui remet dans les pattes le personnage de Charlize Theron (pourtant mort à la fin du premier film), et on muscle un peu le casting : Jessica Chastain, Emily Blunt, Nick Frost, Sam Claflin… N’empêche que ça fait toujours pas trop rêver, cette histoire. Et c’est pas ce single complètement boring de Halsey qui va me convaincre de perdre deux nouvelles heures de ma vie avec ce sous-produit moyennement sexy.

Les oscars 2016

 

oscar winners 2015

 

Encore un début de mois de juillet calme au niveau des séries, clips et sorties ciné (du moins, me concernant), ce qui me donne une nouvelle occasion de faire un petit tour d’horizon des projets cinés, plus ou moins en post-production ou déjà prêts depuis la saison des festivals, qui devraient honorer les Golden Globes puis les oscars de leurs prestigieux castings, début 2016. Si Julianne Moore et Eddie Redmayne ont fini leur marathon à awards 2015 avec la récompense suprême, je ne les avais pas nécessairement vus venir (même Moore, dont le triomphe cannois dans Maps To The Stars ne me semblait pas assez oscar-friendly, et dont Still Alice n’était pas passé sous mon radar il y a un an), mais l’automne devrait jeter un coup de projecteur sur quelques habitués pour les catégories Meilleur acteur et Meilleure actrice.

Continuer la lecture de Les oscars 2016

Cannes 2015, en attendant les stars

cannes 2015 poster

 

L’organisation du Festival de Cannes 2015 a donc présenté une partie de ses sélections officielles ce matin, dont la majeure partie des films en compétition (17 pour le moment) : les éventuels ajouts de dernière minute, les séances Cannes Classics, la Quinzaine des Réalisateurs et les membres du jury présidé par les frères Coen seront, quant à eux, révélés dans les prochains jours. C’est bien évidemment sous prétexte de peaufiner des sélections dans des palabres qui durent jusqu’à quelques heures avant leur annonce, nous dit-on généralement, mais se leurre-t-on encore, en 2015, sur la stratégie RP qui consiste à annoncer le programme en plusieurs fois histoire que la presse en remette une couche toutes les semaines jusqu’à l’ouverture ?

Continuer la lecture de Cannes 2015, en attendant les stars

Into The Woods

 

Into-The-Woods-affiche

 

On le sait, Disney veut se moderniser, dépoussiérer son image de faiseur de films féériques conservateurs, avec ses princes impeccables et héroïques et ses princesses cruchasses et réac’, qui ont pourtant fait sa gloire depuis 70 ans. C’est que la maman d’aujourd’hui, née dans les années 80, n’a pas très envie que sa petite fille s’identifie à Blanche-Neige ou à Cendrillon telles que Disney les a conçues en 1937 ou 1950. Nous voila donc, depuis quelques années, avec des princesses qui réfléchissent, hésitent, n’ont pas peur du célibat, voire sont encore plus courageuses que les garçons : Mulan, Merida, Maleficent, Giselle, Tiana… Parfois elles trouvent l’amour, parfois non, mais elles ne se laissent plus « sauver » et définir uniquement par leurs aspirations conjugales. C’est donc dans ce contexte que Disney a fait appel à Rob Marshall, adaptateur de romans et de livrets de comédies musicales pas forcément très digestes (Chicago, Mémoires d’une Geisha, Nine…) pour adapter la comédie musicale-culte de Stephen Sondheim et James Lapine.

Continuer la lecture de Into The Woods