La pièce en plus

 

 

En établissant les critères qui devaient nous orienter dans notre recherche d’appartement, il y a quelques mois, j’ai fait ce qui pourrait s’apparenter à un caprice mais qui me semblait être une préférence rationnelle : privilégier les appartements ayant trois chambres plutôt que deux, puisque notre budget nous permettait a priori ce « confort ». Non pas que nous en ayons besoin dans l’absolu. Nous avions une pièce en moins dans l’appartement précédent. Mais puisqu’il s’agissait d’acheter, et donc de s’établir dans un même appartement pour assez longtemps, espérons-le, il me semblait judicieux d’avoir de l’espace non seulement pour notre vie actuelle, mais pour notre vie de demain. Il y a un adage à la con qu’on croise sur LinkedIn et sur les sites de types job board : habille-toi pour le job que tu veux, pas pour celui que tu as. Une idée, jamais testée pour ma part (parce que, bon, la flemme, quoi), selon laquelle si on s’habille en costard cravate dès son premier stage, on finira par naturellement être admis, hors considération pour la qualité du travail fourni, au rang des PDG et autres huiles des grosses boîtes pour lesquelles on bosse.

 

J’ai beau trouver ça con, j’ai voulu faire un peu pareil pour la recherche d’appartement. En quittant Paris, nous cherchions un trois pièces parce que nous voulions deux chambres : une pour dormir et une qui puisse servir de bureau à mon mari, désormais à 100% en télétravail et guère convaincu par notre cohabitation professionnelle dans notre salon pendant les confinements de 2020. Mais au moment d’acheter, un an après, je voulais qu’on s’efforce, dans la mesure du possible, d’avoir une troisième chambre. Pas pour tout de suite, mais pour plus tard. Peut-être pour une future chambre d’enfant. Peut-être pour avoir une vraie chambre d’amis le jour où quelqu’un saura enfin surmonter sa flemme de venir jusqu’à Lyon pour nous rendre visite. Peut-être pour être en capacité d’héberger ou accueillir correctement un parent, un ami, si un jour c’est nécessaire. Bref, pour être prêt à des circonstances qui ne sont pas encore les nôtres.

 

Nous avons un peu discuté adoption depuis quelques mois, et même si nous ne nous mettons pas de pression, ne jouons pas nos vies là-dessus et saurons comment construire notre vie ensemble si cette démarche n’aboutit pas, je me suis dit qu’il serait toujours mieux, en cas d’accélération soudaine de la machine administrative, de disposer d’une pièce vacante utilisable rapidement. Aujourd’hui, puisque nous n’en sommes pas du tout là, la pièce en plus est devenue un deuxième bureau, pour les jours où je télétravaille, et une chambre d’amis, avec un joli canapé convertible jaune moutarde que nous avons choisi avec soin pour qu’il offre à nos invités un matelas confortable, tout en donnant une identité forte à la décoration de la pièce lorsqu’il est plié. Cela nous fait accessoirement une pièce dans laquelle faire sécher le linge en hiver, puisque c’était assez pénible de le faire, dans nos précédents appartements, dans le salon ou dans le bureau.

 

Bref, par la force des choses, je suis celui qui occupe le plus souvent cette pièce, et je dois avouer, après quelques années de vie commune à partager salon, salle de bain et chambre à coucher, que c’est assez agréable de retrouver, même si ce n’est pas définitif, une « pièce à soi ». En tout cas à soi la plupart du temps, où nous avons installé une bibliothèque, des cadres au mur, le beau canapé, mais aussi un petit bureau avec sa chaise dans un coin, pour lequel j’ai pu choisir une lampe, un pot à crayons, des photos à mettre au mur pour quand mon regard se perd au-dessus de mon écran de mac. J’essaie de ne pas trop m’attacher à cet espace personnel, en sachant qu’il pourra m’échapper à tout moment, mais je suis heureux d’en profiter pour l’instant.

4 thoughts on “La pièce en plus

  1. estèf

    novembre 17, 2022 at 12:55

    Comme je te comprends, j’adore avoir mon bureau à moi avec mon lit d’appoint. Mon rêve à présent, mon propre dressing pour ne plus avoir à chercher mes pantalons au milieu des siens

    • Vinsh

      novembre 17, 2022 at 10:44

      Le dressing, ça me faisait fantasmer quand j’étais plus jeune. Ma pièce « rêvée » à la fin de trentaine : la buanderie ! ^^

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas publiée. Les champs Nom et Courriel sont obligatoires.

*