Archives par mot-clé : Couple

The Lobster

 

the lobster colin farrell john c reilly

 

Très perturbant, le prix du jury du Festival de Cannes 2015 avait, dès l’annonce de sa sélection, intrigué la Croisette, la critique et les losers comme moi qui suivent tout ça depuis le reste de la France sur le web, grâce notamment à son pitch presque digne d’un blockbuster SF:

Dans un futur proche… Toute personne célibataire est arrêtée, transférée à l’Hôtel et a 45 jours pour trouver l’âme soeur. Passé ce délai, elle sera transformée en l’animal de son choix. Pour échapper à ce destin, un homme s’enfuit et rejoint dans les bois un groupe de résistants ; les Solitaires.

Continuer la lecture de The Lobster

Kelly Clarkson – Heartbeat Song

 

 

Kelly Clarkson, sorte d’énigme pop en France (où sa soupe pop-rock post-Avril Lavigne n’a jamais vraiment pris, au-delà de ses deux premiers tubes  Since You’ve Been Gone et Because of You), est pourtant une superstar aux États-Unis, où chaque nouvel album et lead single crée l’évènement et la fait rivaliser, dans les charts, avec les reines locales.

Continuer la lecture de Kelly Clarkson – Heartbeat Song

Case of the e-Darling date

dates serie channel 4

Parfois (souvent, en fait), je découvre des séries avec des mois de retard sur leur calendrier de diffusion originelle. C’est-à-dire qu’à part les rentrées des gros networks américains (ABC, CBS, Fox) et, un peu, du câble (HBO, Showtime), je ne suis pas forcément à la recherche permanente de petites perles venant de partout dans le monde, ou même de chaînes anglo-saxonnes que je « connais » moins. C’est ainsi que je suis, pour le moment, totalement passé à côté de Banshee, par exemple, ou que j’ai de grosses lacunes en séries anglaises. C’est donc toujours avec plaisir que je découvre, sur le tard, des séries que je me fais un plaisir, si elles sont réussies, de binge watcher en trois jours. Dates est de celles-là : diffusée en Angleterre, elle n’est passée dans mon radar (en l’occurrence, dans celui de l’Homme) qu’il y a deux semaines. Je ne l’ai pas binge watchée parce que je n’ai pas trop le temps en ce moment (on est le 13 février et je vais TOUJOURS à la piscine deux fois par semaine) (genre, euh, j’ai rentabilisé mon abonnement trimestriel, quoi) (l’hallu est totale dans mon entourage), mais aussi parce que, avec la trêve hivernale de certaines séries, c’est pas le moment de se descendre tout ce qu’on a sous la main en deux jours. On déguste et on savoure.

Continuer la lecture de Case of the e-Darling date

Don Jon, le porn ou la vie

 

don jon gordon levitt johansson

Allez. Un dernier post pour 2013 avant d’aller festoyer, prendre d’illusoires résolutions et souhaiter mieux pour 2014. Joseph Gordon-Levitt, intronisé icône du cool au tournant des années 2000 grâce à Mysterious Skin et (surtout) 500 Days of Summer, qui l’a vraiment fait connaître du grand public tout en mettant en place son image de meilleur pote de Zooey Deschanel et le terreau de ses futures collab’ de prestige avec Christopher Nolan ou Steven Spielberg, avait suscité la curiosité en annonçant son premier film en tant que réalisateur, qui serait une comédie romantique traitant de l’addiction au porno. Très James Frco-esque, comme projet (en moins gay). Il y a deux mois, j’avais loupé le coche pour l’avant-première organisée à l’UGC des Halles, qui avait été littéralement pris d’assaut, et je me suis donc rabattu sur la sortie en salles pour découvrir Don Jon.

Continuer la lecture de Don Jon, le porn ou la vie