Archives par mot-clé : Jane Fonda

Vanity Fair Hollywood Issue 2016

vanity fair hollywood issue 2016

 

En pleine polémique #OscarsSoWhite bis, Vanity Fair frappe juste avec son Hollywood Issue 2016, 100% féminin, 100% fierce, et ouvert aux minorités. Viola Davis est méconnaissable, Jane Fonda a réussi à s’incruster dans le premier tiers (qui, en-dehors de J-Law, semble avoir pris le parti de l’anti-jeunisme), Helen Mirren a l’air de s’ennuyer ferme. Mais c’est quand même, comme chaque année avec Annie Leibovitz, une des plus belles photos « résumant » le sommet de la chaîne alimentaire du showbiz US. On a donc, sous l’objectif de la photographe, 13 actrices qui ont fait 2015 à Hollywood, et qui vont faire 2016. Parmi elles, les cinq nommées de l’année à l’oscar de la meilleure actrice : Jennifer Lawrence, Cate Blanchett, Charlotte Rampling, Saoirse Ronan (dont on ne sait toujours pas trop comment prononcer le nom, mais apparemment c’est un peu comme Cersei Lannister) et l’ultra-favorite Brie Larson. Vanity Fair a eu du flair, ce shooting ayant probablement été réalisé avant les nominations. La thématique de l’année, le total look black, est élégante mais un peu austère, du coup.

Continuer la lecture de Vanity Fair Hollywood Issue 2016

Golden Globes 2016 : les nominations ciné

 

Carol todd haynes

 

Moins commentées en ligne que le nominations séries, surtout de notre côté de l’Atlantique où la plupart des films nommés ne sont pas encore sortis en salles (ni aux US, d’ailleurs), les nominations ciné des Golden Globes 2016 n’en contiennent pas moins leur lot de surprises et d’oubliés qui, de prime abord, peuvent sembler incompréhensibles. revue de troupes et pronostics :

Continuer la lecture de Golden Globes 2016 : les nominations ciné

Youth

 

youth michael caine harvey keitel

 

Et s’il n’y avait pas de bonne façon de vieillir, si ce n’est de ne pas de ne pas perdre de son envie et de sa sagacité ? Deux ans après le triomphe de La Grande Bellezza, reparti bredouille de Cannes mais qui a ensuite semblé tout rafler sur son passage (dont l’oscar du meilleur film étranger), Paolo Sorrentino revient avec un nouveau film, lui aussi boudé à Cannes, qui explore sur un mode différent ses thématiques de l’âge, de la vulgarité et de la laideur. Mais cette fois-ci, au lieu du cadre de Rome et du casting italien, c’est un hôtel luxueux, qui fait office de maison de repos pour riches personnalités ayant pour la plupart leur fiche Wikipédia (un compositeur / chef d’orchestre à la retraite, un réalisateur de films culte, un acteur de cinoche, une Miss Univers, un footballeur qu’on devine être une sorte de Diego Maradona), au pied des Alpes suisses, et un casting international qui font office de décor.

 

Continuer la lecture de Youth

Le Majordome, les droits civiques, et Oprah

forest-whitaker-in-the-butler-movie

 

C’est probablement présomptueux de ma part, quoique je ne m’identifie pas à l’ensemble de la communauté gay, mais j’ai tendance à voir un parallèle entre le goût actuel du cinéma grand public pour la lutte historique pour les droits civiques de la communauté afro-américaine et les heures sombres de l’Apartheid (Invictus, The Help, Hairspray, Django Unchained, Lincoln) et la lutte, bien actuelle et avancée à des stades divers selon les pays, pour l’égalité des droits entre gays et hétéros. Comme si se projeter dans les luttes contre les injustices passées (et pourtant pas si effacées que cela à ce jour), faisait écho et donnait un peu plus de courage pour faire face à celles d’aujourd’hui. Droits des gays, droits des femmes, droits des roms… Ils sont encore nombreux, les combats à terminer (mais se termineront-ils un jour ?) pour qu’une catégorie de la population ne soit pas considérée comme moins humaine, moins digne qu’une autre. Blanche ou pas, nationale ou pas.

Continuer la lecture de Le Majordome, les droits civiques, et Oprah