Archives par mot-clé : Ki Hong Lee

La Labyrinthe – La Terre Brûlée

 

LE-LABYRINTHE-LA-TERRE-BRÛLÉE

 

 

ATTENTION SPOILERS. Un an après, Le Labyrinthe, dont le planning de production et de sorties des différents volets semble à peu près calibré pour que tout soit torché d’ici 2017, a livré il y a quelques jours son deuxième volet en salles. Et comme dans Hunger Games, la saga à laquelle Dylan O’Brien refuse qu’on compare sa propre franchise sous prétexte que Jennifer Lawrence et Liam Hemsworth sont trop joufflus et trop beaux pour être des pauvres (Hollywood, duh !), le deuxième volet tente péniblement de raccrocher les wagons du concept de base (dans Hunger Games 2, Katniss met 1h30 à se retrouver à nouveau dans une arène pour des Hunger Games – tandis que dans Le Labyrinthe 2, y’a carrément plus du tout de labyrinthe) tout en tentant de nous faire comprendre davantage ce monde injuste du futur et la révolte qu’il va susciter chez nos jeunes et beaux héros. Bon, en l’occurrence, ici, comme on l’a compris à la fin du premier volet, les héros du film n’ont pas vraiment été secourus par une organisation militaire ou résistante extérieure à WCKD, mais sont bel et bien toujours sous la coupe de ces gros malades. Ce que Thomas, le seul apparemment à ne pas faire confiance à Aidan Gillen et sa tronche de traître, va être le seul à piger, pour tirer ses camarades de ce mauvais pas (enfin, les six qu’on connaît déjà et un petit nouveau, hein, pas les centaines d’autres prisonniers qui se font appeler un par un pour rejoindre La Ferme magique où ton petit chien a été emmené par tes parents quand tu avais huit ans et dont il n’est jamais revenu…) (faut pas déconner). Et comme dans Hunger Games 2, à la fin, le personnage principal est « en cavale » et le personnage masculin secondaire se fait kidnapper, ce qui constituera l’enjeu essentiel du volet suivant, on suppose.

Continuer la lecture de La Labyrinthe – La Terre Brûlée

Unbreakable Kimmy Schmidt

 

unbreakable kimmy schmidt trailer

Females are strong as Hell. Au départ, il y a cet étrange choix de Tina Fey et Robert Carlock, les têtes pensantes de 30 Rock, de traiter ce sujet plutôt dramatique et douloureux (le retour à la vie d’une ex-séquestrée) par la comédie plutôt que par un bon vieux drama de derrière les fagots. D’ailleurs, Unbreakable Kimmy Schmidt, à la suite de son pilote qui expédie assez vite ses copines d’infortune et met en place les deux centres de sa vie de nouvelle citadine new-yorkaise (sa colocation et son job), ne confronte pas son héroïne (Ellie Kemper), collégienne disparue en classe de quatrième, à ses parents ou à l’enquête de police, par exemple, ce qui peut faire une impression bizarre. Mais sans négliger la comédie (en gros, le décalage entre une jeune femme naïve dont le développement affectif et social s’est arrêté à 14 ans, à la fin des années 90 – avec tous les quiproquos technologiques, sexuels ou sociaux que cela suppose, et dont Unbreakable Kimmy Schmidt ne se prive pas), la série aborde aussi, progressivement et sans la moindre tentation de sombrer dans le pathos, des sujets connexes comme le stress post-traumatique, la peur de l’inadaptabilité, le désir de se conformer,  la tentation du mensonge… Faisant de cette première sitcom made in Netflix l’une des nouveautés les plus réussies de ce début d’année.

Continuer la lecture de Unbreakable Kimmy Schmidt