Archives par mot-clé : Tristesse

Sia – Big Girls Cry

 

 

 

Étrange phénomène, dans la musique mainstream actuelle (n’oublions pas qu’elle a gagné, un peu à la surprise générale, le dernier NRJ Music Award de l’artiste féminine internationale de l’année), que celui de Sia Furler. Ce n’est pas la première fois qu’une auteure-compositrice que tout le monde s’arrache tente de défendre certaines de ses créations par elle-même, mais on peut dire qu’elle n’a pas fait les choses comme les autres. Montant progressivement en puissance depuis une dizaine d’année (de Breathe Me dans le final de Six Feet Under à Some People Have Real Problems, en passant par sa célèbre collab’ avec David Guetta et son premier « vrai » succès single Clap Your Hands en 2010, jusqu’à son explosion en 2014, un peu sans prévenir, avec Chandelier), Sia n’a pas abordé le virage « mégastar » de manière classique.

  Continuer la lecture de Sia – Big Girls Cry

Take Me To Church

 

Il y a bien sûr la claque du clip, qui tout en étant assez métaphorique, renvoie à une violence bien actuelle avec un réalisme troublant. On pourrait lui reprocher son aspect un peu arty, avec ce noir et blanc stylisé et maniéré qu’on retrouve dans les clips dès qu’un single veut paraître un peu triste et sérieux, ou cette distance un peu froide qui n’est pas sans rappeler les poses qu’affectionnent les artistes pop indé de chez Kitsuné ou Glassnote. Vocalement, on pense aussi un peu à Woodkid. Mais tout cela, c’est un peu occulter le fait que la chanson est bonne : triste, poignante dans son refrain montant en puissance, pont musical plutôt réussi au dernier tiers…

Continuer la lecture de Take Me To Church

Arpad Miklos In Memoriam

Arpad Miklos

De la vie et de la mort des hardeurs. S’il y a bien une partie de la culture gay qui reste ambivalente de nos jours, c’est le porno : toujours un peu tabou et honteux dans sa consommation personnelle, le porno n’en est pas moins un vecteur important de connaissance de certaines pratiques et subcultures des « communautés » gay. Inutile de nier qu’on a tous, un jour, pris un malin plaisir à mettre une copine hétérote face à son inculture crasse en lui parlant de poppers, de sling, de SSR ou de gangbang. Qu’on pratique ou pas dans la réalité (car pour de multiples raisons, la réalité du sexe correspond rarement à la pornographie), le porno gay véhicule une certaine image, à la fois trash et bizarrement valorisante (car totalement désinhibée et mettant souvent en avant des corps magnifiés – du moins chez les grands studios), des pratiques sexuelles de nos contemporains. On apprenait hier le suicide d’Arpad Miklos, star du porno gay de 45 ans et superbe usine à fantasmes des amateurs de daddies, nounours et autres parangons d’ultra-masculinité.

Continuer la lecture de Arpad Miklos In Memoriam