Archives par mot-clé : Art

50 couvertures d’albums qui traverseront le temps

 

 

Un peu comme avec les livres, une grande partie de la phase de séduction (et donc de décision) avant d’acheter (ou de cliquer sur le lien streaming, hein) un album, outre le fait de déjà connaître l’artiste ou d’en avoir entendu parler par la presse, par le web ou par une connaissance, va se jouer dans les quelques secondes dont dispose la couverture pour te marquer la rétine. Une habitude héritée du disque (vinyle ou CD), qui pourrait sembler obsolète aujourd’hui mais qui demeure un élément central du mix marketing de la musique en 2016. Un petit carré qui vient illustré la « fiche » ou la page de stream d’un album quel qu’il soit. On peut imaginer que dans quelques années on se sera affranchis de ce format carré, voire de la nécessité d’accoler une seule image à un œuvre donnée pour lui servir de « visage », mais en attendant la couverture, ça reste une part non négligeable de l’identité d’un album, qui peut t’en détourner ou te faire décréter que ça a l’air naze, ou pas pour toi, avant même d’avoir essayé. Pourtant, quelques-unes retiennent fortement l’attention au premier regard et, que ce soit parce que l’album en question a eu beaucoup de succès par la suite ou juste parce que le visuel est puissant, sont entrées dans l’histoire de la pop culture, de manière au moins aussi marquante que le matériau musical qu’elle promeuvent… A ce titre, même dans plusieurs décennies (et certains en ont déjà quelques-unes sous le capot), il y a fort à parier qu’elles continueront de fasciner et de pousser les novices à tendre la main (ou le clic) vers elles. Iconiques, graphiques, atypiques ou juste trop belles ou trop fortes pour qu’on ne s’y attarde pas, elles ramènent la musique à sa pleine dimension d’objet, et si possible de bel objet, pour que l’expérience esthétique soit complète. Et bien souvent sans que l’artiste (photographe, dessinateur) ne bénéficie de la même visibilité que les musiciens, alors que son impact sur le destin de l’album peut se révéler aussi fort que le contenu musical lui-même. Une petite cinquantaine de couvertures qui titilleront probablement la curiosité des internautes des futures générations dans vingt, trente ou cent ans, indépendamment de la qualité des contenus qu’elles cachent.

Continuer la lecture de 50 couvertures d’albums qui traverseront le temps

Woman in Gold

 

woman-in-gold-mirren-ryan

 

Le cinéma américain aime bien les histoires vraies, surtout quand elles ont une forte dimension « David contre Goliath ». Simon Curtis, réalisateur de My Week With Marilyn, revient ainsi cette année avec Woman In Gold (rebaptisé La Femme au Tableau chez nous), inspiré de l’histoire réelle de Maria Altmann, une collectionneuse d’art américaine d’origine autrichienne connue pour sa campagne juridique visant à récupérer cinq peintures de l’artiste peintre Gustav Klimt appartenant à sa famille et qui furent volées par les nazis après l’Anschluss. Ces œuvres étaient détenues par le gouvernement autrichien, et exposées au Musée du Belvédère à Vienne, avant qu’une décision de justice ne soit prononcée en faveur de leur restitution, en 2006. Maria Altmann déçut ainsi les autorités autrichiennes qui, après des années de procédure, tablaient sur l’espoir qu’elle décéderait avant qu’un verdict final ne soit rendu. Le film de Simon Curtis relate le parcours, notamment juridique, de cette vieille dame pour obtenir justice, et place en son centre le plus iconique des tableaux concernés par la procédure, Portrait d’Adele Bloch-Bauer I.

Continuer la lecture de Woman in Gold

Masculin / Masculin au Musée d’Orsay

masculin_-_masculin_expo

 

Toujours pas de résolution pour 2014, si ce n’est le vœu de faire un peu plus d’efforts pour rendre la vie moins médiocre, mais sans domaine d’applications ni objectifs chiffrés précis, on sait bien ce que ça donne quand on se donne une année entière pour gravir une montagne. La visite à Paris de mon amie Aurélie, qui était venue en France pour les fêtes, m’a donc donné prétexte à faire l’un de ces trucs que l’on considère comme un atout de Paris, et dont je ne profite presque jamais : une expo. En l’occurrence Masculin / Masculin au Musée d’Orsay, parce qu’avec trois gays dans le groupe de visiteurs ainsi improvisé, les propositions prennent très vite un tour « orienté ». Ou alors, c’était juste l’occasion, je ne sais pas.

 

Continuer la lecture de Masculin / Masculin au Musée d’Orsay